A la Une

Le Racket des « Droits de l’Homme » de l’Amérique en action. La Thaïlande et les États-Unis ont soutenu le défunt régime de Thaksin

La Thaïlande en Asie du Sud a été en proie pour l’instant à des conflits politiques depuis plus d’une décennie. Lors de la montée et la chute de la politique par procuration de Thaksin Shinawatra soutenu par les américains, il y a eu de nombreuses protestations et contre-manifestations, deux coups d’Etat militaires visant à déloger le despote et ses réseaux politiques et paramilitaires profondes, et des épisodes de violence impliquant des terroristes lourdement armés déployés par Shinawatra dans le but de se maintenir au pouvoir.

Au cours de chaque épisode de violence, Shinawatra – un criminel reconnu coupable et accusé de meurtres de masse – et ses mandataires armés, ont reçu divers niveaux de soutien de leurs bailleurs de fonds occidentaux.

Tout d’abord, ils ont reçu un black-out médiatique virtuel à travers les réseaux de presse occidentaux. Il y a une nouvelle infâme diffusée par Dan Rivers CNN dans laquelle il part à la recherche des hommes armés de Shinawatra, connus localement comme les «hommes en noir» dans une tentative de prouver des histoires que leur existence a été fabriqué par l’armée thaïlandaise, comme un prétexte pour la répression sur ce qu’il a appelé à plusieurs reprises des manifestants non armés.

Nemanja Seslija Photography
T: +61415065664
E: info@nemanjaseslija.com
W: www.nemanjaseslija.com

À un moment donné pendant l’émission, presque comique, il est obligé de se mettre à couvert quand une grenade 40mm frappe à proximité, lancée par les militants, il insinue que ça n’existait pas.

Les charades similaires ont joué ailleurs dans le monde – en particulier en Syrie – où les services de presse occidentaux ont joué un rôle direct dans la dissimulation de l’existence, la nature et les activités de groupes terroristes opérant au nom des objectifs géopolitiques occidentaux.

Deuxièmement, un vaste réseau de l’Ouest de prétendus « droits de l’homme » des groupes de défense ont été engagés dans une motivation politique, campagne biaisée de dépeindre Shinawatra et ses partisans comme des victimes de violations des droits de l’homme, et ceux qui tentent de rétablir la paix et la stabilité dans le pays  » contrevenant aux droits de l’homme. « 

Cela est devenu particulièrement transparent lors de la crise politique en Thaïlande quand entre 2013 à 2014, des centaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues pour protester et demander le départ du népotiste, la sœur de Thaksin Shinawatra, Yingluck Shinawatra, a été nommée du bureau.

Au cours des 6 mois, des groupes comme Human Rights Watch (HRW) et Amnesty International ont condamné les manifestants pour entrave à la «démocratie». Pire encore, la violence régulière menée par les militants de Shinawatra contre les manifestations dans une tentative d’écraser violemment la dissidence a été catégoriquement ignorée par ces mêmes défenseurs des « droits de l’homme ».

Au total, 20 mourraient, des centaines d’autres seraient mutilés pendant ce qui était presque tous les soirs les fusillades au volant, les attaques à la grenade, et des tentatives d’assassinat résultant dans la mort de l’un des chefs de la protestation. A ce jour, la responsabilité n’a jamais été attribuée au Shinawatras ou leurs partisans politiques.

Au lieu de cela, le gouvernement militaire qui est finalement intervenu pour mettre fin à l’escalade de la violence et finalement évincer les Shinawatras du pouvoir, a été condamné en continu pour prendre le contrôle des restes des organisations politiques et paramilitaires de Shinawatra.

Plus récemment, Bangkok Post Thailand dans un article intitulé, « Amnesty appelle à la libération des militants étudiants, » a fait le reportage:

    Amnesty International a appelé les autorités à libérer un groupe de 20 militants, pour la plupart des étudiants, arrêtés pour des rassemblements politiques et la distribution de « matériel de lecture inapproprié » aux gens la semaine dernière.

    L’organisation a posté un message sur son site Web, exigeant des autorités de libérer les manifestants.

    Le Conseiller principal de la recherche (Senior Research Adviser) d’Amnesty International pour l’Asie du Sud-Est et le Pacifique, Champa Patel, a écrit sur le site: « Ces tactiques brutes représentent la plus récente série de tentatives par les autorités militaires thaïlandaises pour museler la dissidence », a déclaré Mme Patel.

Amnesty omet de mentionner que ces «20 activistes» sont membres du soi-disant « Mouvement de la Nouvelle Démocratie, » et sont en fait directement reliés au régime déchu de Thaksin Shinawatra.

Les agitateurs se sont rassemblés pour protester contre un prochain référendum pour une nouvelle charte nationale, visant à priver sur le long terme de la richesse injustifiée, du pouvoir et de l’influence que Shinawatra brandit encore dans le pays. En outre, les agitateurs violent manifestement les lois qui ont été mises en place réglementant les partisans et les adversaires de la charte, et la régulation de la campagne pour ou contre le référendum.

Amnesty International et d’autres organisations qui composent les déclarations du vaste racket des « droits de l’homme » aux États-Unis et en Europe, ont fait et protesté contre le gouvernement de la Thaïlande presque chaque semaine depuis le coup d’Etat en 2014. Jusque et y compris la veille du coup d’Etat que se déroulait la violence, ces mêmes groupes étaient silencieux lorsque Shinawatra a écrasé les dissidents.

Cela expose des groupes comme Amnesty International comme des fronts hypocrites, politiquement motivés conçus pour défendre les agitateurs soutenus par les Etats-Unis, y compris les criminels et les terroristes, tout en sapant les efforts des groupes politiques légitimes, les institutions et les organisations qui tentent de rétablir l’État de droit, la paix et la stabilité dans n’importe quelle nation.

Grâce à la transparence malhonnête de l’ingérence politiquement motivée d’Amnesty International, c’est entrain de saper, pas respecter la défense des droits humains – défendant ceux qui ont fait le plus pour fouler les pieds des droits humains, et entraver ceux qui ont travaillé pour les affronter et les arrêter.

Alors que beaucoup peuvent être conscients de cet abus de défense des droits de l’homme à la suite des conflits en Libye ou en Syrie, la Thaïlande prouve que l’Occident mène des efforts similaires pratiquement partout à travers le monde.

Tony Cartalucci, est chercheur géopolitique et écrivain basé à Bangkok, en particulier pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook ».

Tony Cartalucci

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

La source originale de cet article est New Eastern Outlook

Copyright © Tony Cartalucci, New Eastern Outlook 2016

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :