A la Une

Le sommet de l’OTAN se ferme en condamnant la Russie. Des soldats américains et des armes à la frontière de la Russie

Les questions qui ont été discutées lors du sommet de l’OTAN cette année ont été principalement les préparatifs d’une éventuelle guerre contre la Russie.

Les deux jours du Sommet de Varsovie en Pologne ont pris fin le samedi 9 Juillet, avec une partie-139  » Communiqué du Sommet de Varsovie  » qui a utilisé le mot «terrorisme» 17 fois, «djihad» et «djihadiste» et « djihadisme » 0 (zéro) fois et « Russie » 58 fois – jamais favorablement, et souvent avec une hostilité ouverte.

Il a également évoqué l’ »Ukraine » 34 fois, et « la Syrie » 10 fois. Ukraine, au cours d’un coup d’Etat en Février 2014 (il a été désigné comme ayant été un «coup» à la fois par le chef de l’entreprise privée CIA Stratfor, et par l’écrivain de l’établissement John Mearsheimer sur les relations internationales, entre autres) commutée, immédiatement après la coup, d’avoir été neutre entre l’OTAN et la Russie, d’être soudainement et toujours intensément hostile à la Russie, et a immédiatement demandé à adhérer à l’OTAN; La Syrie reste encore fortement alliée avec la Russie.

screen-shot-2016-07-09-at-5-55-59-am

Le gouvernement ukrainien a été référencé 100% favorable, et le gouvernement syrien a été référencé 100% défavorable.

En d’autres termes: le Communiqué est 100% hostile envers la Russie et son alliée la Syrie, et est beaucoup plus préoccupé par la Russie qu’elle ne l’est sur le terrorisme – et pas du tout préoccupé par le djihadisme et les djihadistes.

Le communiqué est clair au sujet de « la crise dans et autour de l’Ukraine étant, dans les circonstances actuelles, le premier sujet de notre programme. » Toutes ses références à ce sujet sont basées sur l’hypothèse que ce problème est dû entièrement à l’ »agression » de la Russie et que toutes les violations des accords de Minsk sur le conflit ukrainien le sont par les séparatistes pro-russes, aucune des violations n’est du côté du gouvernement ukrainien.

La présomption est que le côté du gouvernement ukrainien ne commet jamais d’agression, et que le côté séparatiste ne se défend pas contre l’agression ukrainienne. Le communiqué dit, au sujet de la mission de surveillance spéciale qui supervise la mise en œuvre des accords de Minsk:

    Les entraves aux travaux de la SMM, qui continuent de se produire massivement dans les zones sous contrôle des militants russes soutenus, représentent une violation des accords de Minsk et entravent sérieusement la fonction de surveillance du SMM « .

Le SMM fonctionne, et publie des rapports quotidiens de la région séparatiste (Donbass, composé de deux parties: Luhansk et Donetsk), et il est donc naturel que la quasi-totalité de ces rapports concernent cette région, pas l’Ukraine. Toutefois, par exemple, le rapport daté du 7 Juillet 2016, note que,

    « Les civils ont exprimé leur colère au bombardement continu tandis que d’autres civils ont exprimé leur frustration face à des coupures d’eau. Le SMM a facilité et contrôlé le respect du cessez-le- feu pour permettre la réparation des infrastructures essentielles ».

Bien que ce rapport était, en effet, comme le contenu des phrases de l’OTAN, « dans les zones sous le contrôle des militants russes soutenus » (ie, des gens qui vivent dans la région qui rejettent le gouvernement ukrainien imposé par le coup d’Etat), la « violation de les accords de Minsk », il se composait en fait de bombardements qui ont été tirés par les forces du gouvernement ukrainien, dans « les zones sous contrôle des militants russes soutenus ».

De même, le communiqué accuse la guerre en Syrie sur le côté allié-russe, qui, dans ce cas, se trouve être le gouvernement syrien. Par exemple, il est dit:

    « Nous appelons le régime syrien de se conformer pleinement aux dispositions de toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies (RCSNU), et à prendre immédiatement des mesures pour une véritable transition politique conformément à la résolution 2254 et le Communiqué du 30 Juin 2012 de Genève. »

Ce conflit est entre les djihadistes qui tentent de renverser le gouvernement syrien, et le gouvernement syrien. L’OTAN accuse la responsabilité du  conflit entièrement sur le gouvernement syrien.

Le communiqué décrit longuement la forte augmentation des soldats et des armes que l’OTAN déverse sur et à proximité des frontières de la Russie, en particulier en Pologne, en Lituanie, en Lettonie et en Roumanie. La raison qui est donnée pour cette Russie encerclée avec des forces hostiles est:

    … L’annexion illégale et illégitime en cours de la Crimée, que nous faisons et ne reconnaîtrons pas et que nous appelons la Russie à revenir; la violation des frontières souveraines par la force; la déstabilisation délibérée de l’est de l’Ukraine;

    La pression à grande échelle des exercices contraires à l’esprit du Document de Vienne, et des activités militaires provocantes à proximité des frontières de l’OTAN, y compris dans les régions de la Baltique et de la mer Noire et la Méditerranée orientale; sa rhétorique nucléaire irresponsable et agressive, son concept militaire et la posture sous-jacente;

    Et ses violations de l’espace aérien de l’OTAN alliée répétée. En outre, l’intervention militaire de la Russie, la présence militaire importante et le soutien au régime en Syrie, et son utilisation de sa présence militaire dans la mer Noire pour projeter la puissance dans la Méditerranée orientale ont posé de nouveaux risques et défis pour la sécurité des Alliés et d’autres.

Aucune mention n’est faite dans le communiqué de l’événement qui a déclenché tout cela, qui était le coup d’Etat ukrainien de Washington, que Washington préparait déjà à partir du 1er Mars 2013 à son ambassade d’Ukraine, à renverser le président démocratiquement élu de l’Ukraine, Viktor Ianoukovitch.

Lorsque la demande de l’OTAN, en ce qui concerne le retour de la Crimée à la Russie peu après le coup d’Etat, « nous ne et ne reconnaîtrons pas et … nous appelons la Russie à revenir»; lorsque l’OTAN demande à la Russie d’abandonner les 90% de Criméens qui ont voulu la rejoindre comme faisant partie de la Fédération de Russie – où l’OTAN demande à la Russie de reléguer ces gens à l’Etat maintenant en échec de l’Ukraine (qui les hait et veut leur mort) – L’OTAN s’est mise elle-même dans la position d’une escalade continue vers la guerre nucléaire contre la Russie, à moins que l’OTAN se dissolve ou bien annule sa demande. L’OTAN est maintenant dans une position où ils (les pays) devront soit annuler leur demande, ou bien poursuivre leur escalade aux environs de la Russie, au point où la Russie n’aura pas d’autre choix que de libérer (sans avertissement) une guerre nucléaire contre les pays de l’OTAN, et contre toutes les nations, comme l’Ukraine, qui détestent les Russes tellement qu’ils tentent de rejoindre l’OTAN – le club des nations anti-Russie.

La Russie ne va pas faire ce que demande l’OTAN. La question est maintenant: de quel côté va commencer la guerre nucléaire – la première attaque. Dans tous les cas, la guerre (en supposant que l’OTAN ne se rétracte pas à sa demande, ni débande, et ainsi les résultats de la guerre) ne devra pas tenir probablement plus d’une heure. Il n’y aura pas de vainqueur, mais le côté qui frappe d’abord sera moins détruit que le côté qui se vengera simplement. Et, en ce sens, il y aura un «gagnant», même à une guerre nucléaire totale. Peu importe, cependant, la responsabilité de Vladimir Poutine est seulement pour le peuple russe, peu importe la façon inacceptable les deux choix sont que l’OTAN lui a offert. Il a essayé à plusieurs reprises de discuter de la question avec Barack Obama, qui refuse toujours de discuter avec lui. Le refus d’Obama parle plus clair que tous les simples mots, que ce soit de lui ou de (son agent) Commandant suprême allié de l’OTAN, pourrait éventuellement.

Eric Zuesse

L’historien d’investigation Eric Zuesse est l’auteur, plus récemment, des Ils ne sont même pas fermés: Le démocrate vs le républicain Dossiers économiques, 1910-2010, et du Christ ventriloques: L’événement qui a créé le christianisme.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

La source originale de cet article est Global Research

Copyright © Eric Zuesse, Global Research, 2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :