A la Une

L’amiral chinois met en garde contre des «catastrophes» pour les patrouilles américaines en mer de Chine méridionale

© AFP 2016/ STR

Comme Pékin lance de nouveaux exercices maritimes, il a averti que les futures patrouilles navales des États-Unis à travers la région pourraient avoir un mauvais résultat.

Ces derniers mois, le Pentagone a lancé un certain nombre de patrouilles « liberté de navigation » provocatrices dans la limite territoriale de 12-mile des projets de remise en état des terres de la Chine dans l’archipel Spratly.

Lors d’un forum à huis clos le lundi, Sun Jianguo, amiral et chef major adjoint interarmées du Département de la Commission militaire centrale de la Chine, a souligné que la liberté de navigation n’a jamais été menacée, mais il a ajouté que d’autres actes d’agression militaire pourraient avoir des conséquences désastreuses.

« Quand la liberté de navigation dans la mer de Chine méridionale a déjà été touchée? Elle n’a pas, que ce soit dans le passé ou maintenant et dans l’avenir, ce ne sera pas un problème tant que personne ne joue des tours, » a-t-il dit.

« Mais la Chine s’oppose toujours à ce qu’on appelle la liberté militaire de navigation, qui apporte avec elle une menace militaire qui remet en question et ne respecte pas le droit international de la mer. Ce genre de liberté militaire de navigation est préjudiciable à la liberté de navigation dans la mer de Chine méridionale, et elle pourrait même jouer d’une manière désastreuse ».

Pékin intensifie sa présence dans la région. Lundi, l’Administration de la sécurité maritime de la Chine (ASM) a annoncé que le pays allait lancer une série d’exercices. Bien que ces exercices se termineront le jeudi, Beijing a souligné qu’aucun des navires civils ne seraient autorisés dans la zone jusqu’à ce que les exercices soient terminés.

Vendredi dernier, Pékin a mené une manœuvre liberté de navigation, avec la Force aérienne de l’Armée de libération du peuple (PLAAF) qui pilotait un long bombardier à capacité nucléaire H-6K sur Scarborough Shoal, situé dans les eaux contestées de la mer de Chine méridionale.

De même, le Pentagone a déployé les bombardiers B-52 au-dessus de la mer de Chine du Sud, citant « la liberté de navigation. »

Une région très disputée par laquelle environ 5 mille milliards (trillion) de dollars en commerce international qui passent chaque année, la plupart de la mer de Chine méridionale est revendiquée par la Chine, mais il y a chevauchement des réclamations de Taiwan, des Philippines, du Vietnam, de la Malaisie et de Brunei.

Les USA ont exprimé leur opposition à la construction d’une série d’îles artificielles dans la voie navigable, accusant Pékin de tenter d’établir une zone de défense aérienne dans la région. La Chine maintient qu’elle a le droit de construire sur son propre territoire et que l’île sera utilisée principalement à des fins civiles.

La Cour permanente d’arbitrage basée à La Haye a statué la semaine dernière que Pékin n’a pas de base juridique pour réclamer des droits historiques des territoires au sein de la ligne neuf d’attaque dans la mer de Chine méridionale. La décision est devenue comme peu surprenante, étant donné que les États-Unis et leurs alliés du Pacifique ont longtemps fait pression sur la Chine d’abandonner des projets de remise en état des terres dans la région.

La Chine refuse de reconnaître la décision.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputniknews

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :