A la Une

Des raids aériens de la coalition états-unienne en Syrie tuent au moins 120 civils (vidéo-photos)

Familles syriennes ayant fui l’assaut lancé par les forces kurdes et arabes contre les combattants du groupe l’Etat islamique (EI) dans la ville de Manbij, arrivées à un campement à la périphérie du Crédit ville: AFP

Une frappe aérienne de la coalition américaine a tué plus de 85 civils selon Telegraph.co.uk, l’agence SANA parle de 120 civils, dont des enfants, des vieillards et des femmes et a détruit leurs maisons, en Syrie mardi 19 juillet, citant des rapports sur place, après que la coalition les ait soi-disant pris pour des combattants de l’Etat islamique. La Syrie a réclamé au Secrétaire général des Nations unies et au président du Conseil de sécurité la condamnation ferme de ce massacre.

Au moins huit familles ont été touchées alors que les membres tentaient de fuir les combats se déroulant dans leur région. Plusieurs dizaines de civils se trouvent sous les décombres de leurs maisons. C’est un parmi tant d’autres bombardements qui ont été meurtriers pour les civils, il a été exécuté par l’alliance conduite par les Etats-Unis en Syrie, soi-disant pour éliminer les « terroristes ».

Le ministère des Affaires Etrangères et des Expatriés de la Syrie a adressé deux messages identiques au Secrétaire général des Nations unies et au président du Conseil de sécurité, indiquant que les avions de combat français de la Coalition internationale conduite par les Etats-Unis en Syrie ont commis un massacre sanglant et inhumain près des frontières syro-turques dans le bombardement du village de Toukhan al-Kubra au nord de la ville de Manbej.

Dans le passé, des reproches ont été faits à cette coalition conduite par les Etats-Unis, qui visait les endroits à forte densité d’habitations par des populations civiles. Certaines sources soutiennent même que ces bombardements anarchiques auraient occasionnés le gonflement des effectifs du groupe Etat Islamique (DAECH ou ISIS).

Les photos des différents bombardements qui se sont déroulés à l’aube dans le village de Tokhar près de Manbij contrôlé par ISIS, situé dans le nord de la Syrie, ont montré de nombreux corps touchés par des missiles et des bombes, dont des enfants très jeunes. Trois d’entre eux ont été retrouvés sous des piles de décombres.

L’Observatoire syrien au Royaume-Uni pour les droits de l’homme a déclaré que les bombardements sembleraient avoir été effectués par erreur, touchant des civils innocents et les infrastructures, qui ont été pris pour cibles confondus à des militants islamistes et leur sièges. Comment s’effectuent donc leurs opérations, sachant qu’avec le retour d’expérience de différents théâtres d’opérations, ces faits se répètent souvent, par exemple avec la destruction d’hôpitaux en Afghanistan ou en Syrie.

Confondre des civils à des terroristes radicaux n’est pas acceptable, surtout lorsque ces évènements deviennent répétitifs. Car avant d’effectuer des opérations de ce type, des renseignements précis doivent être « récoltés » pour éviter ce que l’on appelle abusivement dans le jargon otanien des « dégâts collatéraux » qui à y voir de près, sont en fait de véritables crimes.

Les bombardements de mardi semblent avoir été parmi les premiers réalisés ce jour-là par des jets qui ont décollé de la base aérienne d’Incirlik en Turquie, depuis sa réouverture après l’échec du coup d’Etat. La répétition des erreurs dans la durée amène certains observateurs à soutenir qu’il s’agit d’actes délibérés visant à pousser les civils directement dans les bras de DAECH ou de fuir le pays. Car ceux-ci se trouvent généralement dans les zones et localités que ces derniers contrôlent et bombardées anarchiquement par la coalition états-unienne.

Dans la région visée, se sont déroulées d’intenses combats qui ont violemment opposé les combattants extrémistes aux membres des Forces démocratiques de Syrie (FDS, ou SDF en anglais) soutenues par les Etats-Unis. Celles-ci ont avancé vers le bastion de DAECH de Manbij sous la couverture des frappes aériennes intenses de la coalition menée par les USA.

Cette dernière a mené plus de 450 frappes aériennes autour de la ville depuis le commencement en mai de l’opération visant à prendre la ville.

Les Forces démocratiques de Syrie (FDS (SDF)), sont une alliance réalisée par des combattants kurdes et arabes, qui essaient de se saisir du dernier territoire tenu par l’État islamique à la frontière de la Syrie avec la Turquie.

    Images très claires (rare) d’une frappe aérienne CJTF nord de #Manbij le 5 Juillet 2016. Géolocalisation: https://t.co/w70f6hO506 pic.twitter.com/JFlAKDj2yh

    – Christiaan Triebert (@trbrtc) 18 Juillet, 2016

 Le mardi, les forces coalisées ont repris un siège du groupe terroriste, qui se trouvait dans un hôpital. Il était utilisé comme plaque tournante du centre de commandement et de la logistique.

Cependant les progrès dans la ville de Manbij ont été lents, en raison de nombreuses mines terrestres qui jonchent le long des routes et des tireurs d’élite adverses qui attaquent par surprise les groupes de combattants dans leurs avancées.

Beaucoup de combattants de DAECH se sont retranchés dans la ville, ce qui empêche les milliers de civils de la quitter. Ils les utilisent comme boucliers humains. La présence de ces nombreux civils aurait pu amener les forces aériennes conduites par les Etats-Unis de faire attention, afin de ne pas les viser et les toucher même par inadvertance.

Les forces coalisées espèrent pouvoir capturer la ville de Manbij pour inscrire dans leur tableau de « chasse » une  victoire très significative. Car cette ville est très importante pour le groupe, étant située à 30 minutes de la Turquie dont on soupçonne qu’elle est une de leur base arrière. Elle permet aussi aux terroristes de se diriger plus facilement sur la route de Raqqa, qui est la « capitale » du califat que revendique DAECH.

La ville de Raqqa a longtemps aussi servi de base aux combattants d’origine occidentale, qui ont emprunté pendant des années la frontière poreuse du Nord pour entrer en Syrie en provenance de l’Europe.

Dans un autre incident qui s’est déroulé dimanche 17 juillet 2016, l’Observatoire syrien a rapporté que les frappes aériennes de la coalition ont tué six civils à Manbij, notamment une femme avec quatre de ses enfants et un vieil homme. L’agence SANA ajoute que le bilan de ce bombardement a fait plus de 20 victimes parmi les civils et des dizaines de blessés. La majorité des victimes étaient des enfants et des femmes.

Souvent pour couvrir ces bévues, les forces coalisées noient le poisson dans l’eau en accusant la Russie de bombarder également de nombreux bâtiments publics, ce que réfute Moscou avec véhémence.

Jean de Dieu MOSSINGUE

Sources : MIRASTNEWS, SANA, Telegraph

13709998_1563930033911212_9136666379273669550_n

13782233_1563930017244547_1666813095967736057_n

13697007_1102285339819032_5708276982082040353_n

13692677_1219454031439116_9082596472726244060_n

ale

Aleppo : US-led Coalition warplanes have carried out an air-raid on Tokhar village north of ‪‎Manbij‬ killing over 150 civilians.

Source images: https://friendsofsyria.wordpress.com/2016/07/19/obama-deliberately-killing-syrian-civilians/

1 Trackback / Pingback

  1. Moscou demande au Pentagone de reconsidérer sa stratégie pour la Syrie et le retrait du traité INF – MIRASTNEWS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :