A la Une

Les affrontements au Cachemire risquent de ramener l’Inde et le Pakistan au bord de la guerre nucléaire

© Wikipedia/

La souffrance longtemps ignorée du peuple cachemiri porte avec elle le plus grand risque dans le monde de la guerre nucléaire à grande échelle entre les deux adversaires de longue date.

Les tensions sont réapparues sur le territoire contesté du Cachemire, une région à majorité musulmane qui a longtemps été contrôlée par l’Inde, mais dont la population aspire à être réunie avec leurs frères au Pakistan, ayant exacerbé les tensions de longue date entre les deux puissances nucléaires.

Il y a dix ans, le Pakistan et l’Inde se sont éloignés de l’abîme, après des décennies de belligérance sur le territoire, en décidant, en principe, pour dissiper les tensions, de permettre la libre circulation des personnes et des marchandises à travers la ligne de contrôle.

L’accord gagnant-gagnant aurait vu les deux pays retirer un million de soldats du Cachemire et d’administrer communément le territoire, offrant aux résidents une plus grande autonomie comme les progrès se sont déplacés vers une résolution finale – mais ce n’est jamais arrivé sur, alors le chef Pervez Musharraf tente de fléchir son effet de levier avec  l’administration Bush sur la lutte contre al-Qaïda, en s’éloignant de la table sans se rendre compte à l’époque qu’il était entrain de jouer sa main en plus compliqué.

En dehors de la corde raide, Musharraf fait face à un autre défi énorme et inattendu, quand il a appelé les groupes militants islamistes occupant le Cachemire de se dissoudre et de se démobiliser en 2003, pour faciliter le processus diplomatique – ces militants transformés en al-Qaïda affilié à Lashkar-e-Taiba qui a tourné ses armes sur la population de Mumbai.

La situation au Cachemire aujourd’hui est maintenant aussi sûre qu’elle était quand plus d’un million de soldats étaient toujours un fil de cheveu déclencheur, façon de tourner le territoire dans l’une des pires zones de conflit du monde. Depuis le 8 Juillet, quand un jeune rebelle musulman populaire Burhan Wani a été tué dans une fusillade avec les forces de sécurité indiennes, les populatiobs du Cachemire ont éclaté de colère avec des manifestations conduisant à au moins 42 tués, des centaines aveuglés, et quelques 3500 personnes blessées.

Aujourd’hui, le Premier ministre Nawaz Sharif du Pakistan aspire à reprendre le contrôle du Cachemire indien, dont de nombreux chercheurs historiques jugent l’octroi une erreur tragique par les administrateurs britanniques.

En 1947, la partition désastreuse de l’Inde administrée par Lord Mountbatten, un ami du fondateur de l’Inde Jawaharlal Nehru, a dépouillé le Pakistan d’un avenir en le séparant en deux parties – le Pakistan oriental et occidental – séparés par plus d’un millier de miles du territoire de l’Inde. La partition se traduit par la mort de quelque 1 million de personnes et des années plus tard, après une guerre sanglante et un autre 1 million de personnes tuées, le Pakistan oriental est finalement devenu ce qui est connu comme le Bangladesh.

Il y avait d’autres erreurs dans le processus de fabrication de la carte – Mountbatten a cherché à diviser les morceaux par les zones à majorité musulmane et les zones à majorité hindoue. Le Cachemire, cependant, a toujours été dominé par la foi islamique qui est embrassée par quelque 70% de la population.

Le territoire riche en ressources, un conflit foncier qui vient aussi avec des trésors et des minéraux, est assis à la dure de la rivalité fraternelle entre les deux pays. Avec les Cachemiris réclamant maintenant pour le changement, le gouvernement du Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif semble désormais fixé sur un réamorçage du bras de fer nucléaire contre son rival de longue date appelant le peuple au Cachemire pour agiter, démontrer et brandir le drapeau du Pakistan.

Le Pakistan et l’Inde détiennent maintenant environ 120 ogives nucléaires chacun – assez pour éradiquer la vie de la terre à plusieurs reprises – et si le conflit de 1989-2002 entre les deux pays, un cycle de violence qui a conduit à au moins 50.000 morts selon Human Rights Watch et autant que 90 000 morts musulmans cachemiris selon les retraités Villes Congressman Edolphus (D-NY), est un quelconque indicateur, alors la situation pourrait dégénérer rapidement vers un scénario de fin du monde.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputniknews

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :