A la Une

Les ‘Islamistes’ se trahissent facilement les uns les autres sous la pression de l’armée syrienne à Alep

© Flickr/ coolloud

Les rapports [stipulant] que la filiale d’Al-Qaïda en Syrie, le Front al-Nusra est en train de changer son nom et brise les liens avec al-Qaïda auraient été causés par la prochaine défaite du groupe à Alep et à la crainte que la Russie et les Etats-Unis sont entrain d’unir les efforts pour le combattre conjointement, selon le politologue russe Alexandr Ignatenko.

La filiale d’Al-Qaïda opérant en Syrie, le Front al-Nusra, a annoncé jeudi qu’il brise ses liens avec Al-Qaïda et est en train de changer son nom pour Jabhat Fatah al Sham.

Selon Reuters, le chef du groupe, Abou Mohamad al-Golani « a fait l’annonce dans une vidéo qui a été la première déclaration publique pour montrer son visage. »

« Nous avons cessé de fonctionner sous le nom du Front [al] -Nusra et formé un nouveau corps … Cette nouvelle formation n’a aucun lien avec une quelconque partie étrangère, » l’agence le cite comme informateur.

Le même jour, al-Qaïda a publié une déclaration confirmant son mouvement (départ), de sorte que al-Nusra « pourrait préserver son unité et continuer sa bataille en Syrie. »

« Une rupture avec Al-Qaïda pourrait ouvrir la voie à un soutien accru des pays du Golfe comme le Qatar pour le Front [al] -Nusra, la faction la plus puissante des cinq années de conflit en Syrie, opposant à la fois le président Bachar al-Assad et le groupe militant État islamique. Elle pourrait également conduire à des liens plus étroits entre [al] -Nusra et d’autres factions combattantes en Syrie », dit Reuters.

«Vous pouvez sacrifier sans hésitation ces liens organisationnels et du parti si ils entrent en conflit avec votre unité et travailler comme un seul corps», il cite le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahri comme parlant dans un communiqué audio dirigé vers le Front al-Nusra.

De nombreux pays et le Conseil de sécurité des Nations Unies ont énuméré le Front al-Nusra avant une organisation terroriste, l’excluant ainsi en Février de la cessation des hostilités en Syrie.

La Russie et les États-Unis discutent actuellement d’une coordination plus étroite pour cibler le groupe.

Alexander Ignatenko, le chef de l’Institut d’études religieuses et politiques suggère donc que le changement vise à essayer d’échapper à l’emprise de la Russie et des Etats-Unis qui se resserre sur les organisations terroristes en Syrie.

Le politologue a noté que la Syrie est désormais le témoin du processus de reformatage des organisations terroristes, ce qui suggère que le groupe Ahrar al-Sham, qui ne figure pas sur la liste du CSNU, pourra également suivre l’exemple d’al-Nusra et annoncera bientôt la rupture de ses liens avec al-Qaïda, confirmant ainsi qu’il avait soutenu des liens avec cette organisation terroriste.

« Le deuxième objectif est de se présenter comme une opposition nationale modérée et purement syrienne, » a-t-il déclaré dans une interview avec le journal en ligne russe Vzglyad.

Toutefois, il a noté, que la majorité des militants d’Al-Nusra sont des étrangers en provenance d’Arabie Saoudite, du Qatar, de la Turquie et d’autres pays. La même chose est avec le groupe Ahrar al-Sham.

Avec une telle démarche, dit-il, ils vont présenter au monde le mouvement non-extrémiste national, sans aucun lien avec Al-Qaïda, avec qui l’on pourrait négocier.

« Cependant, ils ne veulent pas dire les négociations sur une solution politique possible à la crise dans la zone où ils se battent, mais les négociations sur la façon de se retrancher comme la voix des intérêts de la population sunnite locale sur le territoire qui est encore sous leur contrôle, » a-t-il expliqué.

De cette façon, le groupe peut prendre part aux négociations du règlement définitif de la crise syrienne. Ils essaient de se présenter comme «chaud et floue, » a ironiquement ajouté Ignatenko.

L’expert n’a cependant pas laissé entendre que le nouveau mouvement sera dirigé par les mêmes dirigeants ou si la hiérarchie existante sera complètement remplacée par des personnages différents.

Il n’a pas exclu que pendant la soi-disant « transformation » le mouvement soit divisé, avec quelques unités d’exploitation encore sous le même nom et bannière.

Pendant ce temps, des rapports récents suggèrent que l’armée syrienne a complètement encerclé Alep, la mise en scène pour un siège prolongé visant à forcer éventuellement la reddition des rebelles retranchés dans la partie orientale de la ville.

Le jeudi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a déclaré que la Russie et l’armée syrienne ont établi trois corridors pour les civils qui souhaitent fuir la région et un pour les militants qui souhaitent déposer les armes.

Sergueï Choïgou a déclaré que le quatrième corridor pour les militants qui souhaitent abandonner a été établi dans le nord d’Alep, car les États-Unis n’ont pas réussi à fournir des données sur la séparation entre le Front al-Nusra et la soi-disant « opposition modérée. »

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputniknews

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :