A la Une

Quelque chose se prépare dans le sud syrien…par les USA et Israël + La Syrie condamne le ciblage des civils et des infrastructures

Quelque chose se prépare dans le sud syrien…par les USA et Israël

Les Américains et leurs alliés en Syrie ne vont pas rester les bras croisés face à l’exploit réalisé par l’armée syrienne et ses alliés, russe, iranien et Hezbollahi dans le nord de la Syrie.

Cet exploit qui verra dans les prochains jours la libération de la totalité  de la ville stratégique d’Alep a sans doute redistribué des cartes, et pourrait être perçu comme un facteur  qui altère l’équilibre des forces établi sur le terrain. A l’avantage bien sur du gouvernement syrien, dont la position aux pourparlers se verrait assurément renforcée.

Selon le journal libanais al-Akhbar,  plusieurs indices relevés récemment laisseraient croire que le rééquilibrage devrait se faire dans le sud de la Syrie, frontalier avec la Jordanie et la Palestine occupée par Israël.

Il y a eu entre autre la déclaration du secrétaire d’état américain à la Défense Ashton Carter qui a déclaré que « la coalition conduite par les USA contre Daesh cherchera l’occasion d’attaquer ce groupuscule dans le sud syrien ». Sachant que la présence de cette milice wahhabite takfiriste dans cette région est plutôt modeste.

Et il s’est passé aussi un retrait plutôt suspect du front al-Nosra de ses positions situées dans le camp palestinien de Yarmouk qu’il se partage avec Daesh dans la province ouest de Deraa.

Mais l’indice le plus révélateur est sans aucun doute les divulgations des médias israéliens selon lesquels les deux armées américaine et israélienne s’apprêtent à effectuer ensemble des manœuvres militaires dans le désert du Néguev, au sud de la Palestine occupée. Qualifiées de « grande envergure », ces exercices seront composés et simuleront des combats dans des zones résidentielles et des parachutages de forces dans les lignes arrière.

En même temps, l’armée israélienne a décidé d’augmenter sa soi soi-disant « aide humanitaire » fournie au Syriens en ouvrant la frontière du Golan occupé à la Syrie, face aux régions occupes par les milices dans le sud syrien.

Dans les rapports israéliens, il est question que Tsahal est en train d’étudier une demande qui a été faite par l’association d’aide aux réfugiés Amalia, présidée par l’homme d’affaires israélo-américain Moti Kahana pour élargir « son activité humanitaire » en Syrie.

Dans un entretien avec le quotidien israélien Yediot Aharonot il a fait part que l’un des objectifs de son organisation est d’établir une zone sécuritaire dans le sud syrien. Il devrait s’y mettre une fois l’armée israélienne lui a donné son feu vert. Les ambitions de ce projet sont bien grandes et évoquent déjà une intervention et un contrôle par procuration du sud syrien.

Par contre, aucune intervention de l’armée israélienne ne semble envisagée dans le sud syrien. Son rôle se limitera au soutien en renseignements et parfois à des opérations ponctuelles aériennes effectuées par ses bombardiers ou drones.

La Jordanie devrait part au projet ainsi que les milices armées qui se trouvent dans cette région et qui lui sont d’ailleurs affiliées. Des unités pourraient aussi être amenées de l’extérieur.

Plus qu’un rééquilibrage avec le scénario qui s’est passé dans la nord syrien, Américains et Israéliens s’attellent de fin en comble pour empêcher qu’il ne se répercute dans le sud. D’autant que le président syrien Bachar al-Assad et le numéro un Hezbollah sayed Hassan Nasrallah avaient menacé de lancer des opérations de résistance contre l’occupation israélienne dans cette région.

Depuis deux jours, l’agence iranienne Fars News a publié la photographie d’un commandant des forces bassidjs, armée de volontaires, le général Mohammad-Rida Naghdi. Il regardait à travers ses jumelles les hauteurs du Golan occupé, à partir d’une région de Quneitra au sud-ouest de la Syrie.

C’est la première fois qu’un haut responsable iranien visite officiellement cette zone, depuis la mort d’un général iranien et de 5 combattants du Hezbollah, tués en 2015 dans un raid israélien, s’est contenté de préciser l’agence.

Source: Almanar

La Syrie condamne la prise pour cible des civils et des infrastructures par la soi-disant “Coalition internationale” ou les terroristes

ministc3a8re-des-ae

Damas – Le gouvernement de la République arabe syrienne a condamné avec les termes les plus sévères la prise pour cible des civils, des infrastructures économiques et de services, et des propriétés publiques et privées par les avions de la soi-disant “Coalition internationale” ou par les réseaux terroristes armés.

C’était dans deux messages adressés par le ministère des AE et des Expatriés au Secrétaire général de l’ONU et au Président du Conseil de sécurité sur les deux massacres sanglants dont le 1er avait été commis par les avions de la soi-disant ” Coalition internationale” contre les civils dans le village de Ghandoura et le 2e par le réseau terroriste “Daech” dans le village de Bweir au nord de la Syrie.

Le ministère a réclamé l’arrêt immédiat de ces attaques et massacres et la punition de leurs auteurs.

Le ministère a fait savoir que les avions de la soi-disant “Coalition internationale”, conduite par les Etats-Unis, avaient commis un nouveau massacre à proximité de la ville de Manbej située au nord d’Alep en y bombardant le village de Ghandoura, soulignant que selon des rapports sur place, 45 civils, dont 7 enfants, étaient tombés en martyr et 50 autres avaient été blessés.

Le ministère a ajouté que les massacres de la “Coalition internationale” avaient été accompagnés d’un nouveau massacre commis dans le village de Bweir par les terroristes de Daech qui y avaient massacré 24 civils.

“Le gouvernement de la République arabe syrienne, qui dénonce la prise pour cible des civils, des infrastructures économiques et de services et des propriétés publiques et privées, affirme que la seule voie pour lutter contre le terrorisme en Syrie réside dans la coordination avec le gouvernement syrien, dans le cadre du Droit international et de la Charte de l’ONU”, a fait noter le ministère.

Et le ministère de poursuivre : “Le gouvernement syrien affirme que le Front Nosra en se dénommant ” Mouvement de Fatah al-Cham” tentent désespérément d’effacer ses crimes et que la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar en poursuivant le soutien aux réseaux terroristes “modérés” commanditent franchement le terrorisme non pas uniquement en Syrie mais dans les différents pays du monde”.

“Le gouvernement de la République arabe syrienne affirme que ces massacres et crimes, ainsi que la destruction et le sabotage, ne l’obligent point à ne pas poursuivre son devoir dans la lutte contre le terrorisme et dans le travail pour réaliser un règlement politique de la crise en Syrie par le biais d’un dialogue inter-syrien, sous une direction syrienne et loin de toute ingérence étrangère, en vue d’éradiquer le terrorisme”, a dit le ministère.

Et le ministère de conclure : “Le gouvernement de la République arabe syrienne incite le Conseil de sécurité à exercer ses responsabilités dans la préservation de la paix internationale et dans l’arrêt des crimes de la Coalition américaine contre les civils syriens”.

A. Chatta

Source: SANA

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :