A la Une

La Force de guerre Bio Russe se dirige vers l’Arctique étant donné que l’anthrax zombie hospitalise 40

L’infection semble s’être répandue parmi la population locale de chevreuils que le virus a déclenchée lorsque la chaleur de l’été exceptionnellement chaud a décongelé son hôte.

Une épidémie de fièvre charbonneuse a surpris le lointain district de Yamalo-Nenets en Sibérie occidentale, tuant 1.500 rennes depuis dimanche et forçant à l’hospitalisation de 40 personnes dans la première épidémie de l’agent pathogène mortel depuis 1941, causant l’inquiétude des experts internationaux de la santé.

Le porte-parole du gouverneur de Yamalo-Nenets, Dmitry Kobylkin a mis en garde le public qu’il y a encore une petite possibilité que le pathogène virulent anthrax ne dit pas, « A partir de maintenant, il n’y a pas de diagnostic unique de l’infection dangereuse. »

La source de l’épidémie d’anthrax qui a forcé 63 résidents locaux à être déplacés est considérée par les autorités d’avoir été causée par une carcasse congelée d’un renne qui est mort il y a des décennies, mais qui a été décongelée dans un été sibérien anormalement chaud provoquant la libération de la bactérie Bacillus anthracis.

Les températures dans la toundra Yamal au-dessus du cercle arctique ont grimpé à des sommets de 95 degrés (35 degrés Celsius) par rapport à une moyenne de 77 degrés (25 degrés Celsius) provoquant la fonte du pergélisol et les animaux longs sont décédés.

L’agent pathogène mortel continue de se propager parmi les rennes de la communauté Nenet provoquant leur mort en masse [du fait] que les gens ont cessé de vacciner les rennes contre la fièvre charbonneuse il y a environ une dizaine d’années, après que la région ait fait un demi-siècle sans foyers.

On croit qu’il est trop tard pour la population de cerfs locale parce que l’anthrax tue les animaux dans les trois jours de leur infection, selon le professeur de biologie Vladimir Bogdanov de l’Académie des sciences de Russie.

Les autorités locales sont maintenant perplexes quant à la meilleure façon de disposer des morts, l’anthrax a infecté les rennes. La méthode habituelle de brûler la carcasse possède des risques importants cette saison, avec une grande partie de la Sibérie déjà engloutie dans les feux de forêt.

L’anthrax entraine un taux de 25% de mortalité à 80%, en fonction de la virulence de la souche particulière.

Les responsables russes affirment que, en raison de l’éloignement de l’épidémie et sa tendance à tuer son hôte avant de pouvoir propager l’infection à d’autres, que l’épidémie a été contenue.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputniknews

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :