A la Une

Clinton derrière le coup d’Etat de 2009 au Honduras? Les e-mails montrent les Etats-Unis mettre en garde le chef de l’OEA de ne pas soutenir le président déchu du Honduras Zelaya

Les Fuites d’emails de WikiLeaks fournissent une arrière-scène d’observation des négociations entre le Département d’Etat, les représentants de l’OEA et le régime putschiste du Honduras.

Les Fuites des échanges d’email entre les fonctionnaires du Département d’État des États-Unis dans les jours après le coup d’Etat de 2009 au Honduras montrent que le personnel diplomatique des Etats-Unis ont fait pression sur le chef de l’Organisation des États américains, OEA, contre des actions à l’appui du président déchu du pays, et même des propositions divertissantes faites par les dirigeants du coup d’Etat au dialogue, sans le chef ou les pays qui étaient opposés à l’éviction de l’OEA.

Dans un message du 5 Juin 2009, envoyé par l’ex-sous-secrétaire d’État adjoint aux Affaires de l’hémisphère occidental Craig Kelly, il a déclaré qu’il avait été en contact avec l’ancien président du Honduras et le partisan du coup, Roberto Flores, qui avait une proposition des diplomates américains sur le nom du chef du gouvernement de fait issu du coup d’Etat qui a renversé le président Manuel Zelaya.

Zelaya Clinton

L’ancien président du Honduras, Manuel Zelaya et l’ancienne secrétaire d’Etat Hillary Clinton | Photo: Reuters – EFE

Zelaya, un homme politique de gauche qui avait lancé quelques réformes modérées, a été contraint de quitter le pouvoir par les dirigeants militaires honduriens et envoyé au Costa Rica, le 26 Juin 2009. Le mouvement est venu après que les dirigeants politiques majoritairement conservateurs du pays ont déclaré ses tentatives pour tenir un référendum non contraignant sur la constitution du pays comme «illégale» et l’ont déménagé après l’avoir démis de ses fonctions.

« Flores m’a juste appelé », a écrit Kelly. « Roberto a dit qu’il a parlé au (Secrétaire général adjoint de l’OEA Albert) Ramdin à passer le long d’une proposition de (président de facto du Honduras après le coup d’Etat, Roberto) Micheletti. »

Kelly, qui allait plus tard être rejeté comme ambassadeur américain au Venezuela et est maintenant directeur principal pour les Amériques pour ExxonMobil, a brièvement exposé la proposition selon laquelle la Cour suprême du Honduras et les deux législatures qui avaient aidé à orchestrer le coup contre Zelaya serait le « dialogue » avec l’OEA, à la condition que le secrétaire général du bloc Jorge Insulza ne soit pas inclus.

    (Le) reps de l’OEA devrait être le niveau de travail (à ne pas savoir Insulza) et comprennent les représentants des Etats membres prêts « , a ajouté Kelly. « (Micheletti) se demande si (les) Etats-Unis participeraient.

Dans une réponse au courriel de Kelly, le représentant permanent des Etats-Unis auprès de l’OEA, Hector Morales, a souligné que les présidents de gauche de la région, y compris le président argentin Cristina Fernandez, puis le chef paraguayen Fernando Lugo, et Rafael Correa de l’Équateur se rassemblaient dans le pays voisin El Salvador afin de soutenir les efforts de Zelaya pour retourner au pays.

« (Zelaya) … va tenter d’aller à Tegu (cigalpa) et alors qu’il ne réussit pas ensuite à rencontrer les autres à San Salvador, » a écrit le diplomate.

Une semaine après le coup d’Etat, avec la violence et la répression par l’escalade militaire, les diplomates américains poussaient contre le retour de Zelaya au pays, et étaient préoccupés par la perception du soutien de Insulza pour le président élu.

Le même jour, l’OEA a voté pour condamner le coup d’État, le secrétaire d’Etat adjoint pour les affaires de l’hémisphère occidental, Thomas Shannon a rapporté à propos de la « forte poussée par les pays clés, y compris le Mexique et le Costa Rica, pour tenter de convaincre Zelaya de ne pas revenir aujourd’hui. » Cependant Shannon a reconnu que «Zelaya semble avoir l’intention d’y retourner,» et que « Insulza se sent dans l’obligation d’accompagner (Zelaya) » sur le vol de retour prévu.

« Je l’ai dit à Insulza qu’il ne devrait pas y aller et que ni (l’Assemblée générale de l’OEA), ni (le Conseil permanent) ne lui ont donné le mandat pour ce voyage, » a écrit Morales dans une série de courriels distincts, laquelle Shannon était également.

Malgré le conseil interne à prendre des mesures dures contre le régime du coup d’Etat, le Département d’Etat d’Hillary Clinton a poussé pour une négociation avec les leaders « de facto » — avec les critiques soutenant que Clinton a travaillé à légitimer le coup d’Etat. Ces négociations ont permis de solidifier un accord en Octobre entre le gouvernement constitutionnel du Honduras et le régime putschiste.

« Tout au long de la crise, nous avons travaillé en étroite collaboration avec l’OEA et des amis dans la région », a écrit Kelly dans un courriel daté du 30 octobre 2009.

Après un vaste lobbying des Etats-Unis pour avoir d’autres pays de l’OEA à bord, l’accord final a contribué à orchestrer des élections qui ont été largement considérées comme une farce, y compris un manque de contrôleurs des institutions internationales, un black-out médiatique et les assassinats ciblés de dirigeants anti-coup en tête des sondages.

Quelques semaines plus tard, dans un courriel daté du 18 novembre 2009, envoyé par l’ancien ambassadeur américain au Honduras Hugo Llorens, il a été révélé que, dans une conversation privée tenue entre Llorens, Kelly et Michelliti, Kelly avait avoué au président de facto que « la crise hondurienne avait exposé les États-Unis et compliqué notre politique en Amérique latine. »

Les e-mails divulgués ont été publiés par le site Wikileaks whistleblowing en Mars dernier dans le cadre d’une base de données en ligne, qui comprend plus de 30.000 e-mails et les pièces jointes envoyées vers et depuis le serveur de messagerie privée d’Hillary Clinton alors qu’elle était secrétaire d’État.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

La source originale de cet article est teleSUR

Copyright © Telesur, teleSUR 2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :