A la Une

Un navire de guerre canadien en mission de l’OTAN touché par l’éclosion du virus de la main, du pied et de la bouche

© Flickr/ Matt

Au moins 20 marins ont été infectés par une affection douloureuse qui provoque des plaies jusqu’à faire irruption sur les gencives, la langue, les mains et les pieds, avec de graves complications potentielles, y compris la méningite et les saignements de poumons.

Le Toronto Star rapporte qu’un navire de guerre canadien déployé sur une mission de l’OTAN a été frappé par une épidémie de la main, la fièvre aphteuse (MMPB), affectant quelque 20 marins.

Les marins à bord du NCSM Charlottetown ont souffert de la maladie contagieuse ces derniers jours, ce qui provoque des plaies douloureuses et des lésions sur la langue, les gencives, les mains et les pieds. Un porte-parole militaire du Canada a confirmé l’épidémie et a assuré le public que la situation a été contenue et que le personnel infecté par la maladie ont reçu un traitement.

« Les Membres sur le MMPB à bord du NCSM Charlottetown sont traités pour aider à soulager leurs symptômes au besoin», a déclaré le Capt. Nicola LaMarre dans une entrevue avec le Toronto Star.

La porte-parole a minimisé la gravité d’une épidémie qui a touché près de 10% de l’équipage, en disant que « Aucun des cas de MMPB à bord du NCSM Charlottetown n’a causé des maladies graves ou affecté des opérations. Tous les membres sont traités par le personnel médical à bord du navire conformément aux protocoles médicaux établis « .

Le virus virulent pathogène, s’il y a absence de traitement, peut être mortel, entraînant parfois une inflammation du cerveau ou les méninges, la paralysie flasque aiguë, l’inflammation du cœur, et le liquide ou des saignements dans les poumons. En général, la condition suit son cours sur une période de trois à six jours, avant que le virus se mette en sommeil.

Il n’y a pas de vaccins ou protocole de traitement spécifique pour la main, la fièvre aphteuse en dehors des analgésiques et des calmants anti-inflammatoires pour soulager les symptômes immédiats.

Les confins fermés d’une frégate sont un terrain fertile reconnu pour le MMPB, un agent pathogène transmis par contact personnel étroit, la toux, les éternuements, le toucher des surfaces infectées, et le partage de l’alimentation et des ustensiles de boisson.

Selon des sources de la marine canadienne, les personnes touchées par la maladie n’ont pas été mises en quarantaine et plusieurs ont continué à travailler dans la cuisine du navire, provoquant l’inquiétude des autres marins lesquels étaient inutilement déployés susceptibles de développer la mise en condition. Ces membres de l’équipage ont été informés par les fonctionnaires « ne vous inquiétez pas », selon le Toronto Star.

LaMarre le porte-parole de la marine canadienne a confirmé qu’il a été déterminé par des fonctionnaires que les mesures de quarantaine étaient inutiles et ont été considérées comme une réponse disproportionnée à l’épidémie.

Plutôt [que de répéter] de cela, le porte-parole a déclaré que les mesures de prévention ont été appliquées à la suite de l’épidémie, y compris le lavage fréquent des mains, en évitant le contact étroit avec ceux qui ont la maladie, et le nettoyage et la désinfection des surfaces fréquemment touchées.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputniknews

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :