A la Une

Début du sommet du G20 de Hangzhou en Chine

Par Jean de Dieu MOSSINGUE / MIRASTNEWS

Le sommet du G20 de Hangzhou a débuté, l’avion présidentiel Air Force One des Etats-Unis, dans lequel se trouvait la délégation conduite par Brack OBAMA a atterri à l’aéroport de Hangzhou (Est de la Chine).  Sur le tarmac de l’aéroport un agent chinois a créé un incident. La conseillère à la Sécurité nationale, Susan Rice fait partie de la délégation américaine.

 

Le président russe Vladimir Poutine a tenu sa promesse d’offrir au président chinois Xi Jinping la boîte de crème glacée russe que le leader chinois souhaitait acquérir, quelques heures avant l’ouverture du sommet du G20, mais que des failles dans le commerce bilatéral l’empêchaient de commander certains produits russes, en dépit de sa très grande popularité en Chine.

La presse américaine s’est installée sous l’une des ailes du Boeing 747 pour prendre les premiers moments de la descente de la délégation américaine de l’avion du président, ce qui a suscité l’intervention quasi-instantanée des services de sécurité chinois.

Un agent de sécurité chinois ayant jugé une proximité trop rapprochée des journalistes sur le parcours prévu pour M. Obama, leur a demandé très fermement de s’éloigner rapidement des lieux.

Malgré l’intervention d’une responsable de la Maison Blanche auprès de l’agent pour lui signifier que cela s’est toujours déroulé pour l’avion américain et le président des Etats-Unis, celui-ci répliqué en anglais: « Ici, c’est chez nous! C’est notre aéroport! ».

L’agent chinois a tenté aussi d’empêcher Mme Rice d’aller rejoindre son président, lorsqu’elle voulait passer sous le cordon bleu qui délimitait l’espace réservé pour le passage de M. Obama. Il y a eu un échange de propos assez durs avec la délégation états-unienne.

Les Chinois n’ont pas envoyé l’escalier permettant à Obama de sortir de son avion par la porte du haut, ce qui l’a obligé d’emprunter l’issue de secours depuis la soute. Il n’y avait pas non plus de tapis rouge.

Cependant, un diplomate chinois a tenu à apporter des précisions sur cette affaire. Le  South Chine Morning Post, rapporté par Sputnik a indiqué que la Chine met toujours à disposition de tous les chefs d’Etat une échelle d’embarquement.

C’est la partie américaine qui voulait que les chauffeurs parlent absolument l’anglais et ne comprenaient pas toutes les instructions des représentants américains concernant la sécurité des données.

Pour pallier à cette insuffisance, la Chine a proposé un traducteur, mais les américains ont refusé l’offre et même l’échelle de l’aéroport.

C’est le Service secret américain assurant la sécurité du président, qui est intervenu pour débloquer la situation en permettant à la conseillère à la sécurité nationale de trouver chemin pour rejoindre le président Barack OBAMA.

De son côté le président Poutine a rencontré le président turc Erdogan.

G20 2015 2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :