A la Une

LES RÉSEAUX DE MERCENAIRES ANGOLAIS DE JEAN PING AU GABON

Selon un certain nombre d’éléments, il apparaît de plus en plus clair que Ping prépare la guerre civile. En tout cas, les services de renseignement du Rwanda, de la Guinée Equatoriale, d’Angola, du Tchad et du Congo disposent suffisamment de preuves.

A Libreville déjà, les autorités marquaient une certaine inquiétude quant à la sortie assez obscure de certains containeurs du port d’Owendo. Des sorties frauduleuses qui ne se faisaient qu’en pleine nuit. Ce qui a aussitôt mis en alerte les services de renseignement, qui ont déclenché immédiatement des enquêtes. Enquêtes qui ont duré plusieurs semaines.

Selon les limiers, les invités Angolais de Ping sont rentrés par Cocobeach, en provenance de la Guinée Equatoriale où ils ont préalablement séjourné pendant un mois avant d’échouer au Gabon. A noter qu’en Guinée Equatoriale, les invités de Ping ont été reçus par le nouvel ambassadeur de l’homme d’Omboué dans ce pays ami : le citoyen Michel Ongoundou Loundah. Lequel, précisent les enquêteurs, a rencontré vaillamment plusieurs autorités de ce pays.

L’enquête révèle en outre – et c’est très intéressant – que Malabo a bel et bien confirmé toutes ces informations. Même que les services de renseignement Equato-guinéens ont précisé que les invités de Ping sont en réalité des anciens compagnons de Savimbi, de la belle époque de l’UNITA. Et Malabo d’ajouter que ceux-ci devaient se rendre en stage de recyclage en Espagne. Ce que, d’après des sources proches de l’enquête, Luanda a confirmé.

La synthèse des informations reçues des services de renseignement équato-guinéens, angolais et même tchadiens, affirme que près de deux-cents (200) Gabonais et Tchadiens recrutés par Ping, suivent un stage de formation militaire en Espagne. Comme couverture, ils portent la nationalité équato-guinéenne à travers de faux passeports équato-guinéens fabriqués à Douala, au Cameroun.

Parallèlement à la filière angolo-tchadienne, Ping a ouvert un autre marché du côté du Rwanda, précisément dans la région du Sud-Kivu. Dans ce véritable laboratoire du crime et du viol, Ping recrute à tout vent des officiers supérieurs de la rébellion rwandaise. Deux (2) ont récemment séjourné à Libreville grâce au concours de l’ancien Directeur général adjoint de l’immigration.

Ce petit commando était venu faire une opération de reconnaissance des lieux névralgiques de la capitale gabonaise. En cas de chute du régime, Ping leur a promis l’exploitation sans contrôle de l’or et du pétrole.

Durant leur séjour à Libreville, les deux Rwandais de Ping étaient logés dans un petit motel du côté du Lac Bleu, près des Charbonnages. Ils portaient des passeports congolais (Brazzaville).

C’est avec ces sésames qu’ils ont pu librement faire le voyage du Haut-Ogooué, précisément à Mbougou-Badouma où ils ont tranquillement devisé avec leur collègue, le général Gilbert Likassa, en présence d’un certain Bachir, une star à la direction générale de la Solde.

Par ailleurs, et pour être tout à fait complet dans cette affaire, il faut relever que l’obtention des passeports congolais aux deux Rwandais de Ping a été rendue possible par la magie de sieur Denis Kamba, un ressortissant congolais (Brazzaville) naturalisé gabonais. Sans travail et à part dissimuler les containeurs de Ping, ce Denis Kamba est logé aux Hauts de Gué-Gué dans l’une des villas d’Andandé.

Comme plate-forme de renseignement sur les informations du régime, Ping et ses mercenaires comptent sur la dévotion du commandant Ndombo du B2. – lesfossoyeursdugabon.blogspot

“ Jean Ping, avec le soutien des autorités néocoloniales françaises reste toujours réfugié à l´ambassade de France à Libreville où il organise la déstabilisation du Gabon avec l´appui des mercenaires rwandais et angolais.”

Patrick Mba´lla

LA MAIN MISE DE LA FRANCE

Selon La Diplomatie, Ping aurait de vastes propriétés en France et en Côte-d’Ivoire. Il dirige le cabinet de conseil Ping & Ping avec son fils.Ping connaît bien les circuits financiers corrompus par lesquels l’industrie pétrolière et les partis bourgeois français ont pillé les richesses pétrolières du Gabon. Il a bénéficié de ce système, dans lequel une petite part des profits servait à acheter une minuscule clique autour de Bongo lui-même. Omar Bongo a amassé une fortune d’environ 450 millions d’euros ; sa mort a déclenché des combats acharnés entre ses enfants autour du partage de ses avoirs.

Le Parti socialiste (PS) en France a publié une déclaration publique exigeant carrément que Bongo cède le pouvoir à Ping. L’impérialisme français intervient non pas pour défendre la démocratie, mais pour préserver cet ordre social néocolonial. Paris a estimé que ses intérêts sont menacés par les liens tissés entre ce régime et la Chine, dont l’influence est en pleine essor à travers l’Afrique. Depuis l’arrivée d’Ali au pouvoir, le régime Bongo aurait récolté des dizaines de millions de dollars du constructeur chinois Sinohydro, qui a remporté des contrats clés au Gabon malgré l’influence traditionnelle des entreprises de construction françaises dans leur ancien « pré carré » africain.L’intervention de Ping après les élections aura été préparée avec de hauts responsables français, qu’il a rencontrés à Paris en octobre dernier. Il a vu le première secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le sénateur Jean-Pierre Cantegrit, la conseillère Afrique de François Hollande, Hélène Le Gal, le diplomate Jean-Christophe Belliard, et Ibrahima Diawadoh, et la conseillère Afrique du Premier ministre Manuel Valls.Ping a collaboré étroitement avec le PS et avec le régime ivoirien installé par l’armée française en 2011.

Stéphane Hugues et Alex Lantier
Compilation de Patrick Mba´lla

Source:  Facebook

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :