A la Une

« Les hackers russes », une astuce pour détourner l’attention des problèmes réels

© Flickr/ Ars Electronica

Quoiqu’aucune preuve réelle de « cyberattaques russes » contre les Etats-Unis ne soit fournie à ce jour, les médias continuent à savourer le thème de la « menace russe » en prévision de la présidentielle américaine.

Au lieu de soulever la question de la fiabilité du système de vote électronique aux Etats-Unis, les médias préfèrent effrayer les électeurs avec les « hackers russes », rapporte le Nation.

Les médias américains, le Washington Post en tête, mènent une « croisade non justifiée contre la Russie », accusant ses hackers d’attaquer « sur ordre du Kremlin » ses systèmes en prévision du scrutin. Or, si vous voulez définir les coupables, vous devez avoir plus de preuves tangibles, note James Carden dans son article.

Selon l’auteur de l’article, au lieu de soulever le problème de la fiabilité des systèmes américains de stockage des données et du système du vote électronique dans son ensemble, la presse préfère attirer l’attention des lecteurs à l’aide de la Russie.

Ainsi, d’après lui, au cours de ces derniers moins, le journal Washington Post a publié toute une série d’articles dans lesquelles l’édition cherchait à montrer que « les hackers du gouvernement russe sont engagés dans un travail hors norme pour créer un impact sur les résultats de l’élection présidentielle prévue en novembre » aux Etats-Unis. Ainsi, dans le journal daté du 14 juin, on pouvait lire que « des pirates informatiques liés au gouvernement russe avaient pénétré pendant près d’un an dans les ordinateurs du Parti démocrate à Washington » et que parmi les données volées figuraient les volumineux dossiers de recherches sur le passé de Donald Trump. Le 20 juin, le même journal écrivait que les chercheurs dans le domaine de la cybersécurité confirmaient que les « hackers du gouvernement russe » étaient à l’origine de l’attaque. Un mois plus tard, le 29 juillet, le Washington Post écrivait déjà que le FBI permettait de dire qu’une autre organisation du Parti démocrate « avait été piratée par des hackers russes ».

Malgré des titres criants, dignes de tabloïdes, le journal n’a toujours pas fourni de preuves de l’implication de la partie russe, souligne-t-on dans le Nation. Toutefois, dans une des dernières publications consacrées au thème de la « cyberguerre russe », on évoque « un éventuel projet secret russe de torpiller le scrutin de novembre ». Des officiels et de hauts responsables anonymes préviennent dans les pages du journal que la Russie mènerait une « campagne globale » ayant pour objectif d’influencer l’opinion publique américaine. « Nous examinons avec beaucoup d’attention cette question », a annoncé aux journalistes « une source renseignée ».

Or, on oublie d’évoquer le problème principal – le niveau de sécurité du système de vote électronique et sa fiabilité. Au lieu de le faire, on continue à publier des articles sensationnels sur la « menace des hackers russes ».

« Il ne faut même pas douter que tout sera fait pour passer sous silence les problèmes réels. Au lieu de ceci, le journal présentera aux lecteurs son kit universel – cherchera à attirer l’attention à l’aide de la Russie et s’attaquer à Poutine », conclut l’auteur de l’article.

Source: https://fr.sputniknews.com/international/201609101027700236-hackers-russes-usa/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :