A la Une

La Chine construit un nouveau Système Financier pour Remplacer le Leadership des Etats-Unis

Cela va donner à l’Oncle Sam une descente pour sa monnaie

Au cours du premier sommet annuel organisé par la Banque Asiatique d’Investissement en Infrastructures  (BAII) à Pékin, la Chine a montré son intention de reprendre le leadership mondial dans les investissements en infrastructures.

À la fin de cette année, la BAII (AIIB) aurait plus de 100 membres, ce qui en fait le premier établissement de crédit dans les prêts multilatéraux dans l’histoire, sous le contrôle des pays émergents les plus importants.

Il est prévu que la Chine finira par laisser tomber le dollar, car c’est le seul moyen de rompre avec l’hégémonie américaine dans la finance internationale.

La Chine est déjà en avance sur les Etats-Unis dans la course de l’infrastructure de financement au niveau mondial. La Finance internationale passe par la transformation, en dépit de la forte résistance par la puissance de contrôle américaine puissante. L’an dernier, les hauts fonctionnaires de Washington avaient tenté de saboter le lancement de la Banque asiatique d’investissement en infrastructure – BAII (AIIB), mais n’ont pas réussi à le faire.

En fait, les pays qui avaient auparavant déclaré leur allégeance au gouvernement des États-Unis, à savoir l’Allemagne, la France, l’Italie, le Royaume-Uni, avaient, à la fin de la journée, pris la décision d’adhérer à la nouvelle institution de prêts multilatéraux promue par Pékin. Le président Barack Obama ne pouvait pas imaginer que la BAII (AIIB) aurait obtenu le soutien de plus de cinquante pays en quelques mois.

    Sans aucun doute, la Chine accélère le déclin des Etats-Unis à travers le monde. En Avril 2015, Larry Summers, ancien Secrétaire du Trésor sous Bill Clinton, a déclaré que l’appel réussi faite par la BAII (AIIB) a représenté le coup le plus terrible à l’hégémonie des États-Unis. «Le mois dernier, on se souviendra du moment où les Etats-Unis ont perdu leur rôle de protection du système économique mondial», a-t-il dit [1].

Pékin retarde son attaque majeure contre le dollar

Cependant, jusqu’à présent, la Chine était entrain de procéder à la mise en garde extrême. En conséquence, la majorité des pays du G7 – l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, le Japon, l’Italie et le Royaume-Uni – ont salué le lancement de la BAII (AIIB). Néanmoins, en dépit de l’extraordinaire pouvoir d’attraction de l’offre de Pékin qui a réduit l’influence de Washington sur l’infrastructure Global de la Finance et de l’Investissement [2], la BAII (AIIB) s’est elle-même retenue de rejeter le dollar. Et tandis que beaucoup avaient spéculé [3] que les prêts de la AIIB seraient émis en Yuan, ou peut-être en monnaies locales, à cette date, tous les prêts ont été émis en monnaie dollar des Etats-Unis (USD).

En outre, nous devrions également prendre note que trois des quatre prêts qui ont été approuvés par la BAII (AIIB) cette année, un montant de 509 millions de USD, sont des investissements qui sont liés aux institutions traditionnelles du monde financier, construites après le modèle de la Seconde Guerre mondiale à Washington. À mon avis, les investisseurs chinois veulent faire usage d’actions qui ont été investies dans la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement (BAD), ainsi que des excellentes relations déjà établies avec l’Europe.

baii-2

À l’heure actuelle, la BAII (AIIB) est en co-financement, en collaboration avec la Banque mondiale, d’un projet de logements en Indonésie, grâce à un prêt de 216,5 millions de dollars; elle a également co-financée un projet de construction routière au Pakistan de 100 millions USD, en collaboration avec la Banque asiatique de développement (BAD) et le Département du développement international du Royaume-Uni; Un autre prêt d’un montant de 27,5 millions USD, financé par la Communauté européenne pour la reconstruction et le développement, soutient le projet de mise à niveau des routes au Tadjikistan. Le seul projet qui est financé par la BAII (AIIB) est un prêt de 165 millions de dollars pour soutenir le projet de centrale dans le Bangladesh rural.

La mission de la Banque asiatique d’investisseur mondial (Global Investor) dans l’infrastructure

Surtout, le lancement de la BAII (AIIB) marque un seuil important dans l’histoire des institutions multilatérales de crédit comme la première banque – en plus de la nouvelle Banque de développement des BRICS – à être détenue principalement par les économies émergentes [4].

Les contributions financières des super économies des pays de l’Est des BRICS sont importantes: les actions chinoises occupent 29,78%, suivie par des actions indiennes avec 8,36%, et les actions russes viennent en troisième position avec 6,53%. Les vingt (20) actionnaires restants provenant d’autres régions ne représentent qu’un quart (25%) du capital social autorisé inscrit équivalent à 100 milliards de dollars [5].

Initialement, la BAII (AIIB) a été conçu pour soutenir les économies principalement asiatiques, encore, la Chine semble envisager de l’améliorer dans une institution d’envergure mondiale, capable d’assembler les aspirations du reste des économies émergentes [6]. Dans cette perspective, lors du lancement du premier sommet annuel à Pékin en Juin dernier, le président de la BAII (AIIB), Jin Liqun, un ressortissant chinois, a annoncé qu’il envisage d’ajouter 24 autres pays sur la liste existante [7].

En Amérique latine, le Chili, la Colombie et le Venezuela sont maintenant entrain de postuler. En Afrique, l’Algérie, la Libye, le Nigeria, le Sénégal et le Soudan ont déjà signé. Il est utile de noter la candidature du Canada, qui est membre de l’Accord du commerce nord-américain (ALENA), tout comme le Mexique et les USA. En Europe, Chypre, la Grèce et l’Irlande sont très intéressés à s’y joindre. Si tout va bien comme cela se fait jusqu’à présent, il est possible que d’ici la fin de cette année, la BAII (AIIB) aura rassemblé plus de 100 pays membres [8], c’est-à-dire au moins 34 autres membres que la Banque asiatique de développement elle-même, même si elle a encore un long chemin à parcourir pour atteindre le niveau de la Banque mondiale dont l’adhésion atteint 183.

Opter pour un monde multipolaire

La BAII (AIIB) a encore beaucoup à faire sur son ordre du jour. En effet, bien que la région de l’Asie ait enregistré un niveau élevé de croissance du PIB au cours des deux dernières décennies, elle n’a pas réussi à mettre en place encore une première infrastructure de classe. Sultan Ahmed Al Jaber, le ministre des Emirats Arabes Unis, a déclaré que dans la région Asie-Pacifique, environ 1.500 millions de personnes manquent encore d’installations sanitaires de base, 260 millions n’ont toujours pas accès à l’eau potable, et au moins 500.000 n’ont pas d’électricité actuellement dans leurs maisons [9].

En conclusion, le premier sommet annuel de la AIIB a montré la détermination de la Chine à faire partie de la « Première Ligue » de la Finance Internationale (International Finance « Premier League »). Grâce à son engagement dans la construction de la « Route de la Soie » [10], la BAII (AIIB) est un contrepoids puissant à l’influence géo-économique des États-Unis et du Japon en Asie. Néanmoins, afin d’accélérer la construction d’un ordre mondial multipolaire, il est impératif que les dirigeants de la BAII (AIIB) prennent la décision d’abandonner le dollar, et, plus important encore, de garder leurs promesses sur l’amélioration du niveau de vie des peuples.

Ariel Noyola Rodríguez

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Originellement paru sur le Réseau Voltaire

Source: Russia Today

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :