A la Une

Actions coordonnées dans la coalition dirigée par les Etats-Unis en Syrie

Les avions de l’US Air Force et britanniques ont bombardé par surprise les troupes de l’Armée Arabe Syrienne.   Photo : US AIR FORCE / Reuters

Plus que jamais avec les coups bas venant d’Israël, de la Turquie, de la coalition dirigée par les Etats-Unis et les combattants terroristes et « modérés » sur le terrain, les autorités syriennes et leurs alliés sont maintenant ténus à anticiper les actions de la partie adverse.

L’attaque par traitrise des Etats-Unis et leurs alliés n’est pas différente de celles que font coutumièrement Israël ou toute autre partie voulant affaiblir la puissance de l’Armée Arabe Syrienne. Tous les acteurs ont les mêmes buts, se complètent et nouent des alliances comme par exemple le Front al-Nustra et les « rebelles » syriens dits modérés.

Ils recherchent tous les moyens qui leur permettraient de récupérer le pouvoir politique détenu par les Syriens. Ce pouvoir est celui qui ouvre les portes des autres types de pouvoirs. C’est la raison pour laquelle il devient impérieux pour tous ceux qui le convoitent d’affaiblir l’Armée nationale, quitte à emprunter des voies tortueuses, car elle est restée le garant de l’inviolabilité de la souveraineté nationale.

Il semble apparaître que les cessez-le-feu ne sont demandés ou acceptés par la partie adverse que pour permettre aux forces terroristes et modérées souvent en difficultés réelles de souffler un peu, de se réarmer, s’équiper, se ravitailler, se réorganiser et baliser le terrain pour repérer le positionnement des forces armées syriennes, afin par la suite, avant même la fin de celui-ci, de surprendre les troupes officielles pour tenter soit de les exterminer, soit de les affaiblir au maximum.

Tout est entrepris dans ce sens pour essayer d’y parvenir en usant de diverses astuces. Cette politique va se poursuivre, sauf si la Russie, l’Iran, la Syrie et autres alliés prennent conscience de cet état de fait accompli et mettent en place des réponses adéquates adaptées à cette manière d’agir.

Par exemple si plus de 50% des jets qui ont attaqué les troupes syriennes dernièrement avaient été abattus, la coalition américaine réfléchirait par deux fois avant de recommencer. Cela suppose d’avoir anticipé cette action sur l’ensemble du sol syrien.

Il semble que la meilleure tactique trouvée pour opérer était d’éloigner les avions russes ou syriens du ciel en les clouant au sol avec l’artifice du faux cessez-le-feu. Celui-ci a inhibé les sens de la vigilance, de la prévoyance et la réaction. Or un adage dit que le trop de confiance attire le danger. Les frappes aériennes selon le président syrien Bachar el-Assad ont duré une heure, comme le rapporte Sputniknews.

Quatre bombardements intensifs ont été réalisés par les jets de combats étatsuniens sur les positions des troupes syriennes encerclées par les terroristes de Daech, à proximité de la ville de Deir ez-Zor. Assad qualifie les déclarations de Washington sur le conflit syrien de mensongères.

Le but était d’anéantir un maximum de troupes de l’Armée arabe syrienne stationnées dans cette zone et permettre aux terroristes d’occuper le terrain laissé libre, afin par ricochet de se saisir physiquement des espaces par djihadistes interposés et ainsi compliquer le jeu sur le terrain et la tâche des russes, syriens et autres alliés. Ces derniers n’ont-ils pas envie que cette guerre qui s’éternise se termine en beauté pour eux ?

Le bilan des frappes aériennes américaines s’alourdit de jour en jour, certain blessés succombant à leurs blessures, ayant déjà atteint 83 morts.

Cette action de la coalition dirigée par les Etats-Unis n’est pas la première du genre dans tous les théâtres d’opérations où les Etats-Unis interviennent, que ce soit en Irak, en Afghanistan ou en Syrie. Leur « coalition armée internationale » a donc un retour d’expérience rodé sur ces questions pointilleuses, elle n’a donc pas d’excuses. Les combattants extrémistes qui étaient juste dans le même secteur n’ont à aucun moment été visés, même lorsque les russes sont entrés en contact avec eux pour remettre les pendules à l’heure.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan dont le pays est membre de l’OTAN et sa deuxième armée, souhaite maintenant après avoir « libéré » les régions frontalières de la Turquie des combattants de Daech, se diriger avec son armée et alliés à Alep ou même Hama, l’ayant déclaré ce lundi 19 septembre à Sky News Arabia. En réalité la multitude de groupes armés en entente veut conquérir des territoires, aidés par leurs parrains.

Les vrais amis de la Syrie doivent se réveiller si tant est-il qu’ils voulaient s’endormir et envoyer d’importantes troupes très aguerries dans divers domaines sur place, pour soutenir l’Armée Arabe Syrienne sur toute l’étendue du territoire. Cela suppose aussi que chez eux ils aient pris des précautions défensives et offensives d’usage, pour éviter toute surprise désagréable.

L’action des Etats-Unis consistait aussi à affaiblir le moral des troupes syriennes, surtout que ces derniers temps, elles ont accru leurs forces, vitalité et capacité au combat et multiplié leurs conquêtes territoriales.

Il n’est plus possible de faire semblant comme si la négociation allait produire quelque chose de concret tout de suite. Des stratégies contradictoires s’affrontent violemment. Il s’agit pour l’instant de mettre tout en œuvre pour conquérir le maximum sinon la totalité de l’espace vital syrien, pour ne pas laisser la moindre parcelle de terrain aux ennemis de la Syrie.

Et cela est possible en s’affirmant davantage. Négocier est mieux lorsqu’on n’a pas en présence des négociateurs fourbes capables de renier ce qu’ils ont signé en vous regardant droit dans les yeux. Cela n’est plus de la diplomatie, c’est de la ruse, une tactique adoptée par celui qui se croit plus malin pour continuellement tromper et doubler les parties adverses qui elles, croient pourtant jouer un franc jeu et ne font aucun coup bas en respectant les règles du jeu.

Si l’objectif de la Russie, de l’Iran et autres alliés de la Syrie est de délivrer la Syrie de l’occupation par les terroristes de tout bord et de faire cesser la barbarie criminelle, afin de lui restituer son indépendance totale, ceux-ci doivent maintenant redoubler d’efforts, en déroulant comme à l’époque du Vietnam tout ce qui est possible d’être mis en œuvre pour parvenir à la liberté ; sinon, sans cela, à cette allure, les choses dureront ainsi encore très longtemps et deviendront plus difficiles à dénouer.

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :