A la Une

Le Président turc Recep Tayyip Erdoğan propose pour la Syrie, deux armées nationales

En proposant de créer à côté de l’Armée Arabe Syrienne une seconde armée dite « nationale », Erdogan déconne et sort de la légalité. Accepterait-il la possibilité pour des pays de proposer de mettre en place une seconde armée nationale turque, composée des indépendantistes kurdes par exemple ?

Seul l’Etat syrien peut user légitimement de la force armée sur le sol syrien. Toute autre force venue pour le concurrencer chez lui sans sa permission doit être considérée comme antinomique et hostile et de ce fait être anéantie ou mise hors d’état de nuire, sans autre forme de procès.

Surtout que les autorités syriennes n’ont pas enfreint les règles internationales, même si quelques parties intéressées, cherchent à tout prix à leur coller quelques fautes imaginaires. L’Armée syrienne libre ayant commis des crimes en Syrie, ne peut prétendre représenter tout ou partie du peuple syrien. Sinon quel changement positif aurait-elle pu opérer entre temps pour mériter ce prestigieux titre? Rien!

La proposition de Recep Tayyip Erdoğan est hors-la-loi, car cette nouvelle configuration n’est pas prévue dans les clauses régissant la vie des nations aux Nations Unies. Selon l’Agence syrienne SANA, Erdogan a mis en place un hôpital dans la ville Jarablus, au nord d’Alep, limitrophe de la frontière turque, en violation nette du droit international.

Le drapeau turc a été hissé au-dessus de celui-ci et des fonctionnaires turcs y travaillent. Le bâtiment était une unité scolaire qui a été transformé en unité de soins. Le président turc avance donc en véritable conquérant en territoire syrien, utilisant tous les subterfuges nécessaires pour y parvenir.

Compte-t-il faire de la Syrie un laboratoire avancé de la Grande Turquie, sorte d’empire Ottoman dont il rêve tant ? Il y a là un dangereux précédent d’agression scandaleuse sur les territoires syriens et touche directement la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie.

Les médias avaient auparavant annoncé que le régime d’Erdogan coopérait étroitement avec les terroristes de Daech qui lui revendait le pétrole, le gaz et les antiquités syriens volés et en retour le groupe terroriste reçoit des avantages dont les soins des blessés dans les hôpitaux turcs.

Il n’existe pas en Syrie d’opposition « modérée », au regard des difficultés rencontrées par les Etats-Unis de la définir précisément, étant donné l’imbrication de ces forces obscures les unes dans les autres. Il ne saurait non plus y avoir en Syrie une zone d’exclusion aérienne qui échapperait aux autorités officielles.

L’instauration d’une telle zone dans un pays indépendant aurait une valeur de déclaration de guerre automatique faite par les initiateurs. Erdogan gérant un pays dont il pense être très puissant a décidé de s’ingérer directement dans les affaires intérieures de la Syrie. De quel droit use-t-il pour s’ingérer de cette façon dans les affaires syriennes ?

Si les vraies amis de la Syrie étaient conséquent, il serait temps de regarder vers l’opposition armée turque, afin de lui coller aussi une seconde armée nationale turque composée de son opposition dite modérée. Que dirait Erdogan si une telle initiative pouvait être prise et mise en œuvre ?

La difficulté sur cette question, est que les autres nations comme l’Iran, l’Irak ou la Syrie ont elles-mêmes des difficultés internes avec les populations kurdes qui veulent toutes leur indépendance et le contrôle total des ressources communes se trouvant sur leurs zones d’influence ou d’appartenance. Ils ne voudront donc pas remuer le couteau dans la plaie.

La Turquie elle-même est opposée à la création d’un petit Etat kurde sur le sol syrien, pour ne pas ouvrir la boîte de pandore sur son territoire. Pourtant elle n’est pas à son premier essai, elle a d’abord négocié avec les kurdes d’Irak le passage du pétrole irakien sur son territoire dans des pipelines.

Elle souhaite maintenant une zone d’exclusion aérienne qui pourrait être le début du dépeçage de la Syrie par l’ensemble des vautours qui y rôdent. Les nombreux groupes terroristes qui sont liés aux prédateurs y trouveront refuge et constitueront un sanctuaire dans lequel ils seront totalement protégés.

Or les faux amis de la Syrie poursuivent leur plan initié dès le départ, qui consisterait soit à la conquête de la totalité du pouvoir par forces obscures interposées, soit au démembrement du pays, en développant la haine au sein des différentes composantes de la nation pour bien les diviser.

Il apparaît que chaque fois que dans certaines régions de la Syrie les groupes armés opposés à l’Armée Syrienne trouvent toujours un protecteur pour les sortir momentanément des difficultés. Depuis des semaines la Turquie mène des opérations de conquête territoriale sur le sol syrien.

Ses forces terrestres sont entrées dans Jarablus et ses environs en prétextant la lutte contre l’Etat Islamique dont elle est une des promotrices l’ayant enfanté.

Dans la région d’Hasaka, l’Agence SANA rapporte que l’armée turque a  tiré indistinctement sur des civils dans le village de Kahyla, situé entre les villes de Ras al-Ayn et Tal Abyad. Neuf civils ont été tués dont des enfants et plusieurs autres blessés. Certains parmi eux ont été transportés à Ras al-Ayn ville pour être soignés.

De plus la zone occupée par l’Armée turque à la frontière syro-turque est devenue une passoire pour la contrebande d’armes, de munitions, et le passage des mercenaires de différentes organisations terroristes en Syrie. Le pétrole volé en Syrie par des terroristes de Daech continue à couler à flot en Turquie. Il ne saurait donc être question d’une seconde armée en Syrie.

Depuis que les forces armées étrangères hostiles aux autorités syriennes dont celles des pays occidentaux et leurs aillés sont entrés dans la région pour participer aux conflits, notamment en s’impliquant dans crise en Syrie, leurs opérations n’ont pas pu affaiblir les terroristes, au contraire leur venue les a notoirement renforcé tant sur le plan militaire et financier que sur celui de la conquête territoriale. Les réseaux terroristes (Daech, al-Qaïda, Front al-Nosra…) se sont multipliés et renforcés.

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :