A la Une

«Purement défensif», les S-300 de la Russie sont [sur le terrain] pour Psychologiquement «réduire les risques» en Syrie

© Sputnik/ Ramil Sitdikov

La Russie a déployé l’un des systèmes les plus avancés de missiles anti-balistiques dans son arsenal, le S-300VM « Antey-2500, » en Syrie pour améliorer la sécurité des Forces aérospatiales russes, mais le complexe « purement défensif » aidera aussi à faire que le situation dans le pays arabe déchiré par la guerre soit plus calme, a écrit le journaliste Evgeny Krutikov pour Vzglyad.

Ce bonus s’est ajouté en raison de l’effet psychologique d’une arme de pointe présente dans la région.

« Les systèmes de missiles anti-balistiques purement défensifs sont de haute technologie et contribuent à la diminution de l’activité en réduisant psychologiquement les risques, » a affirmé Krutikov. « La simple présence du S-300VM à Tartous limite psychologiquement les capacités de la Force aérienne des Etats-Unis (US Air Force). »

Le journaliste a affirmé que le Pentagone a «pathologiquement peur» des pertes, en particulier les pertes de la haute technologie. S’il y a même un risque minimal de perdre un avion de guerre, l’armée américaine pourra très probablement choisir de ne pas l’envoyer en mission.

« Bien que les Américains comprennent que les systèmes de défense antimissile russe et anti-aériens ne sont pas dirigés contre l’aviation occidentale, ils vont limiter leurs activités aériennes au cas où. Peut-être, cela pourrait également inclure des véhicules aériens sans pilote stationnés à la base Incirlik en Turquie, » a-t-il expliqué.

Krutikov a souligné que le déploiement du S-300VM à Tartus était un « pas mesuré et justifié » pour la Russie. « En fin de compte, la sécurité des bases militaires russes est une priorité absolue » pour Moscou, a-t-il dit. « Si elle fait également que l’US Air Force soit moins active dans la région, ce sera un bonus supplémentaire. »

Le journaliste a également noté qu’en effet, il y avait un risque que la course aux armements dans la région puisse en résulter, mais a déclaré que cette situation n’a pas été créée par Moscou.

En service depuis 2013, le S-300V4 (désignation de l’OTAN SA-23 Gladiator) est destiné à suivre et d’intercepter à courte et moyenne distance les gammes de missiles balistiques, les missiles de croisière et aérobalistiques, ainsi que les aéronefs à voilure fixe, les plates-formes ECM (contremesures électroniques) et de munitions de précision guidées.

Une source anonyme dans les milieux militaires et diplomatiques russes a dit à Izvestiya que le S-300V4, une version améliorée du S-300VM, est principalement orientée pour détruire des cibles aérobalistiques et des missiles de croisière.

Le système est signalé d’avoir une portée de 400 kilomètres (près de 250 miles) et peut engager simultanément jusqu’à 24 appareils ou 16 cibles balistiques dans diverses combinaisons. Il a été conçu et est fabriqué par Almaz-Antey, une société de défense appartenant à l’Etat russe.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputniknews

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :