A la Une

Un grand groupe rebelle soutenu par les USA a signé un accord pour combattre aux côtés de Daesh en Syrie + Russie (vidéo)

© AP Photo/ Manu Brabo, File

Le deuxième plus grand groupe rebelle soutenu par les USA Ahrar al-Sham a retravaillé leur accord avec le Front al-Nusra affilié à al-Qaïda en ramification avec  le Jund al-Aqsa qui a fait allégeance et a été absorbé par Daesh (ISIS), dimanche.

Le lundi, les dirigeants du deuxième plus grand groupe rebelle soutenu par les Américains en Syrie – Ahrar al-Sham – sont parvenus à un nouvel accord de longue durée avec la filiale d’al-Qaida en Syrie le Front Al-Nusra, appelant à une coopération avec des combattants terroristes du Daesh (ISIS) ramifié à Jund al-Aqsa qui a prêté allégeance et a été absorbé par le Front al-Nusra avant le dimanche.

L’accord de coopération met Washington dans une situation troublante avec la Maison Blanche d’Obama qui continue à fournir une aide et un soutien à Ahrar al-Sham qui se bat maintenant à la fois avec Al-Qaïda et une émanation de Daesh (ISIS), sous l’organisation faîtière de L’armée de conquête ébranlant l’allégation des États-Unis sur la supériorité morale en traitant sur le théâtre syrien avec eux, les Etats-Unis sont maintenant alignés directement derrière les terroristes dont ils prétendent être entrain de combattre.

Le développement peut finalement forcer la main de Washington à reconsidérer leur stratégie actuelle qui a mis l’accent à la fois sur la lutte contre la propagation de groupe terroriste Daesh (ISIS) en Syrie, tout en cherchant à renverser le régime d’Assad, en raison des campagnes de bombardements féroces menées à la fois par les forces syriennes et les forces russes pour couper les mauvaises herbes que la menace terroriste multiplie.

Dans le sillage de l’effondrement du cessez-le-feu, auquel Ahrar al-Sham a ouvertement refusé d’agir en conformité et a déclaré directement à Washington qu’ils ne se débandent pas du groupe terroriste Front Al-Nusra parce qu’il est «impossible» pour les États-Unis et leurs alliés occidentaux de passer à l’offensive contre la Russie et le régime syrien dans les salles du Conseil de sécurité des Nations unies avec la France, même pour explorer la possibilité de crimes de guerre contre des enquêtes sur Moscou et Damas par la Cour pénale internationale.

La Russie rétorque que l’accord de cessez-le-feu s’est effondré à la suite de la frappe aérienne de la coalition menée par les USA sur une base de l’armée syrienne de Deir Ez-Zor, qui a entraîné la mort d’au moins 82 soldats et a ouvert la voie à une avancée majeure de Daesh (ISIS), et en raison de plus de 300 violations du cessez-le-feu par les rebelles soi-disant modérés, qui ont intensifié leur violence contre l’armée syrienne à un moment où la paix avait été appelée.

Le sujet de la Syrie est également devenu un sujet de discussion majeur dans la campagne  de l’élection présidentielle 2016 des Etats-Unis, avec la candidate démocrate Hillary Clinton appelant à une zone d’exclusion aérienne qui nécessiterait la suppression des systèmes de contrôle aérien du gouvernement syrien, afin de protéger les rebelles. Son adversaire Donald Trump a déclaré qu’une telle politique n’a pas de sens parce que «nous ne savons même pas qui sont les rebelles, alors quel est le point» et il a averti que « nous gardons le soutien des rebelles et ils continuent à être pire que les gars que nous courions après. »

Les Nations Unies estiment que plus de 400.000 personnes ont été tuées et un nombre record de personnes ont été déplacées soit en interne, soit en tant que réfugiés à l’étranger.

John Arterbury (@JohnArterbury) 10 Octobre 2016

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputniknews

La Russie muscle sa présence militaire en Syrie

Dans un autre signe de l’engagement à long terme de la Russie en Syrie, Moscou affirme qu’il envisage d’établir une base navale permanente dans le port syrien de Tartous.

Le ministre adjoint russe de la défense Nikolaï Pankov a dit que les documents nécessaires sont déjà préparés et sont en cours d’approbation. La base navale, se trouve sur le site d’une installation existante que la Russie a louée de la Syrie. Moscou est entrain de renforcer sa présence militaire en Syrie. Il a déployé les missiles S-300 avancées de surface aérienne à Tartus la semaine dernière. Ceci, étant donné que les Etats-Unis ont intensifié la rhétorique anti-Syrie. La Russie a hérité de l’installation navale à Tartous lorsque l’Union soviétique s’est effondrée en 1991. La base est d’une immense importance stratégique, étant le seul pied de la Russie dans la mer Méditerranée.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: PressTV News Videos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :