A la Une

Pour Poutine, la responsabilité de la crise syrienne pèse sur les USA et leurs alliés

© Sputnik. Alexei Nikolsky

Les États-Unis et leurs alliés sont responsables de la situation en Syrie et dans la région, a déclaré le président russe Vladimir Poutine.

Ce sont les États-Unis et leurs alliés qui sont responsables de la situation actuelle en Syrie et dans la région en général, et leurs accusations à l’endroit de la Russie sont de la rhétorique politique qui ne tient pas compte de l’état véritable de choses, a affirmé le dirigeant russe dans une interview accordée à la chaîne française TF1.

« Je dirais que c’est une rhétorique politique qui n’a pas de sens et ne tient pas compte de l’état réel des choses », a répondu le président russe quand on lui a demandé de commenter l’attitude rigoureuse envers la Russie au sujet des frappes à Alep, y compris de la part du secrétaire d’État américain, du président français et du ministre français des Affaires étrangères.

Dans le même temps, l’objectif de Moscou est de ne pas laisser se réaliser le scénario libyen ou irakien en Syrie, où il n’y avait pas de menace terroriste avant le « printemps arabe », a souligné Vladimir Poutine.

« Je suis profondément convaincu que la responsabilité de la situation actuelle dans la région en général et en Syrie en particulier incombe, en premier lieu, à nos partenaires occidentaux, aux États-Unis bien sûr et à leurs alliés également. Rappelons-nous comment tout le monde soutenait à pleine gorge « le printemps arabe » ! Et alors, où est-il, cet optimisme ? Par quoi s’est soldé tout cela ? », a demandé crûment le chef d’État russe.

Poutine a proposé de revenir à l’ambiance qui régnait au Proche-Orient avant le printemps arabe.

« Rappelons-nous à quoi ressemblaient la Libye et l’Irak avant le moment où ces pays ou entités étatiques ont été détruits par les forces de nos divers alliés occidentaux. Certes, ces destructions n’ont pas été des exemples de démocratie comme nous le comprenons aujourd’hui », a-t-il poursuivi.

Probablement, aurait-on pu — et il aurait fallu — influencer le changement de la structure de la société, de la structure de l’État et du pouvoir, de la nature du pouvoir. Mais, après tout, il n’y avait là aucun indice de terrorisme, a insisté M. Poutine.

« Aucune menace n’émanait de ces territoires et ne se présentait ni pour Paris, ni pour la Côte d’Azur, ni pour la Belgique, ni pour la Russie, ni pour les États-Unis. Et voilà maintenant que c’est la source de la menace terroriste. Notre but est alors d’éviter ce même scénario sur le sol syrien », a-t-il résumé.

Ces derniers temps, la situation s’est considérablement aggravée à Alep, la ville et ses alentours vivent des combats acharnés. Les États-Unis ont accusé les autorités syriennes et russes d’avoir prétendument bombardé des civils et les forces de l’opposition. Damas et Moscou de leur côté ont affirmé ne frapper que les terroristes et ont reproché à Washington son incapacité d’influer sur les groupes armés de l’opposition dite « modérée » pour qu’ils se distinguent des terroristes.

Source : Sputniknews

Daech commence à utiliser des drones à des fins militaires

1018889222

© Flickr/ Lee

Les terroristes de l’Etat islamique (EI, Daech) ont commencé à utiliser des drones à des fins militaires, a déclaré un porte-parole du quartier général de l’opération Inherent Resolve, menée par la coalition internationale dirigée par les États-Unis. Cela soulève une question assez logique: où les terroristes se sont-ils procurés ces drones ?

« Nous avons déjà vu des exemples d’utilisation par Daech de drones commerciaux pour surveiller la coalition et les forces de sécurité irakiennes, ainsi que des tentatives pour fournir des engins explosifs. La coalition prend cette menace au sérieux et met en œuvre des mesures supplémentaires pour protéger nos forces et nos partenaires contre les drones », a déclaré le porte-parole.

Le 2 octobre en Irak, deux militaires peshmergas ont été tués et deux commandos parachutistes français ont été gravement blessés par un engin piégé de Daech, ce qui indique que les extrémistes ont commencé à utiliser des drones à des fins militaires.

La question de savoir où les terroristes se sont procurés des drones reste ouverte.

Les États-Unis et leurs alliés mènent l’opération Inherent Resolve contre l’État islamique en Syrie et en Irak depuis 2014. Jusqu’à présent, certains rapports affirmaient que les militants utilisaient des drones, mais cela n’avait pas été confirmé officiellement.

Source: Sputniknews

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :