A la Une

Les Etats-Unis entrent-ils en guerre au Yémen ? Ils vengeraient leurs navires en pilonnant les Houthis que combat l’Arabie Saoudite (vidéos)

USS Mason en mer Rouge

Les Houthis ont été attaqués chez eux par l’Arabie Saoudite pour rétablir dans ses fonctions l’ancien président déchu réfugié dans ce pays. Depuis le début de la guerre les saoudiens bombardent tout ce qui tombe dans leurs viseurs, notamment les civils, les mariages, les cérémonies funéraires, les hôpitaux, les Houthis leurs ennemis jurés ou les infrastructures du pays.

C’est dans ce contexte que les bâtiments militaires des Etats-Unis rôdent dans les parages, alors qu’une coalition d’Etat appuie l’action du royaume. C’est ainsi que des bâtiments militaires sont coulés par les yéménites, en particulier dernièrement celui des Emirats arabes unis. Est-ce en raison de cela que les Etats-Unis ont renforcé leur présence dans la zone de conflit ?

La présence de leurs navires énerverait les Houthis qui verraient là arriver en force un autre allié de l’Arabie Saoudite lui fournissant déjà massivement des armes, des munitions, des avions de combat, des tanks et autres produits pour la guerre.

Étant donné que Washington n’a jamais condamné fermement les incartades de son fidèle allié et sa coalition qui bombardent dans les airs à bout portant les populations civiles dans les cérémonies ou les hôpitaux et selon des médias, utilisent parfois des armes prohibées par la convention des Nations unies. La dernière frappe s’est déroulée pendant une veillée funéraire à Sanna et a fait au moins 150 morts et plus de 600 blessés.

Toutes ces raisons auraient poussé les Houthis à se tenir sur leurs gardes et répondre à ce qu’ils jugent être des provocations. Ils auraient selon les américains, à deux reprises, visé ces derniers jours leurs navires de guerre, l’USS Mason et l’USS Ponce au large des côtes yéménites, sans les toucher, poussant Washington a réagir aux tirs yéménites en pilonnant en retour des sites tenus par les rebelles Houthis, mais l’armée nationale du Yémen s’en offusque aussi et se révolte.

Les Houthis eux-mêmes nient les accusations des Etats-Unis, soutenant que rien de cela ne s’est produit et que les accusations sont fausses. En fait un prétexte pour intervenir afin d’aider en donnant un coup de pouce son allié d’antan. Dans le cas où elles seraient fondées, les actions des Houthis ressembleraient plutôt à des coups de semonce ou à des tirs réalisés par des amateurs, en raison de leur imprécision.

Cette présence et l’action menée au Yémen par les Etats-Unis au lieu de pousser à l’arrêt des combats, envenime la situation militaire sur place et renforce la position de l’Arabie Saoudite, pourtant considéré par l’Armée et les rebelles comme pays agresseur.

Les Etats-Unis ont ciblé en une série de frappes les positions des Houthis et détruit Mercredi matin trois radars implantés sur le littoral yéménite de la mer Rouge, en réponse aux tirs supposés des missiles des combattants yéménites tirés le même jour contre leur navire de guerre USS Mason, selon Peter Cook, porte-parole du Pentagone. Il n’y aurait pas selon les américains de victimes civiles ou de dommages collatéraux.

Le porte-parole de la Maison blanche précise que les frappes ont été autorisées par le président Barack Obama, prix Nobel de la paix, après que le secrétaire à la Défense Ashton Carter et le chef d’état-major des armées des Etats-Unis Joseph Dunford, aient conseillés de le faire pour protéger le personnel du Pentagone, leurs navires et la libre circulation via le détroit « Bab el Mandeb. Pour Washington, il fallait absolument détruire les radars qui auraient participé aux récents pilonnages sur le destroyer USS Mason.

C’est en 2014 qu’a commencé le conflit armé qui oppose les rebelles Houthis et les militaires restés loyaux à l’ancien président Ali Abdallah Saleh destitué, aux forces dites gouvernementales et aux milices populaires contrôlées par le président en exercice Abd Rabbo Mansour Hadi, qui a fait appel à l’action saoudienne pour se débarrasser des rebelles.

Les rebelles ont pris le contrôle de plusieurs zones dans le nord du pays et la capitale Sanaa et mis en place d’autres institutions étatiques. Le porte-parole de l’Armée du Yémen, le général de brigade Sharaf Luqman indique que l’armée yéménite devrait désormais avoir une réaction ferme envers tout agresseur, quel qu’il soit et quel que soit la forme de l’action engagée.

 Il a précisé en outre au cours d’une interview sur la chaîne de télévision al-Alam que son pays visera désormais des cibles lointaines situées en Arabie saoudite et attaquera les chasseurs saoudiens sur le territoire du Yémen avec des nouveaux missiles conçus à cet effet. Au Yémen, d’énormes quantités d’hydrocarbures découvertes peuvent tout aussi être une des raisons principales qui attirent les prédateurs de tout genre.

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: Press TV

Tomahawk retaliation: US destroy 3 ‘radar sites’ in Yemen in first direct attack on Houthis

Source: RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :