A la Une

Assad: «Il n’y a pas d’autre moyen, nous sommes obligés d’éliminer les terroristes» + La Syrie connaît déjà l’odeur de la troisième guerre mondiale

© Sputnik. Mikhail Alaeddin

D’après le président syrien Bachar el-Assad, la seule façon de lutter contre le radicalisme islamique est de stopper le financement de l’idéologie wahhabite et de continuer le combat contre les organisations terroristes.

La lutte efficace contre le radicalisme islamique exige, en premier lieu, que l’on arrête de financer l’Arabie saoudite, a déclaré le président syrien Bachar el-Assad dans une interview au journal russe Komsomolskaya Pravda.

« La chose la plus importante est d’enrayer le flux d’argent que le gouvernement saoudien, ses ONG et ses institutions investissent afin de promouvoir l’idéologie wahhabite à travers le monde. Vous ne pouvez pas dire: « Je vais combattre cette idéologie », et dans le même temps permettre à leurs cheiks et imams de promouvoir dans leurs médersas (terme arabe désignant une école, ndlr) cette sombre idéologie », a déclaré jeudi le président syrien.

Selon le chef d’État syrien, la seule façon de lutter contre les « terroristes idéologiques » est de les éliminer.

« Il n’y pas d’autre moyen. Ils n’ont pas besoin de dialogue. D’ailleurs, nous n’avons pas le temps de dialoguer. Nous devons protéger nos citoyens, et donc nous sommes obligés d’éliminer les terroristes. Même si cela ne suffit pas. C’est comme dans un jeu vidéo, ils surgissent à nouveau. Si on tue un combattant, dix autres font leur apparition. Et ce processus n’a pas de fin », a-t-il ajouté.

Pour lui, l’Armée syrienne libre (ASL) ne diffère en rien des organisations terroristes Daech et le Front al-Nosra.

« Quand leur mouvement a commencé à croître et qu’il est devenu impossible de cacher les crimes de décapitation, l’Occident a dû reconnaître l’existence d’al-Nosra. Mais en fait, c’est l’Armée syrienne libre. Et c’est l’EI. Ils ont les mêmes racines et se déplacent d’une zone vers une autre pour une variété de raisons », a-t-il conclu.

Source : Sputniknews

Bachar el-Assad : la Syrie connaît déjà l’odeur de la troisième guerre mondiale

5800abe7c46188c32a8b4824

© Sana Sana Source: Reuters

Dans une interview accordée au journal russe Komsomolskaïa Pravda, le président syrien a évoqué la crise syrienne qui déchire le pays depuis cinq ans, le terrorisme, et la position de l’Occident à l’égard de Damas.

«L’odeur de la troisième guerre mondiale se fait sentir dans l’air»

Les tensions globales, et surtout en Syrie, dégénèrent en troisième guerre mondiale, selon le président syrien qui considère que les Etats-Unis n’ont jamais mis fin à la guerre froide de leur côté. «Aujourd’hui, nous observons la situation [en Syrie], semblable à une guerre froide en état de développement… Nous voyons l’escalade du conflit, dont le but principal est de maintenir l’hégémonie américaine sur le monde, de ne permettre à personne d’être un partenaire sur la scène politique ou internationale, qu’il s’agisse de la Russie ou même de leurs alliés en Occident. C’est pourquoi l’odeur de la troisième guerre mondiale se fait sentir dans l’air – mais ça n’est pas encore un affrontement militaire direct.»

5800b72cc361880d4f8b48c5

© Reuters TV Source: Reuters

Lire aussi : Par ses choix, l’Occident s’expose à une «guerre froide» plus risquée encore, pour l’ex-chef du MI6

«La guerre en Syrie est à l’origine du conflit entre la Russie et les Etats-Unis»

Bachar el-Asad a reconnu que le conflit syrien avait aggravé les relations russo-américaines. Selon lui, le problème est que Moscou et Washington ont des idéologies et des approches différentes. «La Russie veut lutter contre le terrorisme, pas seulement à cause de la Syrie et de la Russie elle-même. Elle veut lutter pour toute la région, pour toute l’Europe et pour tout le monde… Les Américains sont sûrs, depuis la guerre en Afghanistan dans les années 1980 et jusqu’à présent, que le terrorisme est un atout qu’on peut toujours mettre sur la table», a-t-il expliqué.

Lire aussi : Négociations sur la Syrie : Poutine accuse la France d’avoir cherché à «envenimer la situation»

«L’Occident n’a pas besoin de vérité»

«Tous les médias étrangers tirent leurs informations sur la situation en Syrie de l’étrange organisation appelée «Observatoire syrien des droits de l’homme», qui comme je l’ai compris, est constituée d’une personne [qui habite à Londres]», a estimé le président syrien en l’expliquant par le fait que l’Occident «n’a pas besoin de faits réels». «La plupart des gens, en Occident, ont des cerveaux lavés concernant de la Syrie, l’Ukraine et la Russie. L’Occident a réussi à influencer l’opinion publique. Le lavage de cerveaux est un de ses outils», a-t-il ajouté.

«Daesh est apparu en 2006»

L’Etat islamique existe depuis déjà dix ans, a révélé Bachar el-Assad. «Daesh a été créé en Irak sous surveillance américaine», affirme-t-il. A l’époque le groupe terroriste portait le nom «L’Etat islamique de l’Irak», selon lui.

Le président syrien a également affirmé que l’Armée syrienne libre que l’Occident considère comme des rebelles luttant contre le gouvernement syrien était en réalité un mouvement radical. «Si on regarde sur internet, nous verrons que des gens ont été décapités [par l’Armée syrienne libre] dès les premières semaines… Et, quand le mouvement a commencé à s’élargir et qu’il est devenu impossible de cacher les crimes par décapitation, l’Occident a dû reconnaître l’existence du Front Al-Nosra. Mais dans les faits c’est l’Armée syrienne libre. C’est Daesh», a-t-il révélé.

5800b86cc46188812a8b47fe

Un combattant de Daesh / © Stringer Source: Reuters

Lire aussi : Un commandant du Front Al-Nosra : «Les USA sont de notre côté et nous arment via des pays tiers»

«La France a exigé que la Syrie rompe ses relations avec l’Iran»

Avant la crise en Syrie, l’Arabie saoudite et la France avaient demandé Damas de s’éloigner de l’Iran sans donner aucune explication, a divulgué Bachar el-Assad. «Tout simplement parce qu’ils détestent l’Iran», a-t-il expliqué. Et après le début de la guerre syrienne, Riyad a déclaré sans ambages être prêt à fournir de l’aide en cas de rupture des relations avec Téhéran.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :