A la Une

Washington utilise l’«ennemi Russie» pour détourner les électeurs des [vrais] problèmes – Poutine (vidéo)

Le président russe Vladimir Poutine a tenu une conférence de presse en marge du huitième sommet BRICS à Goa, le dimanche 16 Octobre.

La Russie ne va pas influencer les élections présidentielles aux États-Unis, a déclaré Vladimir Poutine lors de la conférence de presse.

«Je voudrais que tout le monde se calme – nous ne prévoyons pas d’influencer le cours des élections aux États-Unis, » a déclaré le président.

Interrogé sur les candidats à la présidentielle, Poutine a déclaré que Hillary Clinton a choisi de prendre une position agressive avec une rhétorique accompagnante à l’égard de la Russie, alors que Donald Trump appelle à la coopération dans la lutte contre le terrorisme.

«Nous ne savons pas ce que nos relations pourront devenir après les élections », a déclaré le président Poutine.

«Nous ne savons pas si Donald Trump réalisera ses intentions, jusqu’où il ira à coopérer avec nous. Ou si Hillary Clinton va mettre en pratique ses menaces et sa rhétorique dure envers la Russie. Peut-être, va-t-elle adoucir sa position. Mais naturellement, nous accueillons toute personne qui est prête à travailler avec nous», a-t-il dit.

Le président russe Vladimir Poutine a exprimé l’espoir dimanche de voir les relations entre Moscou et Washington trouver l’occasion d’être restaurées après [la période] des élections présidentielles aux États-Unis.

« Je souhaite que quand ces élections, ces débats, cette période difficile dans la situation politique interne aux Etats-Unis sera terminée, il y aura des chances de rétablir les relations russo-américaines », a déclaré Poutine lors d’une conférence de presse à Goa en Inde.

Selon Poutine, la Russie ne cherche pas à être en confrontation avec les États-Unis.

« Si quelqu’un cherche la confrontation, ce n’est pas notre choix. Mais cela signifie qu’il y aura des problèmes. Nous ne le voulons pas, au contraire, nous aimerions trouver un terrain d’entente et pour répondre conjointement aux défis mondiaux, dont la Russie, les États-Unis et le monde entier sont confrontés », a ajouté M. Poutine.

Poutine a noté que la Russie n’a pas l’intention d’influencer en quelque sorte la campagne électorale aux États-Unis.

« Bien sûr, nous félicitons tous ceux qui veulent travailler ensemble avec nous et considèrent erronée la thèse soutenant constamment que nous avons besoin d’argumenter en permanence avec quelqu’un et, par conséquent, fait de cela une menace pour eux-mêmes et le monde, » a souligné le président russe.

C’est la première fois que les États-Unis ont menacé sur des cyberattaques de haut niveau contre d’autres pays et ont admis d’espionner leurs ennemis et alliés, a déclaré le président russe Vladimir Poutine.

Le 15 Octobre, vice-président américain Joe Biden a déclaré que les États-Unis visent à répondre aux attaques de piratage prétendument menées par la Russie.

« Il existe des preuves et des aveux [au sujet des cyberattaques]. [Les États-Unis] espionnent non seulement sur leurs adversaires potentiels, au moins ceux qu’ils considèrent comme tels, mais aussi sur leurs alliés, y compris les plus proches … Alors, qu’est-ce qui est nouveau ici? Rien la seule chose nouvelle est que pour la première fois à un tel haut niveau aux États-Unis on avoue: d’abord – premièrement qu’ils sont engagés dans cela, et en second lieu – ils menacent [de répondre], dans une certaine mesure, ce qui n’est pas conforme aux normes de la communication internationale « , a déclaré M. Poutine aux journalistes en commentant les remarques de Biden sur les cyberattaques possibles contre la Russie.

Le président russe a ajouté que personne ne « peut rien attendre quelque chose de nos amis américains » qui ont passé des milliards sur l’espionnage.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputniknews

Poutine: les USA détruisent les relations avec la Russie

Les autorités américaines présentent la Russie comme un ennemi pour détourner l’attention du peuple américain des problèmes qui touchent leur propre pays, estime le président russe.

Les États-Unis détruisent les relations avec la Russie, a déclaré dimanche le président russe Vladimir Poutine en marge du 8e sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) à Goa.

« Je crois qu’il est contreproductif de sacrifier les relations russo-américaines au nom de la situation politique intérieure aux États-Unis. On nous dit à l’oreille — attendez, la campagne électorale prendra fin et tout reviendra à la normale. Mais vous savez ce n’est plus amusant », a indiqué M. Poutine.

Selon le président russe, on peut détourner l’attention de la société des problèmes intérieurs dans un pays en fabriquant un ennemi pour « consolider la nation face à cette menace ».

«L’Iran présenté comme un ennemi et la menace nucléaire iranienne n’ont pas l’air d’être assez efficaces. Cela devient plus intéressant si on réserve le rôle de l’ennemi à la Russie », a noté M. Poutine.

« Ils ont beaucoup de problèmes. Quand cela arrive, beaucoup d’hommes politiques cherchent à détourner l’attention de leurs électeurs des problèmes nationaux. C’est ce que nous voyons » aux États-Unis, a indiqué M. Poutine, commentant les récentes menaces américaines de lancer des cyberattaques contre la Russie.

Il a insisté sur le fait que la Russie ne souhaitait pas de confrontation et préférait régler les problèmes mondiaux en coopération avec d’autres pays.

« Si quelqu’un souhaite entrer en confrontation, ce n’est pas notre choix, mais cela signifie qu’il y aura des problèmes. Nous ne le souhaitons pas. Nous préférons rechercher des points communs, régler ensemble les problèmes globaux qui se présentent devant la Russie, les États-Unis et le monde entier (…). Nous ne croyons pas qu’on doive toujours être en conflit avec quelqu’un et créer des menaces pour soi-même et le monde entier », a déclaré le président russe.

Selon lui, la Syrie n’est pas la première pierre d’achoppement entre Moscou et Washington.

« Souvenez-vous de la situation autour de la Yougoslavie, c’est là que tout a commencé », a dit M. Poutine.

Les relations russo-américaines se sont dégradées à l’époque de la désintégration de la Yougoslavie, lorsque Washington a essayé d’imposer sa vision du monde à d’autres pays.

« Nous ne sommes pas contre ce pays, mais nous sommes contre la prise de décisions unilatérales qui ne tiennent pas compte des particularités historiques, culturelles, ethniques d’un tel ou tel [autre] pays, même s’il y a des contradictions dans ce pays », a-t-il précisé [a conclu le président].

Source: Sputniknews

Source: RT

Commentant la déclaration du vice-président américain Joe Biden sur la possibilité de cyberattaques contre la Russie, Vladimir Poutine a déclaré que c’est la première fois que Washington a admis l’implication dans ces actions.

«Qu’ils ne comptent pas là-dessus!»: Poutine n’entend pas annuler les contre-sanctions

1028220250

© Sputnik. Alexey Drouzhinine

Lors de la conférence de presse qui s’est tenue à l’issue du sommet des BRICS à Goa, à la question de savoir si les contre-mesures économiques russes seraient assouplies au moins partiellement, le président russe Vladimir Poutine a répondu que l’Occident pouvait toujours courir.

Poutine a fait remarquer que même si la Russie avait introduit les restrictions économiques « consciemment » et qu’il s’agissait d’une « réponse asymétrique », elles n’avaient pas été introduites uniquement en réponse aux sanctions occidentales et seulement dans les domaines où c’était bénéfique pour la Russie.

A la question de savoir si l’assouplissement des contre-mesures de la part de la Russie était possible, le leader russe a répondu de manière très claire: « qu’ils ne comptent pas là-dessus ».

Et de poursuivre :

« Je vais essayer de développer mon idée. Je ne considère pas que nos contre-mesures soient des sanctions, ce sont des contre-mesures introduites afin de protéger notre marché, » a expliqué M.Poutine.

En outre, le chef de l’État russe a fait savoir que la Russie n’envisageait pas de prendre de nouvelles mesures à l’égard des pays de l’Occident en réponse aux sanctions :

« Nous ne projetons rien pour l’instant, aucune contre-mesure. Il faut voir comment nos partenaires agiront, nous prendrons la décision après », a-t-il souligné.

Le président russe a expliqué que suite aux sanctions qui touchent le domaine de la production industrielle, de la production à double usage et des financements, la Russie a choisi de ne pas « faire la même chose en réponse » :

« Donc, nous l’avons fait dans un domaine qui leur pose des problèmes, ils perdent des milliards, vous le voyez. Ce n’est pas nous qui le disons, ce sont des experts occidentaux, les représentants des domaines respectifs de la production. »

Et de conclure qu’aucune mesure ne serait prise dans le but de « punir quelqu’un pour se punir en retour ».

Source : Sputniknews

1 Trackback / Pingback

  1. Poutine à ses partenaires étatsuniens : pas question que la Russie joue le rôle de gros méchant | Réseau International

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :