A la Une

Cas «Stuxnet»: le général retraité des marines des Etats-Unis avoue avoir menti aux enquêteurs du FBI

© AP Photo/ Alex Brandon

Le général James Cartwright, qui a servi dernièrement comme vice-président du Joint Chiefs of Staff, a plaidé coupable devant un tribunal fédéral le 17 Octobre d’avoir fait de fausses déclarations au FBI lors d’une enquête sur les fuites d’informations classifiées.

Cartwright, un général quatre étoiles et ancien second officier supérieur dans l’armée américaine, a plaidé coupable d’avoir trompé le FBI en 2012 quand il a dit aux enquêteurs qu’il n’était pas la source de l’information, ni d’avoir confirmé l’information, pour un livre [écrit] par un journaliste de New York Times au sujet de Stuxnet, un logiciel informatique du gouvernement malveillant conçu pour interférer avec le programme nucléaire iranien.

Ni David Sanger, le journaliste, ni le livre, «Affronter et Dissimuler,» ne sont mentionnés dans les documents de la cour. Mais le livre détaille une cyberattaque secrète sur les installations nucléaires iraniennes appelée Jeux Olympiques Opération, et le programme de Stuxnet, mis en œuvre pour désactiver les centrifugeuses utilisé par l’Iran pour enrichir l’uranium.

Cartwright a publié une déclaration écrite après son plaidoyer dans lequel il a répété qu’il n’était pas la source de l’information.

« C’était une erreur pour moi d’égarer le FBI le 2 Novembre 2012, et j’accepte la pleine responsabilité pour cela, » a-t-il dit. «Je savais que je ne suis pas la source de l’histoire et je ne voulais pas être blâmé pour la fuite. Mon seul but en parlant aux journalistes était de protéger les intérêts américains et les vies ; J’aime mon pays et continue à ce jour à faire tout ce que je peux pour le défendre « .

L’avocat de Cartwright, Gregory Craig, a déclaré dans une déclaration distincte que Cartwright avait parlé avec des journalistes dans le cadre d’une «pratique bien connue et comprise de tenter de sauver des secrets nationaux, de ne pas divulguer des informations classifiées,» et que «ses efforts pour empêcher la publication des informations qui pourraient nuire aux vies américaines ou à la sécurité nationale ne constituent pas une violation d’une loi « . Son client a parlé dans un effort pour protéger les intérêts américains et les vies dans une histoire qui avait déjà été écrite, a déclaré Craig, selon USA Today.

CBS News rapporte que le général a plaidé coupable à une infraction criminelle passible d’une peine maximale de cinq ans et une amende de 250.000 $. Le New York Times rapporte que les avocats des deux côtés de l’affaire ont convenu qu’une peine d’incarcération appropriée serait de six mois ou moins, bien que le juge ne soit pas lié par ces recommandations. La détermination de la peine est fixée pour le 17 Janvier.

Le New York Times a également publié une déclaration le jour du plaidoyer: «Nous sommes déçus que le ministère de la Justice soit allé de l’avant sur l’enquête du lieu de la fuite qui a conduit à plaider coupable aujourd’hui par le général Cartwright. Ces enquêtes envoient un message effrayant à tous les employés du gouvernement, qu’ils ne devraient pas parler aux journalistes. Le résultat inévitable est que le public américain est privé de l’information dont il a besoin de savoir « .

Le Times a rapporté que le cas est né d’une tempête politique sur les nombreux livres et articles sur la sécurité nationale américaine qui ont paru à l’été 2012, pendant le premier mandat d’Obama. Les républicains du Congrès ont accusé la Maison Blanche de la fuite délibérée d’informations, et le procureur général américain Eric Holder a chargé deux avocats de se pencher sur deux fuites spécifiques. Il a été rapporté plus tard que l’une de ces enquêtes est axée sur les secrets de l’Opération Jeux Olympiques.

Le Times militaire rapporte que les documents chargeants affirment également que Cartwright a menti aux procureurs au sujet de la confirmation des informations classifiées partagées avec un autre journaliste, Daniel Klaidman.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source :Sputniknews

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :