A la Une

Le monde à l’envers, malgré les atrocités au Yémen, la Russie perd la place du Conseil des Droits de l’homme aux Nations Unies, l’Arabie Saoudite réélu

Fichier photo © Shannon Stapleton / Reuters

Pour la première fois depuis la création de l’UNHRC en 2006, la Russie a perdu une élection au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies après avoir été étroitement battue par la Croatie lors d’un vote. L’Arabie saoudite a été avec succès réélu, en dépit des critiques des organisations de défense des droits.

Les 47 places au conseil sont réparties sur une base régionale, avec des bulletins de vote décalés voyant un tiers du corps réélu chaque année. La Russie avait terminé son mandat de trois ans et a été en cours de compétition contre la Hongrie et la Croatie pour les deux places libres en provenance d’Europe de l’Est.

Avec la Hongrie loin, la Croatie a reçu les votes de 114 des 193 pays membres, et la Russie a été sélectionnée sur 112 bulletins de vote.

»« Ce fut un vote très serré et de très bons pays en compétition, la Croatie, la Hongrie. Ils ont de la chance en raison de leur taille, ils ne sont pas exposés aux vents de la diplomatie internationale. La Russie est très exposée. Nous avons été dans l’UNHRC depuis plusieurs années, et je suis sûr que la prochaine fois que nous allons nous lever et revenir dedans « , a déclaré l’envoyé de la Russie à l’ONU Vitaly Churkin. La Russie est éligible à concourir l’an prochain, contre une nouvelle série de pays.

L’Arabie Saoudite a navigué à travers le bulletin de vote asiatique avec 152 voix, et représentera la région à l’UNHRC aux côtés de la Chine, du Japon et de l’Irak pour les trois prochaines années.

L’Afrique du Sud, le Rwanda, l’Egypte et la Tunisie ont été choisis parmi le groupe africain, Cuba et le Brésil en Amérique latine et dans les Caraïbes, et les États-Unis et le Royaume-Uni vont représenter le bloc de l’Ouest, qui comprend l’Europe occidentale et l’Amérique du Nord.

Au cours de la prochaine période, qui durera de 2017 à 2019, les 14 membres choisis seront chargés de formuler la position officielle de l’ONU sur les conflits qui se produisent dans le monde entier, ainsi que les politiques nationales des Etats membres.

Les élections ont eu lieu dans un contexte de critiques de la part des organisations non gouvernementales des droits de l’homme, qui disent que le corps a été détourné par des régimes oppressifs qui cherchent à détourner la critique et de conduire leurs propres agendas.

Human Rights Watch et Amnesty International ont produit une déclaration commune plus tôt cette année condamnant l’Arabie Saoudite pour « un bilan épouvantable des violations » au Yémen, où il a mené une campagne de bombardements contre les rebelles Houthi depuis 2015, ce qui a entraîné la mort de jusqu’à 4000 civils. Les deux organisations ont appelé à suspendre l’Arabie Saoudite, un membre du CDH depuis sa création en 2006, à l’exception d’une pause d’un an obligatoire après deux mandats – en vain.

L’Arabie Saoudite a utilisé son pouvoir dans le conseil pour bloquer une enquête à l’extérieur dans la campagne le mois dernier, tout en menant une résolution réussie qui a placé la responsabilité d’enquêter sur les violations des droits de l’homme dans les mains de ses alliés, le gouvernement yéménite en exil.

Arabie Saoudite a effectué 157 exécutions au pays l’an dernier – le plus grand nombre en deux décennies, et est sur le rythme pour retrouver ce nombre cette année. Les détracteurs du régime ont souvent fait face à la détention, alors que les femmes ne jouissent pas de l’autonomie et un statut égal devant la loi.

Riyad a toujours refusé les visites des rapporteurs de l’UNHRC qui cherchent à enquêter sur le système de justice, les cas de torture, et de la discrimination.

Dans sa brochure de campagne officielle, publiée avant le vote, l’Arabie saoudite se vantait de son bilan des droits de l’homme, en faisant valoir, par exemple, qu’il soutient « l’autonomisation des femmes à tous les niveaux » en conformité avec «la charia, qui garantit l’égalité des sexes équitable».

    Pas de blague: l’Arabie Saoudite est en cours d’exécution pour les Droits de l’Homme des Nations Unies du Conseil et leur brochure de campagne cite le record saoudien . . . les droits des femmes. pic.twitter.com/2xqO62V1GS

    – Hillel Neuer (@HillelNeuer) 22 Septembre 2016

Avant le vote de cette année, la Russie a subi des pressions concertées des organisations de défense des droits.

«La non-élection de la Russie montre que les nations du monde peuvent rejeter les agresseurs bruts si elles le souhaitent», a déclaré le directeur exécutif Hillel Neuer. « Cela rend l’élection de l’Arabie Saoudite, la Chine et Cuba encore plus absurde. »

Une pétition signée par 80 ONG, dont Human Rights Watch et Refugees International, a demandé aux pays de voter à «la question sérieusement si le rôle de la Russie en Syrie qui inclut le soutien et entreprend des actions militaires qui ont ciblés des civils régulièrement et des objets civils la rend apte à siéger à la première institution intergouvernementale de défense des droits de l’ONU. »

La Russie a rejeté la requête, publiée cette semaine, comme «cynique» et «déshonorante», et a déclaré que les accusations étaient plus motivées par la politique que par souci des droits de l’homme. Moscou, qui a été entrain de mener des frappes aériennes dans le pays au cours de l’année écoulée, a dit qu’il agit légalement, à la suite d’un appel d’aide officielle du gouvernement syrien, et insiste sur le fait que ses efforts de guerre sont destinés aux terroristes.

    « La Chine, Cuba, l’Egypte, l’Irak, la Malaisie, la Russie, le Rwanda, et l’Arabie Saoudite ne devraient pas siéger à l’UNHRC, » op-ed par HRF https://t.co/y6e28YNULipic.twitter.com/vOE7wQJbKi

    – HRF (@HRF) Le 28 Octobre 2016

    La communauté de l’espoir des démocraties ont bien raison aujourd’hui pour #NU & culture de vote impunité- PAS pour UNHRC l’élection des pays violant #LesDroitsHumains

    – Irwin Cotler (@IrwinCotler) 28 Octobre 2016

La Chine, Cuba, l’Egypte, l’Irak, le Rwanda, qui ont tous réussi dans leur quête de membres du conseil, ont également été accusés par des ONG d’être indignes d’une place à l’UNHRC.

Le Corps actuel des droits humains a remplacé la Commission des Nations Unies sur les droits de l’homme en 2006, qui a été en proie à des accusations identiques de domination par des régimes autoritaires et la préoccupation des violations israéliennes en Palestine, au détriment des crimes contre les Droits de l’Homme ailleurs dans le monde. L’élection de la Libye de Mouammar Kadhafi à la tête de la commission en 2003 a été fustigée par les médias et les politiciens occidentaux, et a été considérée comme le catalyseur pour les réformes qui ont abouti à la formation de l’UNHRC.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :