A la Une

« Les USA, nation cybercriminelle? » La Russie demande à Washington d’expliquer après que des rapports aient indiqué que l’armée américaine a piraté les réseaux russes

La Russie s’attend à ce que Washington fournisse une explication après qu’un rapport ait prétendu que des spécialistes de la cyber-offensive du Pentagone ont piraté les réseaux de télécommunications russes et les systèmes de commandement du Kremlin pour un éventuel sabotage.

« Si aucune réaction officielle de l’administration américaine ne suit, cela signifierait que le cyberterrorisme d’État existe aux États-Unis. Si les menaces de l’attaque, qui ont été publiées par les médias américains, sont effectuées, Moscou serait justifiée en accusant Washington « , a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, selon le site Web du ministère.

NBC News a déclaré plus tôt dans un rapport exclusif que les pirates militaires américains ont pénétré les infrastructures cruciales en Russie, « les rendant vulnérables à l’attaque par des armes cyber américaines secrètes si les États-Unis le jugent nécessaire.

    EXCLUSIF: Des pirates américains prêts à revenir en arrière si la Russie tente de perturber l’élection https://t.co/BpKzqE7Vblpic.twitter.com/DQi7rjusXT

    – NBC News (@NBCNews) 4 novembre 2016

Le rapport était basé sur le compte d’un haut responsable du renseignement américain et des documents top secret. NBC a déclaré que le hack a été mené en préparation pour mener une cyberguerre à grande échelle sur la Russie.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a également commenté le rapport, affirmant que la Russie avait pris « des mesures de cybersécurité au niveau propre à la situation actuelle et les menaces exprimées contre nous par des responsables d’autres pays ».

Les responsables américains ont prétendu que des pays comme la Russie et la Chine pouvaient utiliser des pirates pour perturber les réseaux électriques américains et d’autres infrastructures cruciales.

    «C’est de la trahison»: le serveur de messagerie de Clinton aurait été exposé à des pirates de 5 agences d’espionnage https://t.co/FkVYbY56dv

    – RT America (@RT_America) 4 novembre 2016

De plus, les allégations de la candidate à la présidentielle des Etats-Unis Hillary Clinton selon lesquelles, Moscou s’est engagée à un piratage pour endommager sa candidature pour la Maison Blanche sont devenues un enjeu majeur dans la campagne électorale américaine en cours. Même si elle n’a fourni aucune preuve, la candidate démocrate a accusé le Kremlin de piratage dans les réseaux informatiques des démocrates et de la publication d’informations sensibles afin de contrebalancer l’élection en faveur de son rival GOP, Donald Trump. En particulier, elle a affirmé que la Russie avait fourni le site dénonciateur WikiLeaks avec des emails piratés du compte de son président de campagne, John Podesta.

LIRE LA SUITE: Le gouvernement américain accuse officiellement la Russie de hacks politiques; Moscou (en retour) l’appelle « de l’absurdité »

La Russie a à plusieurs reprises nié les accusations, affirmant qu’elle n’a aucun intérêt à influencer l’élection et se demandant [même] si ces publications auraient même un impact majeur sur la façon dont les Américains voteraient. Aucune preuve du prétendu hack russe n’a jamais été rendue publique [si elles existent vraiment, les services de renseignement états-uniens ayant nié ces allégations], malgré les reportages des médias affirmant que les communautés américaines de renseignement sont « convaincues » de la culpabilité du Kremlin.

L’idée que la Russie tente de nuire aux États-Unis par le piratage informatique et doit être dissuadée est «absurde», a déclaré l’enquêteur et écrivain américain Charles Ortel à RT.

«Hillary est une maitresse. À l’époque où son mari était sous la menace, elle a suggéré qu’il y avait une vaste conspiration de droite. Maintenant, c’est censé être une vaste conspiration folle impliquant le FBI et la Russie. C’est juste un monde imaginaire pour moi», a-t-il dit.

Jusqu’à présent, le seul pays avec un record de la conduite de cyber-attaques sur d’autres nations est les États-Unis eux-mêmes. Une opération appelée «Jeux Olympiques», qui aurait été menée par les États-Unis en corroboration avec Israël, impliquait l’infection des réseaux informatiques des installations iraniennes d’enrichissement d’uranium par un virus informatique qui affectait les contrôleurs industriels des centrifugeuses afin de les détruire.

LIRE LA SUITE: Les Etats-Unis ont lancé une attaque Stuxnet contre la Corée du Nord en 2010 – rapport

L’opération aurait considérablement endommagé la production iranienne de combustible nucléaire sur le site de Natanz. Washington a apparemment décidé de rendre public sur ce sujet après le virus, surnommé Stuxnet par la communauté informatique, s’est échappé et a été identifié par les grandes sociétés de la cybersécurité.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :