A la Une

Washington [et ses alliés] se mêlent [plus] des élections étrangères [que quiconque]

Alors que les responsables américains continuent d’accuser la Russie de s’immiscer dans l’élection présidentielle américaine, l’accusation qu’elle n’a fourni aucune preuve à l’appui, passons en revue certains des antécédents du gouvernement des États-Unis de se mêler aux élections dans d’autres pays.

  1. En 1951, le parlement démocratiquement élu de l’Iran a élu un homme nommé Mohammad Mossadegh comme Premier ministre iranien. Mossadegh a irrité les fonctionnaires de l’Empire britannique en nationalisant les intérêts pétroliers britanniques dans le pays.

Les responsables britanniques se sont ensuite adressés à la CIA pour obtenir de l’aide. En 1953, la CIA a secrètement fomenté un coup violent en Iran, qui a réussi à évincer Mossadegh du pouvoir et à faire du Shah d’Iran le dictateur suprême non élu du pays.

Pour renforcer l’emprise dictatoriale du Shah sur le pouvoir, la CIA a aidé à organiser et à former sa police locale, le Savak, qui était essentiellement une combinaison de la CIA, de la NSA et de l’armée. Une partie de la formation de la CIA a consisté à enseigner aux agents de Savak l’art de la torture.

Pendant les 26 années suivantes, le peuple iranien a souffert sous l’une des dictatures les plus brutales et les plus tyranniques du monde, une que les fonctionnaires américains ont pleinement soutenue et appelée alliée et amie des États-Unis.

En 1979, les Iraniens se sont révoltés avec succès contre le régime du Shah et l’ont évincé du pouvoir. Un résultat n’était pas une restauration du système démocratique qui avait élu Mossadegh, mais plutôt une autre dictature brutale, cette fois religieuse. Un autre résultat est les mauvaises relations entre les gouvernements iranien et américain qui continuent d’exister aujourd’hui.

  1. En 1951, le peuple guatémaltèque élit démocratiquement un homme nommé Jacobo Arbenz pour en être le président. Arbenz, cependant, n’était pas satisfaisant pour les fonctionnaires américains, en particulier la branche de la sécurité nationale du gouvernement, en particulier le Pentagone et la CIA. La raison pour laquelle les fonctionnaires américains s’opposaient à Arbenz était qu’il était un socialiste, et les responsables américains ont considéré un président socialiste du Guatemala comme une menace pour la «sécurité nationale» ici aux États-Unis.

En 1954 – un an après le coup d’Etat en Iran, la CIA a fomenté un violent coup militaire qui a réussi à enlever Arbenz du pouvoir et à le remplacer par un des dictateurs militaires les plus brutaux et non élus de l’histoire latino-américaine, Carlos Castillo Armas. La CIA avait une liste de tueries préparée pour le coup, qu’Arbenz a pu échapper en fuyant le pays avant que Castillo puisse l’obtenir. La destruction par la CIA du système démocratique du Guatemala a jeté la nation dans une guerre civile de 30 ans qui a fini par tuer des millions de personnes guatémaltèques, en particulier beaucoup de pauvres.

  1. En 1960, un homme nommé Patrice Lumumba a été élu premier ministre du Congo après son indépendance de la Belgique. Lumumba s’est prononcé contre l’impérialisme occidental et a refusé de prendre parti dans la guerre froide, ce qui a amené la CIA à conclure qu’il était une menace pour la « sécurité nationale ». La CIA a orchestré l’assassinat de Lumumba qui a eu lieu le 17 Janvier 1961, trois jours seulement avant que le président Kennedy, qui a aimé Lumumba et qui aurait ordonné à la CIA de se retirer, devait être assermenté au pouvoir.
  2. En 1970, un homme nommé Salvador Allende a reçu une pluralité de voix lors de l’élection présidentielle au Chili. Conformément à la constitution chilienne, l’élection a été lancée dans le congrès national. Le président Richard Nixon, son équipe de sécurité nationale, le Pentagone et la CIA ont conclu que parce que Allende croyait au communisme et au socialisme, il posait une grave menace à la «sécurité nationale» ici aux États-Unis. La CIA a tenté de soudoyer les membres du congrès pour voter contre Allende. Il a également orchestré l’enlèvement du chef des forces armées chiliennes, le Gén. René Schneider, qui s’était opposé à un coup d’Etat militaire américain dans son pays, d’autant plus qu’un coup d’état violerait la constitution du pays. La tentative d’enlèvement de Schneider l’a laissé mort.

La CIA a ensuite fomenté un coup d’État qui a eu lieu le 11 septembre 1973 qui a violemment évincé Allende du pouvoir et l’a laissé mort. Le général Augusto Pinochet, un des plus brutaux dictateurs militaires non élus de l’histoire, l’a remplacé. Au moment où le règne de la terreur militaire de Pinochet, qui avait duré 17 ans, a pris fin en 1990, lui et ses bandits soutenus par la CIA avaient incarcéré, violé, torturé ou tué des dizaines de milliers d’innocents, c’est-à-dire croyaient au socialisme – avec le plein appui de la CIA, du Pentagone, de Nixon et de son équipe de «sécurité nationale».

Bien sûr, il y a aussi le soutien plus récent des opérations de changement de régime qui ont évincé des présidents démocratiquement élus que le gouvernement américain désapprouvait, comme en Ukraine et en Egypte.

Et puis il y a la longue liste de pays où les dictateurs non élus ont été ciblés pour le changement de régime par l’état de sécurité nationale des États-Unis et, là où cela a réussi, on a remplacé par un dictateur pro-américain brutal non élu. Cuba, l’Indonésie, l’Irak, la Libye et la Syrie me viennent à l’esprit.

Les responsables américains doivent garder à l’esprit que lorsqu’ils mettent leur doigt accusateur devant la Russie pour s’être impliqués dans l’élection présidentielle américaine, les autorités américaines ont en même temps trois doigts pointant vers eux.

Reproduit avec la permission de the Future of Freedom Foundation.

Jacob G. Hornberger

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Ron Paul Institute

Notre commentaire

En Iran se déroulent néanmoins d’excellentes élections qui l’éloignent de la dictature, contrairement à ce qui est dit dans le texte qui parait pourtant bien documenté et correct. Certaines dispositions sont prises dans ce pays pour sauvegarder l’unité nationale, l’intégrité territoriale, l’indépendance et la souveraineté nationales.

MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :