A la Une

Erdogan va-t-il ouvertement défier la Russie, l’Iran et la Syrie? Il est intervenu dans le nord de ce pays, selon le plan de la coalition menée par les Etats-Unis

Notre commentaire

Le président Erdogan sait que la Turquie a spolié avec l’aide des envahisseurs-terroristes qui y ont en très grande majorité transité, les richesses économiques, industrielles et énergétiques de la Syrie dès le début de la guerre. De nombreux camions traversaient la frontière avant l’entrée en jeu de la Russie. Cela a permis à la Turquie d’accroître le volume de sa richesse globale. Cela peut signifier que la guerre en Syrie profite largement à ce pays. Si la Syrie retrouve l’intégralité de sa souveraineté sur toute l’étendue de son territoire reconnu internationalement, il craint qu’elle lui demande des comptes un jour. C’est la raison pour laquelle il invite la Syrie sur le terrain de la guerre. A moins que ce soit une tactique pour inviter les forces de la résistance à relâcher la pression militaire contre les troupes étrangères turques en Syrie. Pourquoi en veut-il alors à son compatriote réfugié aux Etats-Unis pour le coup d’Etat manqué, si renverser un gouvernement aimé par le peuple est dans l’ordre des choses qu’il trouve normales?

MIRASTNEWS

Intervention dans le nord de la Syrie : «Erdogan est entré en jeu selon le plan américain»

Un renversement de Bachar el-Assad est «au-delà des moyens» du président turc. Néanmoins, la situation «peut dégénérer en un problème fatal dans le plus proche avenir», affirme le spécialiste en relations internationales Jamal Wakeem.

RT : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré le 29 novembre que l’armée turque était entrée en Syrie pour mettre fin au mandat du président syrien Bachar el-Assad, qu’il a accusé de terrorisme et de la mort de milliers de Syriens. Pensez-vous que cette déclaration aura des conséquences importantes ou qu’il ne s’agit là que de paroles en l’air ?

Jamal Wakeem (J. W.) : Je crois que ce sont des paroles en l’air. C’est bien au-delà de ses moyens et Bachar el-Assad non seulement peut compter sur une armée forte qui a su tenir le combat pendant les six années écoulées, mais bénéficie aussi du soutien d’alliés puissants, tels que la Russie et l’Iran, sans oublier la Chine. Le but de cette rhétorique est d’obtenir du soutien et de prendre une revanche sur les récents évènements, quand les avions de combat syriens ont ciblé l’armée turque : des soldats des troupes turques ont été tués lors de ces raids aériens et elles n’ont pu se venger. C’est là la raison principale de son discours.

Cependant, il faut admettre que la véritable intention de Recep Tayyip Erdogan était avant tout de limiter les capacités du PKK et des combattants kurdes en Syrie à élargir leur zone de contrôle à l’Ouest de l’Euphrate, et de créer une zone tampon dans le Nord de la Syrie qui s’étendrait jusqu’au territoire irakien.

La Turquie avait fait part de cette intention en 2002, et je pense que c’est la véritable intention [des Turcs].

Après l’intervention turque dans le nord de la Syrie, Recep Tayyip Erdogan est entré en jeu selon le plan américain, en établissant une zone nord qui n’est pas contrôlée par l’armée syrienne

RT : Quel en est l’impact sur les relations entre la Turquie et la Russie ?

J. M. : Il y avait des tentatives, me semble-t-il, essentiellement de la part des Russes, de se rapprocher de la Turquie, en particulier concernant les changements en Iran et en Syrie qui ont nui à la sécurité nationale de la Turquie. Toutefois, Recep Tayyip Erdogan ne pouvait pas se détacher de ses obligations à l’égard de l’Occident et surtout à l’égard des Etats-Unis. Après son intervention dans le nord de la Syrie, il est entré en jeu selon le plan américain, en établissant une zone nord qui n’est pas contrôlée par l’armée syrienne. Les Américains, grâce à l’appui des Kurdes dans l’est de la Syrie, ont alors été capables d’empêcher, jusqu’à présent, à l’armée syrienne de répandre leur contrôle sur cette région. En même temps, en jouant la carte turque dans une autre partie de la Syrie du nord, ils renforcent leur contrôle dans ce secteur par proxy, au moment même où les Etats-Unis essaient de prendre le contrôle sur l’ouest de l’Irak et l’est de la Syrie. C’est pourquoi, après l’amélioration relative des relations entre la Turquie et la Russie, nous voyons que les Russes être mécontents des événements liés à la Turquie. Et l’attaque syrienne sur les troupes turques n’aurait pu être lancée, sans le soutien la Russie. Je crois donc qu’il faut observer les développements à venir, car tout cela pourrait dégénérer en quelque chose de dramatique dans le plus proche avenir.

Lire aussi : L’armée syrienne progresse, les rebelles piétinent : la bataille d’Alep résumée en une carte

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Jamal Wakeem

Jamal Wakeem est professeur des Relations internationales à l’Université libanaise.
Image: Des chars turcs à la frontière syrienne (2014)/ © Umit Bektas Source: Reuters

Source: RT France

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :