A la Une

Vœux du Mouvement pour l’Unité et le Développement du Congo pour l’année 2017

Chers compatriotes,

Nous allons entrer dans une nouvelle année. Naturellement, j’ignore ce que nous réserve cette année, 2017.

Ce dont je suis sûr c’est que l’idéal d’une démocratie vivante et apaisée dans notre pays ne sera jamais atteint tant que nous ne serons pas capables d’endiguer la volonté de puissance de Denis Sassou Nguesso et son clan.

Aujourd’hui toute personne normalement constituée doit bien se rendre compte que la vie politique dans notre pays est désormais régulée d’abord par la force. Denis Sassou Nguesso a la force et il a la volonté de l’utiliser. Donc, derrière il faut l’endiguer, ce qui suppose avoir de la volonté, c’est-à-dire être capable d’agir militairement s’il le faut. Tant qu’on ne l’endiguera pas par une volonté politique forte, par une cohésion de l’opposition intérieure et extérieure, tant qu’il y aura une multitude d’intérêts divergents qui empêchent l’opposition de parler d’une même voix, eh bien, Denis Sassou Nguesso et son clan continueront dans leur logique de domination. s

Disons les choses simplement : Denis Sassou Nguesso et son clan ont pris cette dimension géopolitique et militaire importante parce qu’en face, c’est-à-dire du coté de l’opposition, il n’y avait rien. Autrement dit, Denis Sassou Nguesso et son clan n’ont fait qu’occuper un terrain qui leur était laissé libre par l’impuissance de l’opposition.

Tant qu’on ne sera pas capable soit de dialoguer d’égal à égal ou alors d’opposer la force à la force, Denis Sassou Nguesso et son clan seront confortés dans leurs certitudes.

L’opposition a eu une chance remarquable de changer les cartes le 27 septembre 2015, elle ne l’a pas fait, elle a laissé passer le moment. Après un tel raté historique que nous avons appelé « la faillite de l’opposition », on ne peut plus s’étonner maintenant, après avoir refusé d’agir, eh bien, de se retrouver impuissant et de voir Denis Sassou Nguesso et son clan reprendre la main.

La faiblesse de l’opposition congolaise aujourd’hui, c’est que probablement, à juste titre, elle met des bornes à l’emploi de la violence alors que de l’autre coté, du coté de Denis Sassou Nguesso et son clan, il n’y a pas de bornes, c’est-à-dire que Denis Sassou Nguesso et son clan ont ramené la politique à la guerre dans son sens primaire, c’est-à-dire un affrontement de la violence sans appliquer de principes moraux tandis que l’opposition, elle, continue de se fixer des limites et brille par son inaction.

Ce n’est un secret pour personne que l’opposition congolaise a été complètement décrédibilisée par son inaction du 27 septembre 2015 ; à partir de ce moment là Denis Sassou Nguesso a compris que les muscles de cette opposition étaient des muscles en papier, que cette opposition ne fera jamais rien. C’est pourquoi, sans toutefois la qualifier de « l’opposition la plus bête du monde », sans jeter l’opprobre, nous sommes forcés de dire que l’opposition congolaise est soit naïve soit corrompue et complice de ce pouvoir dictatorial et prédateur qu’elle prétend combattre. Car une opposition responsable ne peut ignorer la règle élémentaire et mondialement admise qui veut qu’en politique comme en guerre ou en diplomatie internationale, on se donne des limites, on se donne des bornes, mais qui n’empêchent pas d’atteindre ses propres objectifs et de conduire sa propre politique.

En tout cas la perception très simple qu’on a et qui est avérée c’est qu’il y a une crainte de Denis Sassou Nguesso qui est quand même importante à tel point qu’il déploie une violence barbare dans le pays et jamais ni l’opposition ni l’armée n’ont pu le bloquer. En effet, cette démonstration de force de Denis Sassou Nguesso s’explique sans doute par le fait qu’il a face à lui une opposition qui est perçue comme très faible et qui n’a jamais su mettre en place une politique qui aurait pu permettre de rallier l’armée à la cause du peuple et contenir cette volonté de puissance de Denis Sassou Nguesso, et de ne pas arriver à ces massacres ignobles auxquels nous assistons aujourd’hui, notamment dans le Pool.

En 2017, une remise en question s’impose. Il faut réinventer une nouvelle opposition. De son coté, l’armée doit mettre son poids sur la balance.

C’est à ce prix que nous regagnerons une crédibilité auprès de l’opinion nationale et internationale et nous pourrons ainsi retrouver une capacité d’action qui nous permettra de redonner son honneur au peuple congolais.

Mon message pour 2017 est donc celui de la confiance retrouvée, confiance dans notre peuple et dans toutes les forces de notre pays.

Vive le Congo

Le 31/12/2016

Bienvenu MABILEMONO

S.G du Mouvement pour l’Unité et le Développement du Congo – M U D C

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :