A la Une

La Turquie et la Russie signent un accord sur la coordination des frappes aériennes en Syrie

Dans cette photo de dossier, un avion russe SU-24M armé de bombes guidées au laser décollait à la base aérienne de Hmeimim en Syrie. (Photo de AP)

Les responsables militaires russes et turcs ont convenu de coordonner les attaques aériennes contre les positions des groupes militants étrangers en Syrie et ont signé un mémorandum sur la sécurité des vols de combat lors des missions dans l’espace aérien syrien.

Le ministère de la Défense russe a déclaré dans un communiqué que l’accord, conclu à Moscou lors d’une réunion de jeudi, précise une ligne de conduite pour éviter les incidents lors des vols sur l’espace aérien syrien.

    « Le mémorandum établit des mécanismes de coordination et d’interaction entre les avions russes et turcs lors de frappes aériennes contre des cibles terroristes, ainsi que des mesures visant à prévenir les incidents de vol impliquant des aéronefs et des véhicules aériens sans pilote dans l’espace aérien syrien ».

La Russie a bombardé les groupes terroristes de Daesh et d’Al-Qaïda affiliés au Front Al-Nusra en Syrie à la demande officielle du président Bashar al-Assad depuis le 30 septembre 2015.

Le 24 août, l’armée de l’air turque et des forces terrestres spéciales ont lancé l’opération Euphrates Shield en Syrie dans une tentative déclarée de soutenir les militants de l’armée syrienne libre et de débarrasser la zone frontalière des terroristes et combattants de Daesh et des unités de protection du peuple kurde Parti de l’Union démocratique (PYD).

L’offensive a été lancée en coordination avec la coalition militaire dirigée par les Etats-Unis, qui aurait été la lutte contre les extrémistes de Daesh depuis 2014.

L’incursion a été la première grande intervention militaire turque en Syrie, qui a fortement condamné le gouvernement syrien pour avoir violé la souveraineté du pays arabe.

Le 31 décembre, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté à l’unanimité un projet de résolution présenté par la Russie et la Turquie sur un cessez-le-feu syrien excluant les groupes Daesh et Jabhat Fateh al-Sham Takfiri.

Le texte de la résolution «accueille et soutient les efforts déployés par Moscou et Ankara pour mettre fin à la violence en Syrie et amorcer un processus politique».

Il demande également un accès rapide à l’aide humanitaire dans toute la Syrie.

staffan-de-misturaL’Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura fait des gestes lors d’une conférence de presse aux bureaux de l’ONU à Genève, en Suisse, le 12 janvier 2017. (Photo de l’AFP)

L’Envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, a déclaré jeudi que le cessez-le-feu en Syrie était largement tenu «en grande partie à quelques exceptions près», exprimant sa déception que la trêve n’ait pas aidé à fournir de l’aide humanitaire aux zones assiégées.

Il a indiqué que des groupes armés de Takfiri sont entrain d’arrêter 23 autobus et des conducteurs syriens utilisés dans les évacuations récentes, de quitter les villages d’al-Fu’ah et de Kefraya dans la province du nord-ouest d’Idlib, demandant qu’ils soient autorisés à partir.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :