A la Une

Le Venezuela alerte sur le déplacement de 340 Colombiens à Zulia

Image: AFP via lematin.ch

Le déplacement des Colombiens au Venezuela est dû à la présence de paramilitaires à La Gabarra, un territoire récemment ambandonné par les membres des FARC-EP.

Le Maire de la commune vénézuélienne Jesus Maria Semprún de l’État de Zulia, a averti que 340 Colombiens se sont déplacés au Venezuela, fuyant la présence paramilitaire.

Correspondant de Telesur, Madelein García, a indiqué que le déplacement des Colombiens au Venezuela est [provoquée] par la présence paramilitaire dans La Gabarra après la démobilisation des Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple (FARC-EP).

Plusieurs institutions ont alerté le gouvernement de la Colombie sur la présence dans les territoires non occupés par le groupe, en raison du transfert terme aux zones veredales.

Le lundi 6 Février l’église Peregrina, dans le département de Cordoba dans la région d’Uraba, a dénoncé dans un communiqué l’invasion par des groupes de paramilitaires après la démobilisation des FARC-EP.

Une situation qui inquiète les habitants des territoires où les membres des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC-EP) occupaient auparavant, en raison de la présence de groupes paramilitaires dans différents endroits .

Traduction: MIRASTNEWS

Source: telesur

Les paramilitaires peuvent-ils mettre la paix en danger?

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, marxistes) ont choisi de créer plus tard un parti politique et de signer un accord de paix avec le gouvernement.

Cependant les assassinats des défenseurs des droits humains et leaders sociaux se poursuivent, selon un communiqué du Réseau France-Colombie Solidarités.

L’Institut d’Etudes pour le Développement et la Paix – Indepaz indique qu’il y a eu 117 responsables d’organisations sociales et défenseurs des droits humains assassinés en 2016. Les groupes paramilitaires sont accusés de commettre de nombreux homicides.

Par contre l’ELN (guérilla guévariste, environ 1 500 combattants et des milliers de miliciens) qui lutte depuis 1964 pour abolir les inégalités de répartition des terres et des richesses, souhaite des modifications très profondes dans la structuration de la société colombienne avant de déposer les armes.

Des négociations ont été entreprises entre le gouvernement et la guérilla (ELN) dans une hacienda jésuite située à la périphérie de Quito.

Au total la guerre qui a impliqué la guérilla, les paramilitaires et les forces de l’État en Colombie depuis les années 1960, a laissé sur le carreau 260 000 morts, 60 000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

Les Farc ont souvent dénoncé la présence de «paramilitaires» (par exemple les ‘Urabenos) dans les 27 zones de Colombie où les guérilleros se regrouperont pour déposer les armes.

MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :