A la Une

L’effondrement du califat. L’affreuse situation difficile pour les finances de l’État islamique

L’État islamique connaît de graves difficultés financières. Une nouvelle étude réalisée par le King’s College de Londres fournit le premier aperçu en profondeur de la structure des revenus du groupe terroriste et explique pourquoi son modèle d’affaires échoue.

Où l’État islamique (EI) obtient-il réellement son argent? Comment la «plus riche organisation terroriste du monde» se finance-t-elle? Les articles de journaux et les déclarations des politiciens au cours des dernières années ont donné un aperçu, mais l’image qui en résulte ne reflète que partiellement la réalité. Les enlèvements et la contrebande d’artefacts anciens ont été constamment cités comme des flux de revenus importants malgré un manque de preuve pour l’une ou l’autre théorie. Les politiciens ont également demandé que l’argent provenant de sources étrangères soit bloqué, un appel qui semble provenir d’hypothèses basées sur Al-Qaïda ayant reçu de l’argent des pays du Golfe Persique dans le passé. Mais il n’y a pas de preuve que l’État islamique utilise ce modèle non plus.

Des chercheurs du King’s College de Londres, de concert avec le cabinet d’audit Ernst & Young, ont maintenant cherché à analyser systématiquement les finances de l’EI. Dans un rapport intitulé «Le califat en déclin», ils ont utilisé les rapports des médias, des documents EI, des documents gouvernementaux publiquement disponibles et leurs propres recherches pour examiner comment EI se finance lui-même et l’état de santé de ses finances actuellement. L’étude a été rapportée par Spiegel et le Washington Post avant sa présentation de samedi au Conseil de sécurité de Munich. Il jette le cliché selon lequel des partisans clandestins sont derrière le groupe extrémiste islamiste, les auteurs notant qu’il n’y a aucune preuve de ces donateurs. Le rapport prétend également que les enlèvements pour rançon et la contrebande d’antiquités ne sont pas non plus des flux de revenus importants. Au contraire, la majeure partie de l’argent du groupe provient des «impôts et taxes» qui sont imposés dans les domaines sous le contrôle du groupe. Les recettes pétrolières viennent en deuxième place, suivies de «pillages, confiscations et amendes».

En 2014, l’EI a pris entre 300 et 400 millions de dollars de taxes et redevances. D’après l’étude, ce total s’élèverait à 800 millions de dollars d’ici 2015. Le rapport met en garde contre l’utilisation d’approches traditionnelles pour analyser les finances de l’EI, admonestant que cela pourrait entraîner de «graves malentendus» parce que le groupe est «fondamentalement différent» des précédentes Terroristes. Il note également que, parce que le groupe terroriste est moins tributaire des bailleurs de fonds étrangers et des sources de revenus classiques, les efforts traditionnels visant à mettre un terme au financement du terrorisme ne fonctionneront pas.

Un modèle d’entreprise en baisse

Essentiellement, le modèle d’affaires EI peut être décrit comme suit: Le groupe enverrait une partie avancée dans les zones qu’il avait l’intention de conquérir plus tard pour s’infiltrer et construire des structures de renseignement. Ces structures étaient importantes pour des raisons militaires, mais elles ont également permis l’extorsion créatrice et impitoyable de la population. Une connaissance précise des structures de pouvoir et de richesse était extrêmement utile dans cet effort. Un flux constant de nouveaux impôts, redevances et pénalités perçus sur les 8 millions de sujets EI détenus sous son contrôle a généré des revenus de plusieurs centaines de millions d’euros.

DER SPIEGEL/Graphic: A Look at Islamic State’s Revenues

Peter Neumann, l’un des quatre auteurs de l’étude, a déclaré que «la confiscation de biens et la revente de terrains, de maisons et de voitures, mais aussi de bijoux», a clairement expliqué les documents.

Il s’agit cependant d’un modèle d’entreprise qui s’effondre lorsque l’EI cesse de s’étendre et sa stratégie d’augmentation du territoire sous son contrôle cesse de fonctionner. Et c’est le cas actuellement. Le groupe terroriste a perdu des territoires, des gens et des puits de pétrole pendant des mois. Entre l’été 2014 et novembre 2016, selon l’étude, la quantité de territoire contrôlé par EI en Irak a diminué de 62 pour cent, alors qu’en Syrie elle a diminué de 30 pour cent.

Quand le califat se rétrécit, il en est de même de ses revenus; L’économie prédatrice de l’exploitation ne fonctionne plus. Le budget total du groupe a été réduit d’environ deux fois en deux ans, d’après ce que l’étude estime entre 970 millions de dollars à 1,89 milliard de dollars en 2014 et entre 520 millions et 870 millions de dollars l’an dernier.

Il semble probable que ses recettes continueront de baisser car l’EI perdra bientôt le contrôle de Mossoul dans le nord de l’Irak, la plus grande ville que le groupe ait jamais conquise. Le rapport énumère également trois raisons supplémentaires pour les recettes plongeantes de l’Etat islamique: la décision du gouvernement central de Bagdad de cesser les versements de salaires aux fonctionnaires de Mossoul et d’autres zones occupées, parce que cet argent a directement bénéficié à l’EI; Le fait que, depuis 2015, la Force aérienne américaine ait bombardé des raffineries improvisées et des pétroliers appartenant à l’EI; et les efforts visant à éliminer la contrebande à travers la frontière turque.

Mais quand il s’agit de la menace que le terrorisme de l’EI pose aux Européens, les finances troublées du groupe ne sont pas susceptibles d’avoir beaucoup d’effet. Les coûts de ces attaques sont tout simplement trop bas. « Selon une estimation des autorités françaises, pas plus de 20 000 euros étaient nécessaires pour les attentats du 13 novembre 2015 à Paris », a déclaré Peter Neumann. « Et les attaques de Paris et de Bruxelles ont été financées à crédit. »

Par Christoph Reuter

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Der Spiegel

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :