A la Une

CONGO : L’ÉTAT-ASSASSIN OU LA VIOLENCE COMME MODE DE GOUVERNANCE

Au Congo, la violence est devenue la seule politique, le seul mode de gouvernance. Nous avons affaire à un État illégitime, gangster et assassin qui pratique la fuite en avant dans la violence comme pour frapper le premier et paralyser le peuple par la peur et ainsi affirmer une dictature que les Congolais ont vomie.  Depuis la reprise de l’opération Mouébara, tuer est le seul objectif que poursuit l’arme de destruction massive de notre peuple  : Denis Sassou Nguesso.

Le mois de mars, le mois du dieu de la guerre, a toujours été une période propice pour les sacrifices humains. Les observateurs ont déjà étalé le catalogue des morts et massacres de masse perpétrés par le léviathan d’Edou, Denis Sassou Nguesso depuis 1977. Nul besoin de reprendre une comptabilité macabre.  Rappelons que Mouébara est une opération de réduction de la population des régions sud du  Congo, un holocauste programmété des Bakongo.  Tout prétexte est bon pour tuer,  massacrer des sudistes.  Aucune région ne sera épargnée. Le génocide en cours dans le Pool n’est qu’une étape.  En effet, la police tribale de notre mokili mbembé national a commencé à liquider des jeunes lycéens à Pointe-Noire. La terreur s’introduit désormais même dans les lycées  au sein même des salles de classe car la seule éducation que possèdent les miliciens de Sassou, c’est la culture de la mort, l’art de l’assassinat ou l’art de verser les larmes et le sang des autres. POUR RIEN  !

Le Congo sombrera dans la guerre civile car c’est ce que recherche Denis Sassou Nguesso afin de massacrer les populations du sud, résolvant ainsi l’épineuse question de la balance démographique déficitaire du nord de la république. Cette politique instituée par les docteurs en stratégie du PCT sous l’égide du défunt Noumazalaye suit son cours depuis des dizaines d’années : en effet, pour feu Noumazalaye, il n’y a pas de démocratie possible avec un nord moins peuplé que le sud. Un nordiste ne peut démocratiquement accéder à la magistrature suprême sinon par la force. Une politique que le nordiste applique depuis 1968.  Sassou se dit qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps pour atteindre ses objectifs.  Alors, il demande à ses miliciens de redoubler d’ardeur.

L’éducation a été détruite dans notre pays mais cela ne suffit pas   : Denis Sassou Nguesso veut liquider les apprenants désormais.  Avec les réseaux sociaux et internet, il devient possible de combler les lacunes de l’école décadente.  Ibombolo Épinard ne menace-t-il  pas de bloquer internet et les réseaux sociaux  ? La jeunesse est devenue une cible.  Il faut comprendre Denis Sassou Nguesso en puisant dans ses propres déclarations :  » il ne suffit pas de prendre le pouvoir; encore faille -t-il savoir le conserver  » Dixit Denis Sassou Nguesso lors d’un meeting à Pointe-Noire. Il sait que sans terrorisme d’Etat, il ne peut pas se maintenirau sommet de l’ethnie-État.

Le Congo où règne une ethnie -État est un pays castifié : il y a d’un côté les seigneurs qui ont droit de vie et de mort et de l’autre les animaux, les intouchables qu’on peut se permettre de massacrer comme du bétail. Pour Denis Sassou Nguesso,  le peuple ne compte pas.  Seul importe le pouvoir. Tant qu’il y aura d’un côté les seigneurs armés jusqu’aux dents et de l’autre 92% de désarmés, le jeu démocratique est une vraie gageure pour ne pas dire impossible.

ob_c620f4_fb-img-1488823663444

Source: LION DE MAKANDA, MWAN MINDZUMB, MBUTA MUNTU

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :