A la Une

Israël s’attribue des régions gazières revendiquées par le Liban

© Photo. Pixabay

Le gouvernement israélien a décidé de manière unilatérale d’annexer à sa zone économique exclusive des régions côtières litigieuses de la Méditerranée où se trouvent d’immenses réserves de pétrole et de gaz.

Ces zones sont revendiquées par le Liban voisin, qui estime qu’il a également le droit d’exploiter les gisements qui s’y trouvent. Conformément à la législation internationale, leur appartenance à Tel-Aviv ou à Beyrouth n’est toujours pas déterminée mais Israël a déjà commencé à toucher les premières recettes de leur exploitation, alors que le Liban reste à l’écart.

Les autorités israéliennes ont pris cette décision après l’échec des négociations avec les représentants libanais sous la médiation des USA, rapportent les médias arabes.

Les relations déjà tendues entre Tel-Aviv et Beyrouth se sont aggravées en 2009 quand la compagnie américaine Noble Energy a annoncé la découverte en Méditerranée du gisement Tamar. Fin 2010, cette même compagnie a découvert le gisement Léviathan puis le gisement Tanin en 2012. Le volume total de gaz découvert est estimé à près de 800 milliards de mètres cubes, et le gaz non découvert pourrait représenter jusqu’à plusieurs milliers de milliards de mètres cubes.

De telles richesses naturelles promettent des revenus très importants à celui qui les exploitera. Or il s’est avéré impossible d’en déterminer le propriétaire à cause du litige entre Israël et le Liban sur la démarcation des frontières maritimes.

« Le Liban a envoyé à l’Onu des cartes en présentant le traçage correct des frontières maritimes. Mais Israël s’y est opposé et a illégalement élargi sa zone économique exclusive, annexant de facto les gisements. Le Liban s’est adressé à l’Onu et aux États-Unis pour qu’ils fassent pression sur Israël et l’obligent à démarquer les frontières maritimes mais rien n’a été fait à ce jour. De facto, Tel-Aviv s’est emparé des zones pétrolières et gazières », explique le politologue libanais Amid Hoteit, général à la retraite.

Et d’ajouter: « Israël n’aurait jamais osé agir ainsi s’il n’avait senti derrière lui le plein soutien des USA, y compris dans le cadre du Conseil de sécurité des Nations unies. »

Pendant ce temps Tel-Aviv a déjà commencé à tirer des bénéfices de l’exploitation des gisements. Comme l’a annoncé début mars la compagnie Delek Drilling, membre du consortium chargé de l’exploitation des gisements gaziers à proximité du littoral israélien, les exportations de gaz ont déjà commencé en janvier vers les compagnies jordaniennes Arab Potash et Jordan Bromine, qui ont signé en 2014 un accord de 15 ans sur l’importation de 2 milliards de mètres cubes de gaz. Pendant ce temps, Beyrouth reste sur la touche.

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur.

Source: Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :