A la Une

Les Forces hostiles des USA en Syrie portent une nouvelle frappe contre les Forces militaires pro-Assad + Douze morts dans les attaques de l’EI à Téhéran

©AFP 2017 PAUL CROCK

La coalition dirigée par les USA porte une nouvelle frappe contre les forces pro-Assad

Les forces progouvernementales syriennes ont été la cible d’une frappe de la coalition dirigée par Washington. Il s’agit de la deuxième frappe effectuée dans les environs d’Al-Tanf depuis le 18 mai. Le raid aurait fait deux morts et 15 blessés parmi les militaires syriens.

La coalition dirigée par les États-Unis a porté une nouvelle frappe contre les forces progouvernementales près d’Al-Tanf, en Syrie, lit-on dans une déclaration de la coalition.

« La coalition a détruit le 6 juin des forces de complément soutenant le gouvernement syrien dans la zone de désescalade dans le sud de la Syrie », est-il indiqué dans le communiqué de l’opération Inherent Resolve.

La frappe a visé plus de 60 soldats, un char, deux pièces d’artillerie, une arme antiaérienne et des véhicules de soutien.

Il s’agit de la deuxième frappe effectuée dans cette région depuis le 18 mai.

La frappe aurait fait deux morts et 15 blessés parmi les militaires syriens, a appris Sputnik d’une source sur place.

Commentant ce nouveau raid de la coalition, le président du comité de la Douma (chambre basse du parlement russe) Léonid Sloutski a déclaré mardi soir que la Russie poursuivrait sa politique visant à réconcilier les parties et à créer des zones de désescalade en Syrie.

Les militaires de la coalition se trouvent à Al-Tanf depuis plusieurs mois. Selon les autorités américaines, ils forment les Syriens à la lutte contre le groupe terroriste Daech.

La coalition affirme qu’elle n’a pas l’intention de proclamer la guerre à Damas, mais se dit prête à se défendre contre les forces progouvernementales et l’armée du pays.

Les pays-garants du cessez-le-feu en Syrie, à savoir l’Iran, la Russie et la Turquie ont convenu de créer les zones de sécurité situées sur l’ensemble du territoire de la province d’Idlib, dans certaines parties des provinces de Lattaquié, de Hama, d’Alep, dans plusieurs régions au nord de Homs, dans la Ghouta-orientale ainsi que dans le sud de Syrie (provinces de Daraa et de Quneitra).

Source: Sputnik News – France

Douze morts dans les attaques de l’EI à Téhéran

e0f76c72-20dc-4c66-8f2e-601a4b1f5c4c_jdx-no-ratio_web

AFP

TÉHÉRAN, IRAN – Au moins douze personnes ont été tuées mercredi dans les attaques du groupe Etat islamique (EI) contre le Parlement iranien et le mausolée de l’imam Khomeiny à Téhéran, a déclaré le chef des services des urgences, cité par les médias.

De tels attentats sont exceptionnels à Téhéran, les derniers ayant eu lieu dans les années ayant suivi la révolution islamique de 1979, commis pour la plupart par l’organisation armée des Moudjahidines du peuple.

Trente-neuf personnes ont également été blessées dans ces attaques, selon la même source. Les forces de sécurité ont repris le contrôle du mausolée et du Parlement, attaqués par 7 ou 8 assaillants, selon la télévision d’Etat.

Les attentats de Téhéran on eu lieu en milieu de matinée.

Quatre personnes ont mené l’attaque contre le Parlement où l’une d’elles s’est faite exploser.

Un agent de sécurité a été tué et au moins huit personnes ont été blessées.

Selon certains médias iraniens, les forces de l’ordre ont donné l’assaut contre les «terroristes» retranchés dans les étages supérieurs d’un bâtiment du Parlement où les députés ont néanmoins continué leur session. Une session menée par le président du Parlement Ali Larijani.

L’un des assaillants est à un moment sorti dans l’avenue qui passe près de la chambre des députés et a tiré sur les passants. Les forces de sécurité ont tiré sur lui, le forçant à retourner à l’intérieur de l’enceinte du Parlement.

Au mausolée de l’imam Khomeiny où des coups de feu ont été tirés, une femme s’est également faite exploser à l’extérieur du bâtiment situé à une vingtaine de kilomètres, au sud de Téhéran, selon les agences de presse.

Réunion d’urgence

Des photos de l’explosion ont été publiées par les agences de presse, notamment sur leurs réseaux sociaux.

«Trois ou quatre» assaillants ont attaqué le mausolée où il y a eu au moins un mort, un jardinier, selon un responsable du mausolée.

Autour des deux lieux des attaques, d’imposantes forces de sécurité étaient présentes et des stations de métro ont été fermées.

Une réunion d’urgence du conseil national de sécurité a été convoquée par le ministre de l’Intérieur Abdolreza Rahmani Fazli, selon l’agence de presse Isna.

Selon le ministère des Renseignements, un autre groupe de «terroristes» a été neutralisé à Téhéran avant de pouvoir passer à l’action.

Si certaines régions proches des frontières avec l’Irak, l’Afghanistan et le Pakistan ont été ciblées par des groupes jihadistes, dont l’EI, les grands centre urbains avaient jusqu’alors été épargnés.

L’EI avait publié en mars une vidéo en persan affirmant que le groupe allait «conquérir l’Iran et le rendre à la nation musulmane sunnite» et provoquer un bain de sang chez les chiites.

Source: Le Journal du Québec

Des militaires syriens entament le déminage de Homs

1031734859

© Sputnik. Dmitri Vinogradov

Les rues de la ville syrienne de Homs étant parsemées d’engins explosifs artisanaux laissés par les djihadistes, les démineurs de l’armée syrienne sont à l’œuvre dans la ville.

Des groupes de démineurs syriens ont commencé à désamorcer les engins explosifs dans les rues de Homs, récemment libérée des djihadistes.

« Les engins explosifs sont littéralement partout dans la ville libérée de Homs, très souvent les charges explosives sont cachées dans des panneaux électriques, dans de l’électroménager, dans n’importe quel objet traînant dans la rue», a déclaré aux journalistes le chef d’un groupe de déminage, le lieutenant Mohamad Ramada.

Selon lui, les démineurs de ce groupe trouvent de 10 à 12 engins explosifs artisanaux par heure, dont la plupart sont camouflés. Notamment, les démineurs ont découvert une puissante charge explosive camouflée dans une grande pierre gisant dans la rue.

« On a réussi à découvrir cette charge grâce à un bout d’amorce qui dépassait. La trouvaille de 10 kilos de TNT était destinée à détruire les automobiles », a précisé le lieutenant.

Une autre charge explosive a été découverte dans un panneau électrique situé dans une maison. Il s’agissait de plusieurs grenades artisanales qui piégeaient la porte d’entrée et pouvaient être actionnées par un simple téléphone portable.

sapeurs russes à Palmyre
Le lieutenant a indiqué qu’au terme de leur première journée de travail à Homs, ses militaires ont réussi à désamorcer plus de 1 000 engins explosifs artisanaux, en se servant de matériel et de moyens de protection russes. Tous les démineurs participant aux travaux à Homs ont été formés par des experts russes au Centre international de déminage en Syrie.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :