A la Une

Syrie: la Jordanie piégée par « HIMARS »?

L’ancien ambassadeur iranien à Amman revient sur les raisons qui ont poussé les États-Unis à déployer leurs missiles HIMARS en Syrie, alors que ces engins étaient installés en Jordanie.

« Que les Américains s’ingèrent militairement dans la région, ce n’est guère une chose nouvelle. Ce qui est nouveau en revanche, c’est la décision américaine de déplacer les missiles HIMARS de la Jordanie en Syrie», fait remarquer Ahmad Dastmaltchian.

Le diplomate évoque le scénario américain qui consiste à « s’emparer de la ville d’al-Tanf » sur les frontières avec l’Irak, tout en cherchant à tirer profit de la situation à Raqqa, en armant les Kurdes des FDS.

« Les missiles HIMARS que les Américains ont décidé de déployer en Syrie laissent penser à des complications à venir. Les États-Unis sont vraisemblablement déterminés à faire traîner la guerre. Leur modus operandi et leur recours au système de missiles HIMARS trahissent leur volonté de pérenniser leur présence en Syrie et au-delà, dans la région.

Pour l’ancien ambassadeur iranien, « la nouvelle imposture américaine » n’est pas sans rapport avec les récents succès des forces syriennes et de la Résistance à atteindre les frontières avec l’Irak, là où elles auraient la possibilité de conjuguer leurs efforts de combat aux efforts des forces mobilisées irakiennes ». « Une fusion des forces syriennes, du Hezbollah et des Hachd al-Chaabi est le pire cauchemar qui puisse arriver aux Américains et aux Britanniques », selon le diplomate iranien.

Selon M. Dastmaltchian, « les États-Unis et la Russie auraient repris un dialogue en Syrie pour éviter tout clash entre leurs avions de combat ». Ces accords pourraient être rendus publics d’ici quelques jours. « Les négociations russo-américaines se sont déroulées à Amman. N’empêche que le déploiement des missiles HIMARS est une décision intempestive qui ne peut guère se justifier dans la mesure où ce déploiement « s’est effectué sans l’aval de l’État syrien ».

Les HIMARS impliqueront-ils la Jordanie dans la guerre ?

La Jordanie, selon l’ancien ambassadeur, est traditionnellement le pré carré des Britanniques. La Grande-Bretagne maintient via ses bases, une forte présence militaire dans ce pays. Ces dernières semaines, des dizaines de militaires américains et britanniques ont débarqué en Jordanie et c’est sur la frontière commune du royaume avec la Syrie que le Pentagone a installé les missiles HIMARS. Ce déploiement pourrait impliquer Amman dans la guerre en Syrie, en dépit des démentis officiels. Certes, la Jordanie est inquiète pour sa sécurité et se dit même prête à chasser les terroristes sur le sol syrien. Mais ceci pourrait ne pas être qu’un piège. Dans la logique de guerre qu’est celle de Trump, la Jordanie devrait servir de bouclier à Israël. Que les missiles HIMARS soient tirés contre les forces de la Résistance ou les Hachd al-Chaabi depuis la Jordanie, voilà le danger auquel Amman devra faire face. Car ce sera là un acte de guerre que ni la Résistance ni l’armée syrienne ne toléreront ».

Source: Parstoday

Lavrov commente la mise en place du HIMARS

4bmy8f04ee6024s0h2_800c450

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, souligne la quasi-absence de Daech ou d’autres groupes terroristes à proximité de la zone de mise en place du dispositif militaire américain HIMARS.

Selon l’agence de presse Sputnik, le ministère russe des Affaires étrangères a émis un communiqué aujourd’hui, samedi 17 juin 2017, citant Sergueï Lavrov : « Selon nos experts, les armes lourdes américaines mises en place en Syrie ne sont pas destinées à la lutte contre les terroristes de Daech et elles servent plutôt à accroître la présence et la puissance militaire de l’Amérique dans la région. Les experts pensent que cette action américaine vise à empêcher la prise de contact et la collaboration entre les forces syriennes et alliées et les alliés de l’Amérique dans le pays voisin qu’est l’Irak. »

Lavrov a alors ajouté : « Il y a aussi cette idée que l’Amérique cherche ainsi à s’opposer à la création d’un croissant chiite. Si tout cela se vérifie, c’est très désolant ! Il est vraiment dommage qu’au lieu de mettre en place un front unique de lutte contre le terrorisme, on soit dans les mouvements idéologiques et que l’on essaie de tirer profit des différends endogènes aux États musulmans. »

L’agence russe Sputnik a annoncé le mercredi 14 juin que les États-Unis avaient transféré, de Jordanie en Syrie, des systèmes capables de tirer des missiles de longue portée.

Des systèmes lance-roquettes multiples américains HIMARS, capables de lancer des missiles balistiques à longue portée, sont récemment arrivés de Jordanie, dans la base syrienne d’al-Tanf, a écrit l’agence Reuters en se référant à des sources au sein des services secrets locaux.

Source: Parstoday

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :