A la Une

«La coalition américaine protège Daech»: les proches du pilote syrien abattu témoignent

© Sputnik. Ilya Pitalev

Les proches du lieutenant-colonel syrien Ali Fahd, dont l’avion a été abattu le 18 juin par une attaque de la coalition américaine, ont déclaré qu’ils ignoraient tout du sort de leur proche et ont accusé les forces de la coalition de «complicité avec Daech».

Le ministère syrien de la Défense a souligné que l’avion avait été attaqué alors que le pilote effectuait une mission au-dessus des positions des djihadistes du groupe terroriste État islamique. Selon à la chaîne RT.

«Voilà ce qu’ils nous ont dit. Dans les 24 heures ils l’auraient plus ou moins sauvé, nous avons entendu qu’il avait été hospitalisé. Ils disaient l’avoir envoyé dans un hôpital kurde. Mais on ne sait rien, on ignore où il est, ce qu’ils lui ont fait», déclare son cousin Muhiddin Fahd.

Et d’ajouter: «Il y avait trois militaires israéliens dans le convoi, et ils ont été tué. L’élimination de notre pilote par la coalition prouve qu’elle et Daech sont dans le même camp.»

Le proche du pilote syrien a appelé les pays alliés de la Syrie à apporter leur aide pour retrouver le lieutenant-colonel. Muhiddin Fahd pensait que la coalition avait l’intention de libérer la Syrie mais les récents agissements de cette dernière prouvent le contraire.

C’est également la question que se pose l’oncle du pilote, Ali, qui rappelle que plus tôt la coalition avait déjà attaqué les forces syriennes à al-Tanf. Au total, l’armée gouvernementale a été prise pour cible à trois reprises ces derniers mois.

«Cette fois ils ont abattu un avion syrien qui bombardait Daech, pas des troupes américaines ou kurdes, ou un endroit en Amérique. C’est notre ciel et notre terre, et nous devons les défendre», a déclaré l’oncle du pilote.

Il estime que la responsabilité de la mort du pilote syrien repose sur la coalition et les forces américaines. Selon Ali Fahd, la coalition doit coopérer avec l’armée syrienne pour combattre Daech: «Quoi qu’il en soit, s’ils n’agissent pas avec la Syrie cela signifie que la coalition protège Daech, car c’est les USA et les troupes de la coalition qui ont créé cette organisation.»

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur de l’article repris d’un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Source: Sputnik News – France

Guerre en Syrie: Mattis et Dunford hostiles à l’aventursime de la Maison Blanche

manar-06728970014982258397

Le magazine américain Foreign Policy révèle l’opposition des généraux du Pentagone face à l’idée de l’implication dans des combats entre l’armée américaine, l’armée syrienne et ses alliés, dans le sud de la Syrie. Idée qui est toutefois soutenue par la Maison Blanche.

Des cas de conflits directs, opposant l’armée syrienne aux forces américaines dans le sud de la Syrie, se sont multipliés durant cette dernière semaine. Ce qui a fait que le magazine américain Foreign Policy a publié, vendredi 16 juin, un article au sujet de l’apport de soutien des hommes d’influence de la Maison Blanche par rapport au déclenchement d’une guerre terrestre contre l’armée syrienne, dans le sud de la Syrie.

La semaine dernière, les avions de combat US ont abattu un Soukhoï-22 et un drone, appartenant à l’armée syrienne. Les Américains accusent l’aviation syrienne d’avoir pris pour cible leurs positions, alors que le drone abattu revenait de sa mission contre les positions de Daech, à Raqqa.

« Ezra Cohen-Watnick, directeur du service de renseignement auprès du Conseil de sécurité nationale, et Derek Harvey, chef du Conseil de sécurité nationale pour le Moyen-Orient, soutiennent fermement l’ouverture d’un front élargi pour combattre les forces syriennes et leurs alliés, dans le sud de la Syrie, alors que plusieurs généraux du Pentagone, dont le secrétaire à la Défense James Mattis y sont opposés. James Mattis et certains responsables du département d’État ne veulent en aucun cas un nouveau conflit dans le sud de la Syrie, en affirmant que cela pourrait déclencher une confrontation dangereuse avec l’Iran. Joseph Dunford, chef d’état-major des armées, et Brett McGurk, diplomate américain, partagent l’idée de James Mattis et sont pour une concentration des efforts sur la lutte contre Daech et la libération de Raqqa », indique Foreign Policy.

Ce n’est pas la première fois que James Mattis et Joseph Dunford s’opposent aux aventurismes militaires de la nouvelle équipe de la Maison Blanche.

La Maison Blanche avait déjà demandé au Pentagone de mobiliser les soldats américains pour une lutte directe contre les terroristes de Daech, au lieu de soutenir les forces kurdes et arabes de la Syrie. Initiative catégoriquement rejetée par James Mattis et Joseph Dunford

Source: PressTV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :