A la Une

Le Gouvernement, l’opposition s’affrontent sur le vote constitutionnel du Venezuela

CARACAS, 10 juillet – Le Conseil national électoral vénézuélien (CNE) a annoncé lundi que toute tentative de bloquer le vote le 30 juillet pour élire une Assemblée nationale constituante (ANC) constituerait une violation des droits de l’homme.

Écrivant sur Twitter, la directrice du CNE, Tania D’Amelio, a cité la constitution qui stipule que le vote est un droit que personne ne peut nuire.

« Le vote est un droit. Des votes gratuits, universels, directs et secrets auront lieu. La loi garantit les principes du vote personnel et de la représentation proportionnelle », a-t-elle déclaré.

« Les électeurs ont le droit de voter lors des élections pour l’Assemblée nationale constituante prévue pour le 30 juillet, c’est pourquoi l’arrêt serait une violation du droit de vote de l’homme », a écrit D’Amelio, ajoutant que les délinquants pourraient être emprisonnés.

L’élection d’une ANC est un sujet de controverse au Venezuela considérée comme l’instrument du président Nicolas Maduro pour réécrire la constitution. Celui-ci la considère comme le meilleur moyen de sortir le pays de sa crise politique et économique.

Le président du CNE, Tibisay Lucena, a également défendu les élections lundi, les qualifiant d’un «moment stellaire» pour ceux qui seraient élus.

« Ce sont les moments forts pour les candidats, pour défendre leurs propositions électorales, pour que les vénézuéliens prennent leurs décisions de manière informée et consciente », a déclaré Lucena lors d’une conférence de presse.

Selon le fonctionnaire, les candidats auront la possibilité de présenter leurs propositions à la télévision, où ils bénéficieront de trois minutes de parole par jour ou dans la presse écrite, avec une page sur les tabloïds et une demi-page sur les journaux standard.

Cependant, la table ronde de l’Unité démocratique de l’opposition (MUD) a rejeté l’accusation selon laquelle l’élection d’une ANC est une tentative pour Maduro de consolider son pouvoir. Les manifestations de rue sont en cours depuis avril pour demander des élections présidentielles anticipées et, plus récemment, la fin de toute tentative de réécriture de la constitution.

Le MUD, animé par la sortie de son leader emblématique Leopoldo Lopez, mène une charge contre la nouvelle assemblée à choisir lors des élections du 30 juillet.

L’opposition a organisé une manifestation à Caracas lundi, au cours de laquelle des dizaines de manifestants et un certain personnel de la force de sécurité ont été blessés.

Afin d’essayer de bloquer le processus, le MUD va organiser un référendum non officiel le 16 juillet pour permettre aux Vénézuéliens d’exprimer leur opinion sur l’ANC.

S’exprimant lors d’une conférence de presse lundi, le député du MUD, Luis Florido, a déclaré que le référendum de l’opposition est juridiquement contraignant.

« Il est très clair que ce que nous déciderons le dimanche 16 juillet sera contraignant pour le régime de Nicolas Maduro, pour l’armée et pour tous les pouvoirs publics », a déclaré Florido.

Le CNE a rejeté le référendum comme un «processus interne» de l’opposition.

Le conflit entre le gouvernement et l’opposition est devenu une crise constitutionnelle en janvier 2016, lorsque celui-ci a remporté le contrôle de l’Assemblée nationale et a mis fin à un contrôle de 17 ans par l’ancien président Hugo Chavez et son successeur Maduro.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : XINUHANET

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :