A la Une

Le président iranien déclare que les interdictions des Etats-Unis d’Amérique ne seront pas sans réponse

Le président iranien Hassan Rouhani est vu lors d’une réunion du Cabinet à Téhéran, le 26 juillet 2017. (Photo par president.ir)

Le président Hassan Rouhani a dénoncé l’approbation par la Chambre des représentants des États-Unis d’un projet de loi sur de nouvelles sanctions contre l’Iran, affirmant que la République islamique « accorderait » définitivement une réponse proportionnée à la décision hostile.

Lors de la réunion du Cabinet à Téhéran mercredi, a déclaré M. Rouhani, le Parlement iranien adoptera des mesures réciproques en réponse aux sanctions américaines.

« Et nous prendrons toutes les mesures que nous jugerons nécessaires en fonction des intérêts de notre pays et nous continuerons notre chemin sans faire attention à leurs sanctions et politiques (américaines) », a souligné le chef de la direction iranienne.

Les populations iraniennes, a-t-il ajouté, sont habituées aux « hostilités des Etats-Unis d’Amérique » et savent bien comment les contrer.

Au cours des 40 dernières années, les Iraniens ont été soumis à des sanctions, des pressions et des fausses accusations par des politiciens américains et des appareils de propagande, a-t-il ajouté.

Les États-Unis d’Amérique ne sont pas seulement hostiles à l’institution islamique en Iran, mais aussi à la résistance de la nation iranienne, a souligné M. Rouhani, soulignant que Washington ne peut pas accepter le pays comme modèle pour l’indépendance dans la région.

Le président Rouhani a noté que les États-Unis d’Amérique n’ont d’autre alternative que de poursuivre la paix et le respect des droits de la nation iranienne, de la révolution islamique et de la Constitution.

Une « réponse décisive » attend les interdictions des Etats-Unis d’Amérique

Au début de la journée, le vice-ministre iranien des Affaires juridiques et internationales, Abbas Araqchi, a également promis une « réponse décisive » au mouvement « hostile ».

« La mesure prise par le Congrès des États-Unis et la nouvelle loi adoptée contre l’Iran, la Russie et la Corée du Nord est un acte hostile flagrant contre la République islamique d’Iran, qui aura une réponse décisive », a-t-il déclaré.

Les remarques ont eu lieu un jour après que la Chambre ait voté pour un projet de loi 419-3 qui imposerait de nouvelles sanctions à l’Iran, à la Russie et à la Corée du Nord.

Le projet de loi doit passer devant le Sénat des États-Unis d’Amérique avant qu’il puisse être envoyé à la Maison Blanche pour que le Président Donald Trump le veto ou le signe en loi.

Il cible la Corée du Nord et l’Iran sur leurs programmes de missiles balistiques ainsi que sur la Russie concernant l’ingérence alléguée lors des élections des Etats-Unis d’Amérique de 2016 et la réintégration de la péninsule de Crimée de la mer Noire.

Le président de la Chambre, Paul Ryan, a déclaré que le projet de loi sur les sanctions « serrait les vis de nos adversaires les plus dangereux afin de garder les Américains des Etats-Unis en sécurité ».

Araqchi a ajouté que l’Iran, au cours des dernières années, a été confronté à des « mouvements hostiles » similaires par le Congrès des Etats-Unis d’Amérique et le gouvernement, et qu’une telle approche « n’est pas particulière aux gouvernements actuels ou anciens » à Washington.

Le nouveau projet de loi est en fait une « conclusion de sanctions antérieures aux États-Unis d’Amérique dans les domaines non nucléaires », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il « pourrait affecter la mise en œuvre réussie » de l’accord nucléaire de 2015, officiellement appelé Plan d’action de compréhension multilatéral (PACM, JCPOA).

En conséquence, a déclaré Araqchi, le projet de loi sur les sanctions « est incompatible avec les différentes clauses du PACM (JCPOA), selon lesquelles les États-Unis d’Amérique s’engagent à mettre en œuvre l’accord avec bonne volonté et dans une atmosphère constructive ».

44e2ee2b-6a12-4846-b293-b3b25a3471fe

Le Vice-ministre iranien des Affaires étrangères et Affaires étrangères Abbas Araqchi

L’administration Trump a récemment certifié au Congrès pour la deuxième fois depuis son entrée en fonction en janvier que l’Iran respectait l’accord nucléaire.

Araqchi a déclaré que Washington n’avait pas d’autre choix, étant donné que l’Agence internationale de l’énergie atomique a confirmé sept fois le respect par l’Iran de l’accord.

Il a souligné que l’Iran « resterait patient et prendrait une décision concrète proportionnée aux mesures américaines ».

Le PACM (JCPOA) a été signé entre l’Iran et les pays P5 + 1 – à savoir les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne – en juillet 2015 et a pris effet en janvier 2016.

Dans le cadre de l’accord, qui a ensuite été approuvé par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, des limites ont été imposées aux activités nucléaires de l’Iran en échange de l’élimination de toutes les interdictions nucléaires imposées à la République islamique, entre autres choses.

L’administration Trump, qui a repris en janvier 2017, un an après l’entrée en vigueur du PACM (JCPOA), a cependant flanqué des sanctions contre l’Iran en violation de l’accord nucléaire.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :