A la Une

L’Europe centrale prend l’Empire Soros

La question est la souveraineté nationale et leur ennemi est George Soros

Le projet de loi sur les réformes judiciaires de la Pologne a l’Union européenne dans une mousse bouillonnante qui pourrait progresser rapidement. Mais la Pologne continue d’obtenir le soutien de ses voisins les plus proches, notamment la Hongrie.

La question est la souveraineté nationale et leur ennemi est George Soros. La suppression de son vaste réseau d’agents en Europe grâce à sa Fondation Open Society est l’objectif tactique.

Soros répond toujours avec des accusations d’antisémitisme, qui maintenant même Israël l’appelle sur et attire notre meilleure nature. Mais comme je l’ai souligné dans un article récent :

    Pour ce fournisseur de boucherie mondiale qui admet ouvertement avoir un complexe de dieu pour revendiquer le terrain moral élevé de toute personne qui ne s’appelle pas Hillary Clinton, c’est un acte d’orgueil, alors les chiens dégoûtants voudront le rouler dedans.

Viktor Orban a finalement posé les cartes pour tout le monde. Nous devons nous battre contre « l’empire de Soros ».

La Carte Trump de Visegrad

Cette semaine, un sommet de Visegrad à quatre – la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la République tchèque – a accueilli le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Netanyanu a ensuite été « pris » dans un micro chaud critiquant le traitement de l’UE contre Israël.

Ce fut un coup franc sur la chancelière allemande Angela Merkel et Soros. Les deux sont déterminés à détruire la souveraineté nationale en Europe. Soros compromet activement le tissu social des États-Unis en finançant les manifestations Antifa et Black Lives Matter.

Il est également clair que le président Donald Trump comprend cette dynamique. Cette insurrection ouverte contre l’ingérence de Soros dans les affaires de l’Europe de l’Est est soutenue par l’équipe de Trump pour contrer le scandale idiotique de la « Russie ayant piraté l’élection muh » maintenue vivante quotidiennement par les shills aux Etats-Unis d’Amérique et les médias européens.

Là où cela conduit à un défi ouvert aux directives de l’UE par la Pologne au sujet de son processus de sélection judiciaire. L’UE a jugé cette loi antidémocratique.

Cette revendication est à la hauteur de l’hypocrisie provenant d’une UE où les élus ne possèdent aucun pouvoir législatif et les technocrates non élus refusent de respecter les souhaits démocratiques des personnes qu’ils gouvernent.

Selon le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ». Lui et le reste du groupe de Bruxelles s’opposent toujours à toute reprise démocratique de leur programme de contrôle intégré de l’Europe.

La capacité de Soros à financer secrètement les organisations pour le changement de régime doit être arrêtée. La Hongrie a adopté une loi comme celle qui a réussi en Russie à étouffer l’influence étrangère payée. Israël devrait discuter d’une loi semblable, depuis longtemps en retard.

Mais, avec le soutien ouvert de Trump, la Pologne et la Hongrie dirigent l’opposition à l’UE et forceront une neutralité potentiellement explosive. Aucun pays ne recule. Orban saisit toutes les occasions d’aller après Soros publiquement tout en dénonçant la politique d’immigration de Merkel.

Le Visegrad de l’Apocalypse

Maintenant, il cherche le remboursement de l’UE pour son mur frontalier nécessaire à la sécurité européenne. De l’article de Daily News Hungary joint ci-dessus sur le dernier discours d’Orban :

    Se référant à certains politiciens allemands accusant la Hongrie de ne pas être fidèle au reste de l’UE, Orbán a déclaré que la Hongrie avait consacré jusqu’à 260 milliards de forints (0,85 milliard d’euros) à la défense contre la vague de migration et a déclaré que « l’UE devrait ne pas parler de solidarité avant de rembourser ce qu’ils nous doivent pour protéger l’Europe ».

C’est un leadership comme celui-ci qui est persuasif et efficace. Et le Parlement européen devra finalement invoquer l’article 7 et pousser le retrait de la Pologne et la Hongrie de l’UE ou se retirer de ces demandes d’immigration.

La Hongrie est déjà en glace fine avec la dure gauche parmi les députés européens. La Pologne et la Hongrie sont au tribunal défendant contre l’UE. Mais c’est une tactique différente pour empêcher un vote au titre de l’article 7, ce que Soros fait depuis maintenant un moment.

Ne vous méprenez pas, Merkel imposant des quotas d’immigration est un moyen pour une fin. Elle sait que l’Europe ne peut pas prendre beaucoup plus. Par conséquent, elle laisse le président français Emmanuel Macron travailler avec Donald Trump pour mettre fin à la guerre en Syrie.

Mais, elle ne va pas laisser le groupe Visegrad défier ouvertement l’UE sur ces questions non plus.

Elle lutte contre le président turc Erdogan au sujet de sa réintégration de la peine de mort ainsi que du Royaume-Uni alors que la manœuvre du Brexit parle. Merkel ne peut pas céder à la Pologne et à la Hongrie lorsque l’Allemagne a pris tant de migrants à la veille de sa réélection.

Comme toujours avec les politiciens de gauche et leur base, cela s’inscrit en termes d’équité et non de « droit ». La Pologne et la Hongrie doivent prendre leur « juste partage » des migrants de Soros ou ils ne sont pas suffisamment assez européens.

À ce que Duda de la Pologne et Orban de Hongrie disent bien, au moins dans trente ans, nous serons encore un peu européens. Avec une crise de la dette souveraine créée en Occident et une lutte politique pour la souveraineté dans l’Est, l’UE regarde à l’horizon 2018.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RUSSIA INSIDER

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :