A la Une

Le Sénat brésilien devrait discuter annulation de l’impeachment de Rousseff

Avec plus de 20.000 votes, une enquête a révélé que les citoyens appellent à l’annulation de la procédure de destitution de la présidente de République élue Dilma Rousseff.

Le Sénat brésilien devrait répondre à la proposition de suppression de l’impeachment qui a écourté le mandat de la présidente de la République Dilma Rousseff, selon plus de 24.000 partisans enregistrés dans une consultation publique.

L’enquête, décrite dans le site E-citoyenneté du Sénat du Brésil, a battu rapidement au cours de la journée de vendredi, les 20.000 voix nécessaires pour la conversion de l’initiative dans une « suggestion législative. »

Dans le cadre de cette enquête pour l’annulation de la procédure de destitution contre la présidente Rousseff, il a fait l’examen des deux questions principales des internautes.

La perte du mandat de la présidente constitutionnellement élue était le résultat d’un coup d’Etat et en raison de l’échec du gouvernement issu du coup d’Etat illégitime de Michel Temer, la seule solution est que Dilma Rousseff tienne à nouveau la position pour laquelle elle a été élue et ne doit jamais être perdue « met en évidence une requête publiée sur le site du Sénat E-citoyenneté brésilienne.

Le succès de cette enquête renforce l’action populaire lancée le 30 Juin pour recueillir 1,3 million de signatures dans le but de faire pression sur le Tribunal fédéral suprême (TFS) de révoquer le résultat de la mise en accusation, soutenue par des parties étrangères.

Le coup d’Etat contre Rousseff a commencé à prendre forme en 2015, sous le couvert d’un procès politique, connu sous le nom impeachment pour avoir prétendument « maquiller » des comptes publics à travers la soi-disant « pédalage fiscal ».

Le 31 Août, 2016, le Sénat brésilien a déclaré Rousseff coupable de corruption, avec 61 voix pour et 20 contre, et a ordonné son renvoi définitif.

La décision a provoqué des réactions différentes des gouvernements d’Amérique Latine, y compris au Venezuela, à Cuba, en Equateur et en Bolivie, les analystes politiques et autres, sont d’accord avec le concept de « coup d’Etat parlementaire » mis en scène par le Sénat brésilien.

Tags

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Telesur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :