A la Une

Tout sur le pétrole : WikiLeaks révèle les objectifs Des Etats-Unis d’Amérique à Caracas si le changement de régime se dessine

© AP Photo/ Miraflores Palace

WikiLeaks a publié un extrait d’un câble de 1988, entre le Département d’Etat américain et son ambassade de Caracas – « Buts des Etats-Unis d’Amérique, objectifs et gestion des ressources pour le Venezuela » – qui souligne l’importance des réserves de pétrole vénézuéliennes pour les dirigeants des Etats-Unis d’Amérique.

Le câble rend clair que l’objectif principal des relations américano-vénézuéliennes est de s’assurer que ce dernier continue de fournir une « partie importante » des anciennes importations de pétrole et suit une position « modérée et responsable » du prix du pétrole dans l’OPEP.

What is the #1 U.S. interest in Venezuela? If the classified history of the U.S. State Department is a guide, oil.

1055890956

Le président vénézuélien Nicolas Maduro parle lors d’une réunion avec des hommes d’affaires à Caracas, Venezuela 9 janvier 2017/© REUTERS/ Miraflores Palace

Le gouvernement vénézuélien est confronté à de grands défis à l’heure actuelle, avec une pénurie de nourriture et une flambée de l’inflation – déclenchée par la guerre économique non officielle prolongée des États-Unis d’Amérique contre le pays – encore aggravée par une nouvelle vague de sanctions des Etats-Unis.

Également le 2 août, le parlement vénézuélien, dirigé par l’opposition, a accepté à l’unanimité d’autoriser le Bureau du Procureur général à ouvrir une enquête sur une éventuelle fraude électorale lors des récentes élections à l’Assemblée constituante du pays.

Antonio Mugica, PDG de Smartmatic, qui fournit des systèmes de vote électroniques dans le monde entier, a déclaré que les résultats des élections ont été manipulés et que la participation réelle pourrait différer d’au moins un million.

L’exposition de WikiLeaks n’est pas la première fois que l’éditeur de secrets a publié des documents internes sur le Venezuela.

En juillet 2016, une série d’e-mails divulgués a montré que pendant son séjour en tant que secrétaire d’État, Hillary Clinton a promu la subversion contre le pays d’Amérique latine, malgré les appels publics pour l’amitié – elle a demandé à l’adjoint du secrétaire d’État aux Affaires de l’hémisphère occidental, Arturo Valenzuela, la meilleure façon de « gêner » Chavez, qui a suggéré de rejoindre d’autres partenaires régionaux pour aider à saper son leadership.

De plus, en 2013, un câble de 2006 de l’ancien ambassadeur au Venezuela, William Brownfield, a décrit un plan complet pour infiltrer et déstabiliser le gouvernement de l’ancien président Hugo Chavez.

Le document a détaillé les cinq objectifs essentiels de l’ambassade au Venezuela depuis 2004, notamment :

  •     « Pénétrer la base politique de Chavez »
  •     « Diviser le chavisme »
  •     « Protéger les affaires américaines essentielles »
  •     « Isoler Chavez internationalement »

Le mémoire a également précisé le rôle central joué dans les efforts de déstabilisation de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et du Bureau des initiatives de transition.

Au total, l’USAID a dépensé plus d’un million de dollars pour organiser 3 000 forums qui visaient essentiellement à concilier les partisans de Chavez et l’opposition politique, dans l’espoir de les attirer lentement du côté de Chavez.

Malgré les ambitions évidentes des États-Unis d’Amérique, leurs efforts peuvent rencontrer des problèmes – après tout, le Venezuela n’est pas sans défenseurs régionaux.

Le gouvernement cubain a dénoncé l’opération internationale « bien planifiée » contre le pays, « dirigée depuis Washington » et visant à « faire taire la voix du peuple vénézuélien ».

Un porte-parole a déclaré que la campagne dirigée par les États-Unis d’Amérique cherchait à ignorer la volonté des vénézuéliens et à « imposer la reddition au moyen d’attaques et de sanctions économiques ».

Ce n’est pas seulement au Venezuela que les États-Unis d’Amérique sont accusés de déstabiliser le gouvernement élu. Le président bolivien, Evo Morales, citant des informations provenant des câbles WikiLeaks, a allégué que le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique a accordé au moins 4 millions de dollars US à des groupes séparatistes anti-gouvernementaux de 2006 à 2009. Morales, du parti du mouvement pour le socialisme de gauche, a poursuivi la réforme agraire et la nationalisation des ressources naturelles du pays, des politiques qui ont invariablement provoqué l’invasion des Etats-Unis d’Amérique dans la région.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Le livre ci-dessous fourni plus d’informations sur ce sujet: écrire à mossinguej@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :