A la Une

La Coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique déclare 624 victimes civiles des raids aériens en Irak, en Syrie

Une vue générale des maisons détruites en première ligne dans le quartier Al Dariya dans l’ouest de Raqqa, en Syrie, le 24 juillet 2017. © Morukc Umnaber / Global Look Press

La coalition dirigée par les États-Unis d’Amérique a publié une nouvelle évaluation des pertes civiles de ses affrontements aériens en Irak et en Syrie, affirmant que 624 personnes ont été « tuées involontairement » depuis le début de la campagne contre l’État islamique en 2014.

« À ce jour, sur la base des informations disponibles, le CJTF-OIR (Combinés Joint Task Force – Operation Inherent Resolve) évalue qu’il est plus probable qu’autrement, au moins 624 civils ont été tués involontairement par la Coalition depuis le début de l’opération Inherent Resolve, » a déclaré la Coalition dans un communiqué publié vendredi.

Il y a 23 autres personnes mortes comparativement aux données publiées par CJTF-OIR le mois dernier, qui ont reconnu 603 victimes civiles.

En juin, « la Coalition a terminé l’évaluation de 132 rapports, dont 121 ont été jugés non crédibles et sept ont été jugés crédibles, ce qui a entraîné 21 décès de civils non intentionnels. Quatre rapports ont été évalués comme des doublons de rapports précédents », a indiqué la déclaration.

Les forces internationales ont déclaré qu’elles « ont porté plus de 180 rapports ouverts sur les éventuelles pertes civiles des mois précédents et ont reçu 72 nouveaux rapports résultant des attaques aériennes de la Coalition à l’appui des opérations des forces partenaires pour vaincre ISIS (État islamique, IS) en Irak et en Syrie ».

« En outre, la Coalition a commencé l’évaluation de 404 rapports historiques de pertes civiles possibles reçues de Airwars.org », a ajouté le communiqué.

Airwars est un groupe basé au Royaume-Uni qui surveille les accidents aériens et les pertes civiles en Irak, en Libye et en Syrie, sur la base de rapports généraux et de revendications militaires.

Selon l’ONU, plus de 8 000 civils ont été tués ou blessés à Mossoul, avec la ville étant presque démolie au sol pendant l’opération.

De nombreux décès sont reprochés aux combattants de l’EI, qui ont exécuté ceux qui essayaient de s’échapper et utilisaient les civils comme boucliers humains.

Mais la coalition dirigée par les États-Unis d’Amérique a également été accusée par des groupes de défense des droits de l’homme de raids aériens excessifs et de l’incapacité de protéger les civils.

Selon Amnesty International, les forces irakiennes et de la coalition « n’ont pas pris les mesures adéquates pour protéger les civils, les soumettant à une ardeur terroriste des armes qui ne devraient jamais être utilisées dans des zones civiles densément peuplées ».

La nouvelle augmentation des pertes civiles a été signalée en juin, alors que les forces soutenues par les États-Unis d’Amérique ont commencé l’assaut contre la capitale de facto de l’Etat islamique en Syrie, Raqqa.

Au moins 173 civils ont été tués dans la ville le mois dernier par des frappes aériennes et terrestres, selon les estimations des Nations unies.

La coalition dirigée par les États-Unis d’Amérique a déclaré que, malgré le fait qu’il faut des efforts « extraordinaires » pour éviter les dommages collatéraux, « dans certains incidents, les pertes sont inévitables ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

La « Coalition américaine » commet un nouveau massacre à Raqqa

massacre

Raqqa – Les avions de combat de la « Coalition américaine » ont commis un nouveau massacre contre les Syriens dans la ville de Raqqa.

Des sources civiles ont affirmé à SANA que les avions de combat de la « Coalition», conduite par les Etats-Unis sous prétexte de la lutte contre le réseau terroriste « Daech », avaient bombardé hier plusieurs zones dans la ville de Raqqa, ce qui y a fait 8 martyrs, 7 enfants et une femme de la même famille, des blessés et des dégâts matériels dans les maisons des habitants.

Les sources ont ajouté que les avions de combat de la « Coalition » avaient mené, pendant les dernières 48 heures, 44 raids sur les quartiers de Jame’ Imam Nouri, Thakana et Badou, et fait des martyrs et des blessés parmi les civils.

Razane / A. Chatta

Source: SANA

Manœuvres américaines sournoises pour le sud syrien

manar-04925380015018665142

Le sud syrien fait l’objet de manœuvres américaines  bien sournoises.
Il est question que Washington a renoncé aux groupes armés qu’il soutient, avec pour but affiché de se consacrer à Daech. Mais il semble en même temps les pousser à procéder à une nouvelle métamorphose, condition inaliénable pour son soutien, pour des visées bien louches.

Suspendre la lutte contre le régime

Des sources proches de la milice de l’Armée syrienne libre ont assuré pour l’agence turque Anatolie que les Etats-Unis ont informé les factions combattant contre le gouvernement syrien dans le sud syrien qu’ils allaient suspendre l’aide militaire qu’ils leur procuraient.

Ceci a eu lieu lors de la rencontre entre des responsables jordaniens, américains et russes avec des représentants des groupes armés dans cette zone. Celle-ci s’est déroulée pendant trois jours d’affilé, la semaine passée, en Jordanie, siège de la cellule MOQ qui supervisait la plupart des milices actives dans les régions syriennes frontalières avec le Golan syrien, occupé par Israël et avec la Jordanie.

« La délégation américaine a informé les chefs de la « Jabhat al-Janoubiyat » que leur pays allait suspendre l’aide qu’il leur fournissait dans le but de consolider le cessez-le-feu conclu et de se consacrer  à la lutte contre Daech, et que l’aide se bornera au soutien logistique et financier », a indiqué un dirigeant de l’ASL, connu sous le pseudonyme d’Abou Chayma, pour l’agence turque.

Aller combattre Daech

Un chef des groupes armés dans le sud syrien qui était présent lors de cette rencontre a révélé que les Etats-Unis et la Russie ont décidé de geler les factions armées œuvrant dans le sud syrien.
«  Les dirigeants russes, américains et jordaniens nous ont demandé de cesser de combattre le régime et de nous consacrer à combattre le groupe terroriste  Daech», a ajouté ce chef, sous le couvert de l’anonymat.

Quant à Abou Omar al-Homsi, le chef de la milice « Chouhada Al-Qaryatayn »,  particulièrement active dans le sud syrien, il a affirmé que les Etats-Unis lui ont demandé d’envoyer des combattants dans la province de Hassaké, pour prêter main forte à la milice à majorité kurde de Forces démocratiques syriennes (FDS).
Nouvelle entité, nouvelle métamorphose

Cette information a été confirmée par le journal aux capitaux saoudiens, Al-Hayate, qui a écrit que la cellule des opérations MOQ avait suspendu son soutien militaire aux groupes d’opposition présents dans le sud de la Syrie.

Or, rapporte le journal, Washington a posé de nouvelles conditions à ces groupes en échange de son aide: celle entre autre de lui restituer ses missiles présents au sud de la Syrie.

Mais la demande la plus importante n’en demeure pas moins celle de mettre sur pied une nouvelle entité ou coalition, avec une nouvelle appellation, en l’occurrence le Front national de libération de la Syrie et qui devrait comprendre les 40 groupuscules en action.

Selon Abu Aleddine al-Khalidi, le leader de la milice Front révolutionnaire syrien (FRS) , les Américains les avaient informés que le soutien allait reprendre une fois cette nouvelle structure commandée par eux, mise en place.

Incorporer l’armée syrienne

Ils lui ont fait part de nouvelles missions relatives à une solution politique à la crise syrienne.
« La cellule d’opération a en ce moment besoin de chefs militaires pour œuvrer sur les questions relatives au cessez-le-feu. Il ne s’agit plus de combattre les forces du régime. Les informations dont nous disposons font état de la mise en place d’une structure sur le système de la sécurité intérieure et sur la protection des frontières », a expliqué Khalidi pour al-Hayate.

« Dans le futur, au sud de la Syrie, une armée nationale sera constituée, avec la présence des opposants », a-t-il affirmé.

Manifestement, les Américains oeuvrent pour incorporer ces milicesdans l’armée syrienne et les envoyer dans le sud de la Syrie. Elles devront de la sorte garantir la protection d’Israël, qui appréhende plus que jamais que cette zone ne tombe entre les mains des Iraniens et du Hezbollah.

Source: Divers, Almanar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :