A la Une

Voici comment trois années de sanctions occidentales affectent la Russie

© Sputnik/ Mikhail Mordasov

Les trois années d’interdiction de certaines importations de nourriture en Russie, a suscité une nouvelle vigueur dans le secteur agricole du pays, ce qui a notamment augmenté sa part dans l’économie nationale.

Le 6 août 2014, le président Vladimir Poutine a émis un décret interdisant l’importation de viande, de saucisses, de poissons, de fruits de mer, de fruits, de légumes et de produits laitiers des pays de l’UE, du Canada, de l’Australie et de la Norvège, qui avaient déjà imposé des sanctions contre la Russie.

Après une brève augmentation du coût de la nourriture, les prix se sont stabilisés au fur et à mesure que les producteurs nationaux et les autres fournisseurs étrangers ont pris part au comblement du vide.

« Nous avons connu une croissance nette de la transformation des aliments et de la production agricole, principalement dans les secteurs de la viande et des produits laitiers. Il y a également un saut dans la production de serre. Tout cela s’ajoute à la sécurité alimentaire du pays », a déclaré à Sputnik l’analyste de Rosbank, Yevgeny Koshelev.

Depuis janvier, la production de légumes à effet de serre en Russie a atteint 507 000 tonnes, soit 19,8% de plus par rapport à la même période de l’année dernière, a-t-il ajouté.

Effet modeste

Pourtant, malgré la croissance notable de la production agricole des dernières années, sa part dans le PIB du pays reste relativement faible, passant de 2,5 à 4%.

« L’agriculture ne peut pas être le seul moteur de la croissance économique. Nous avons besoin de secteurs supplémentaires pour faire en sorte que la percée de la modernisation qu’a besoin la Russie soit tellement forte », a déclaré le directeur de programme de Valdai Club, Yaroslav Lisovolik.

Exportations alimentaires

La production agricole croissante de la Russie pourrait devenir un moteur des efforts du gouvernement pour diversifier les exportations russes. La Russie a déjà considérablement augmenté ses exportations de céréales et les bénéfices des exportations agricoles dépassent maintenant ceux de la vente d’armes russes à l’étranger.

« La Russie a toutes ses chances de devenir l’un des premiers producteurs mondiaux de produits alimentaires », a déclaré Nikita Maslennikov, spécialiste de l’Institut de développement moderne.

Il a ajouté que la Russie recherchait maintenant de nouveaux marchés, surtout en Asie et dans le Pacifique.

« L’Asie est le marché qui connaît la croissance la plus rapide, c’est pourquoi nous devons vendre autant de nourriture que possible, surtout le soja, la viande de volaille et le porc », a ajouté M. Maslennikov.

La Russie est maintenant en pourparlers avec la Chine pour exporter de la viande, du sarrasin et du tournesol et aussi augmenter la vente de céréales à la République populaire.

Embargo : Avantages et Inconvénients

Malgré les résultats positifs de l’embargo alimentaire de trois ans, les experts soulignent la nécessité d’un meilleur financement du secteur agricole du pays, y compris les prêts et les assurances.

« Dans l’agriculture, tout comme dans tout autre secteur économique, nous voyons des problèmes tels que le mauvais temps et d’autres, ce qui empêche sa croissance », a déclaré M. Maslennikov.

« La Banque agricole a manqué d’argent pour assurer un financement stable pour nos agriculteurs et c’est un problème sérieux », a-t-il ajouté.

Il a également souligné les problèmes d’infrastructure et la nécessité de moderniser les ascenseurs à grains et les entreprises de transformation des aliments, qui ont besoin d’un financement supplémentaire.

« Les restrictions ont couvert les deux sens. D’une part, ils peuvent offrir un certain créneau dans lequel vous pouvez travailler. D’autre part, ils peuvent vous rendre complaisant et désireux de faire mieux », a déclaré Yaroslav Lisovolik.

L’Union européenne et les États-Unis d’Amérique ont imposé des sanctions à la Russie en 2014 pour sa soi-disant participation présumée dans le conflit ukrainien et la réunification de la Crimée avec la Russie, les prolongeant à plusieurs reprises.

À son tour, la Russie a introduit un embargo alimentaire sur la viande et les produits laitiers, les poissons, les fruits et les légumes des pays qui ont sanctionné Moscou. Les mesures restrictives sont en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :