A la Une

Pyongyang : les exercices militaires des Etats-Unis d’Amérique et sud-coréens poussent la péninsule « dans la guerre nucléaire »

© REUTERS/ KCNA

Les exercices militaires conjoints effectués par les Etats-Unis d’Amérique et la Corée du Sud ne sont que « l’ajout de carburant au feu » dans la péninsule coréenne, a déclaré Pyongyang dimanche.

Les exercices de Ulchi Freedom Guardian commencés lundi, plus les nouvelles sanctions contre la Corée du Nord par les États-Unis d’Amérique et l’ONU, aggravent les choses au lieu de soulager les tensions sur la péninsule, a déclaré l’organe Pyongyang Rodong Sinmun dans un éditorial du dimanche, rapporte Yonhap.

En effet, les exercices sont « un comportement imprudent conduisant la situation dans la phase incontrôlable d’une guerre nucléaire », a averti Rodong Sinmun.

« L’exercice conjoint est l’expression la plus explicite de l’hostilité contre nous, et personne ne peut garantir que l’exercice ne se transformera pas en combats réels », a déclaré le journal. « Si les Etats-Unis d’Amérique sont perdus dans un fantasme que la guerre sur la péninsule est à la porte de quelqu’un d’autre loin d’eux à travers le Pacifique, ils se trompent beaucoup plus que jamais ».

Au moins 75 000 soldats participeront aux jeux de guerre de 10 jours, à grande échelle, des exercices simulés par ordinateur, conçus pour aider les forces des Etats-Unis d’Amérique et sud-coréennes à défendre la Corée du Sud contre une invasion, selon le département de Défense des Etats-Unis d’Amérique. Washington insiste sur le fait que les exercices sont « défensifs », mais Pyongyang les voit, et des exercices militaires que la pratique fait ressortir le leadership nord-coréen, comme des provocations.

Pyongyang a promis plutôt une « frappe impitoyable » contre les territoires des Etats-Unis d’Amérique dans le Pacifique ou le territoire continental des Etats-Unis d’Amérique en réponse.

La guerre des paroles entre le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a atteint un niveau élevé de fièvre ce mois-ci, avec Trump promettant de décharger « le feu et la fureur » sur le pays nord-asiatique en réponse à toute agression et les médias de l’Etat nord-coréen répondant avec des rapports selon lesquels Pyongyang avait élaboré des plans pour tirer sur le territoire des Etats-Unis d’Amérique du pacifique de Guam et attendait simplement le mot de Kim. Cependant, après une longue perspicacité des deux côtés, la Corée du Nord a annoncé que Kim avait choisi de ne pas activer l’attaque de Guam pour le moment.

Les États-Unis d’Amérique et la Corée du Sud ne sont pas dirigés vers la réduction en conséquence de leurs exercices annuels, bien que la Chine, un important partisan de la Corée du Nord et donc un acteur très important dans la crise, ait suggéré un hiatus des jeux de guerre en échange d’une pause des essais.

D’autres alliés rejoindront les exercices cette année, y compris des soldats de l’Australie, du Royaume-Uni, du Canada, de la Colombie, du Danemark, des Pays-Bas et de la Nouvelle-Zélande. Les exercices se déroulent jusqu’au 31 août.

La Corée du Nord a testé deux missiles balistiques intercontinentaux en juillet et affirme que ses derniers missiles peuvent porter une charge nucléaire utile, une évaluation dont certains analystes japonais et américains sont d’accord.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :