A la Une

Sommet BRICS ? Quel Sommet BRICS, Kim vient de voler le spectacle !

Le test de la bombe à l’hydrogène de la Corée du Nord menace de faire obstacle au Sommet BRICS de la Chine et obliger Pékin à instruire son aide vitale comme punition contre son voisin, afin de sauver le visage devant la communauté internationale, tombant ainsi dans un piège dangereux que les États-Unis d’Amérique peuvent avoir fixé pour cela.

Kim Jong-Un a mené le sixième test nucléaire de son pays, cette fois-ci, en expérimentant une bombe à hydrogène compatible avec l’ICBM qui serait la plus forte munition qu’elle ait jamais maniée. Les analystes ont averti qu’un mouvement comme celui-ci aurait pu être attendu pendant un certain temps, mais il a néanmoins capturé des observateurs en détresse qu’il s’est produit juste à la veille du Sommet BRICS de Chine à Xiamen.

Ce fait seul réfute le fait que la Corée du Nord est censée être la marionnette de la Chine, puisque Pékin n’approuve pas ce qui vient de se passer et est en fait indigné que le jeune Kim essaie de capter les projecteurs lors de l’événement le plus important que la République du Peuple a accueilli toute l’année. Il y a quelques mois au cours du Sommet de la ceinture et de la route, Kim a fait la même chose, à l’exception de cette fois-ci qu’il a testé la mise en feu de manière provocatrice d’un missile à l’endroit.

Il s’est nettement dépassé cette fois avec le test de la bombe H, qui était un message pour la Chine autant qu’il était pour les États-Unis d’Amérique. Tout le monde est conscient de la raison pour laquelle Pyongyang et Washington sont en désaccord, mais comparativement peu de personnes reconnaissent même qu’il existe un gouffre toujours croissant de méfiance entre la Chine et la Corée du Nord.

Il y a eu un moment où la Corée du Nord était solidement sous influence chinoise, mais ces jours sont passés depuis longtemps, surtout maintenant que Kim Jong-Un est en charge. Le chef de la jeunesse (ou la junte derrière lui, selon ce que le lecteur appelle vraiment les tirs dans le royaume ermite) a découvert qu’il peut extraire des concessions plus fructueuses de la Chine qu’avec les États-Unis d’Amérique, mais a trop joué à sa main et est maintenant en danger de tout perdre.

Les intérêts de la sécurité de la Chine vis-à-vis de la Corée du Nord sont assez simples – empêcher les forces armées des Etats-Unis d’Amérique d’atteindre les rives de la rivière Yalu comme au début de la guerre de Corée (ce qui implique de travailler contre une solution de réunification qui pourrait permettre cela) et maintenir la stabilité en Corée du Nord à travers des aliments et d’autres formes d’aide limitée afin d’éviter que le raz-de-marée humaine des armes de migration de masse ne se répandent à travers la frontière si l’Etat s’effondre.

La Corée du Nord comprend très bien cet état de choses, voilà pourquoi elle a supposé qu’il pourrait faire tout ce qu’elle voulait en termes de tests d’armes et d’autres, tout en prenant l’aide chinoise précitée pour acquis, mais est entrain maintenant de changer en raison de combien il a embarrassé la Chine, ce qui semble avoir été exprès.

On ne peut jamais savoir avec une certaine précision ce que pensent Kim Jong-Un ou ses partisans de la junte, mais les observations sur le comportement de la Corée du Nord suggèrent que l’intention est de tenter un peu la Chine parce qu’elle aurait pu être trop paranoïaque quant aux perspectives de Pékin de conclure un accord avec Washington contre Pyongyang. Ironiquement, cependant, la Corée du Nord semble faire de cette peur une prophétie autocollante grâce à ses actions à court terme consistant toujours à tenter de se faire la Chine sur la scène internationale.

Au lieu d’entraîner plus d’aide, qui, à toutes fins utiles, joue le rôle de pots-de-vin pour l’Etat profond de la Corée du Nord (bureaucratie permanente, intelligence et bureaucratie diplomatique), Kim Jong-Un risque de forcer la Chine à réduire l’assistance afin de sauver la face devant la communauté internationale et mettre en danger la stabilité de son pays.

Un respect de l’idéologie de l’autosuffisance Juche, il est pratiquement impossible pour la Corée du Nord de la mettre en œuvre dans des conditions internationales contemporaines, car elle manque de ressources naturelles et agricoles pour le faire, ce qui rend sa survie dépendante de la Chine dans un avenir prévisible, et piéger Pékin dans une relation d’interdépendance complexe que les États-Unis d’Amérique sont plus que désireux d’exploiter à son profit.

Washington ne manque jamais la chance d’attirer l’attention sur cette relation afin de faire pression sur Pékin pour « faire plus » contre Pyongyang, sachant très bien que le seul résultat de cette politique est que la Chine diminuerait ou réduirait son aide à la Corée du Nord et déstabiliserait ainsi son voisin le plus imprévisible et le plus armé. L’objectif final, comme les États-Unis d’Amérique l’espèrent, est de réorienter ou du moins « rééquilibrer » l’attention militaire de la Corée du Nord contre son ancien patron, ce qui pourrait être une condition préalable implicite des États-Unis d’Amérique pour tenir les discussions individuelles que Kim Jong-Un a dit qu’il veut.

Le seul scénario dans lequel la Corée du Nord s’attaquerait à la Chine serait si cette dernière s’harmonise avec les suggestions des États-Unis d’Amérique pour réduire le pays grâce à une diminution de l’aide, ce qui pourrait mettre en danger sa stabilité au point de mettre Pékin dans le mirage nucléaire de Pyongyang tout comme Séoul, Tokyo et Guam sont actuellement.

Si les États-Unis d’Amérique ont estimé qu’ils avaient transformé les deux anciens alliés en ennemis détestés comme ils l’avaient fait avec l’URSS et la Chine dans l’ancienne guerre froide et travaillent activement à faire comme ils l’estiment pour la Chine et l’Inde dans la Nouvelle guerre froide, alors on s’attend que Washington réduirait son hostilité envers Pyongyang et réinitialiserait peut-être les discussions individuelles, ce qui permettrait de constater que cela déséquilibrerait l’attention militaire de la Corée du Nord en ce moment, en la rendant relativement plus concentrée contre Pékin dans cette affaire.

Le point ici n’est pas de résoudre réellement la question de l’armement nucléaire de la Corée du Nord, mais de simplement rediriger ou « rééquilibrer » l’accent ciblé sur la Chine, auquel cas l’Occident tenterait alors de remplacer Pékin en tant que donateur le plus important de la Corée du Nord et inverser la relation d’interdépendance complexe.

Il faut se rappeler en tout temps que si le petit nombre d’armes nucléaires de la Corée du Nord est un élément de dissuasion crédible pour les États-Unis d’Amérique, ils sont encore plus efficaces dans cette capacité contre la Chine, qui a relativement moins de potentiel nucléaire que l’Amérique et est beaucoup plus facile pour la Corée du Nord d’infliger des dégâts considérables en raison de sa proximité géographique évidente.

Pour cette seule raison, il est plausible que les États-Unis d’Amérique tentent de manipuler la Corée du Nord en se battant belligérément contre la Chine afin d’atteindre cet objectif rêvé, mais cela ne peut se produire que si Washington est capable d’engendrer les circonstances dans lesquelles Pékin voudrait instrumentaliser son aide vitale à Pyongyang comme punition pour ses essais nucléaires et de missiles, ce qu’évoque les récentes provocations des Etats-Unis d’Amérique qui ont poussé la Corée du Nord à tester sa Bombe H à la veille du Sommet BRICS chinois.

Si les médias traditionnels contrôlés par les États-Unis d’Amérique réussissent à façonner la perception selon laquelle le dernier test nucléaire de Kim a éclipsé le Sommet BRICS de la Chine, Pékin pourrait tomber dans le piège de la sanction de facto de la Corée du Nord grâce à une réduction spectaculaire de son aide afin de sauver la face devant la communauté internationale, mais avec le risque par inadvertance de devenir le nouvel objet de la folie de Kim Jong-Un si ce mouvement finit par menacer sérieusement la stabilité de son gouvernement.

Il n’y a pas de « bon chemin » pour faire face à la Corée du Nord, et il pourrait s’avérer que c’est l’option « moins mauvaise » que la Chine dispose, mais les conséquences de cette action représentent la menace très réelle d’allumer le feu contre Pékin et en travaillant en dehors des États-Unis et, de façon intéressante, même la grande faveur stratégique de Kim Jong-Un si les deux jouent correctement leurs cartes et entaillent l’accord ultime « gagnant-gagnant » contre la République populaire.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : L’auteur écrit pour cette publication à titre privé qui n’est pas représentatif de toute personne ou d’une organisation, sauf pour ses propres points de vue personnels. Rien écrit par l’auteur ne doit jamais être confondu avec les vues éditoriales ou les positions officielles de tout autre média ou institution.

Andrew Korybko

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Duran

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :