A la Une

La Syrie se réserve le droit de répondre à toute infraction à l’unité territoriale du pays

© AFP 2017/ Bryan R. Smith

Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid al-Moualem a déclaré dans son discours à l’Assemblée générale des Nations Unies que le pays se réserve le droit de répondre à toute violation de son unité territoriale.

Zones de désescalade

Il a également souligné que la création de zones de désescalade en Syrie est une mesure temporaire. Il a déclaré que la victoire sur les terroristes en Syrie est possible après la libération d’Alep, Palmyre, Deir ez Zor.

En août, les forces gouvernementales syriennes, soutenues par l’aviation russe, ont libéré la ville d’Al-Sukhnah, surplombant l’autoroute stratégique M20 qui relie Deir ez-Zor à Palmyre et se déplace maintenant vers le nord-est en éliminant méthodiquement les militants djihadistes des deux côtés de l’autoroute.

Pendant ce temps, les forces aéronautiques russes et les navires de guerre en Méditerranée ouvrent la voie à l’avancement des forces du gouvernement syrien avec des attaques aériennes et des attaques de missiles de croisière.

Les actions de la coalition dirigées par les Etats-Unis d’Amérique

Walid al-Moualem a exprimé l’espoir que le processus d’Astana aidera le pays à parvenir à une «cessation réelle des hostilités». Selon lui, la coalition dirigée par les Etats-Unis d’Amérique contre Daesh n’a eu aucun résultat dans la lutte contre le terrorisme en Syrie, tuant plus de civils que de militants. Il a noté que la lutte anti-terroriste dans le pays était impossible sans la coordination avec le gouvernement syrien, affirmant que toute présence étrangère sans autorisation est illégale.

Les Etats-Unis d’Amérique, la Russie, l’Iran et d’autres acteurs manquent de place pour éviter les conflits directs alors que le territoire gouverné par le groupe terroriste Daesh (interdit en Russie) se rétrécit et les combats deviennent plus intenses, a averti le cabinet de l’intelligence privée Soufan Group dans un rapport de Vendredi.

Le rapport a cité le bombardement de la semaine dernière des unités du gouvernement syrien, y compris des forces spéciales russes, par les forces démocratiques syriennes (SDF) soutenues par les Etats-Unis d’Amérique, ainsi que le bombardement des forces SDF et des unités spéciales spécialisées américaines, par des avions russes comme exemple de des conflits susceptibles de s’intensifier.

Le 21 septembre, le porte-parole militaire russe, le général Igor Konashenkov, a averti les commandants des Etats-Unis d’Amérique que la Russie ciblerait le SDF et le personnel des Etats-Unis d’Amérique qui opèrent près de la ville de Deir ez-Zor, si les forces russes et syriennes continuaient à être sous le feu dans ces zones le rapport.

Armes chimiques

Le ministre des Affaires étrangères a également confirmé l’engagement de la Syrie envers le processus de Genève, l’intention de progresser dans ces négociations. Il a réaffirmé la volonté de Damas d’accepter des experts de l’ONU pour enquêter sur des rapports sur l’attaque d’armes chimiques à Khan Sheikhoun.

Le 4 avril, la Coalition nationale pour les forces de la révolution et de l’opposition syriennes a annoncé que plusieurs dizaines de personnes avaient été tuées lors d’une attaque chimique soupçonnée à Khan Shaykhun dans la province d’Idlib en Syrie. Quatre jours plus tard, les Etats-Unis d’Amérique ont tiré des missiles sur une base aérienne du gouvernement syrien à Idlib en réponse à l’attentat allégué, dont la Maison Blanche a accusé Damas, mais sans fournir de preuves.

Les autorités syriennes ont réfuté toute participation à l’incident en déclarant que l’élimination complète des stocks d’armes chimiques par le gouvernement syrien a été confirmée par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) en janvier 2016. La Russie considère que les Etats-Unis d’Amérique n’ont pas apporté de preuves qui montrent que Damas a utilisé des armes chimiques dans Khan Sheikhoun sans fondement.

DÉTAILS À SUIVRE.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Mouallem : La Syrie est déterminée plus que jamais à éradiquer le terrorisme de tous ses territoires

d983d8aed8b6d985d985d8abd983

Damas /Le vice-président du Conseil des ministres, ministre des Affaires étrangères et des Expatriés, Walid Mouallem, a affirmé que la Syrie est déterminée plus que jamais à éradiquer le terrorisme de tous ses territoires, ajoutant que la politique de l’Etat syrien s’était basée, depuis le début de la guerre, sur deux principes, à savoir : la lutte contre le terrorisme et le travail sérieux et permanent dans le but de réaliser une solution politique qui met fin à l’effusion de sang et qui rétablit la stabilité.

Dans une allocution qu’il a prononcée devant la 72ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, Mouallem a dit : «  La Syrie, qui affirme son engagement à l’accord sur les zones de désescalade, conserve en même temps son droit de riposter à toute violation commise par l’autre partie et confirme que la création de ces zones est une mesure temporaire qui ne doit pas porter atteinte au principe de l’unité du sol syrien ».

Razane

Source : SANA

Lavrov : Nécessité de retirer toutes les forces qui se trouvent illégalement en Syrie après la défaite du terrorisme

lavrov-2

New York / Le ministre russe des AE, Sergueï Lavrov, a affirmé La nécessité de retirer toutes les forces qui se trouvent en Syrie d’une façon illégale immédiatement après la fin de de l’éradication des terroristes.

Lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui à New York en marge des travaux de la 72e session de l’Assemblée Générale de l’Onu, Lavrov a souligné qu’il y a une présence légale sur demande du gouvernement syrien qui décide l’avenir de cette présence et une autre présence militaire illégale par certains pays que personne n’avait invités en Syrie, disant : «Le premier pas sur la voie vers l’éradication du terrorisme est l’écartement de toutes les forces illégales se trouvant en Syrie».

Il a fait savoir que l’éradication des terroristes en Syrie implique une coordination entre les militaires russes et américains, mais Washington la refuse.

Il a affirmé, en outre, la nécessité d’empêcher la partition des territoires syriens, mettant en garde contre les répercussions dangereuses de ceci sur tout le Moyen-Orient.

Lavrov a indiqué que l’idée des quatre zones de désescalade est provisoire et durera six mois, soulignant qu’elle vise à réduire le niveau de la violence et à assurer la plate-forme appropriée pour lancer un dialogue inter-syrien global, régler la crise en Syrie par la voie politique et pour réactiver les mécanismes de la réconciliation nationale.

Il a, enfin, assuré que les sanctions économiques imposées par l’Union Européenne à la Syrie jouent un grand rôle dans beaucoup de problèmes humanitaires qu’affronte la Syrie et qui entravent l’accès des aides aux citoyens.

Par ailleurs, Lavrov a critiqué le mécanisme de l’enquête sur l’usage des armes chimiques en Syrie, soulignant que la plupart des membres de la commission d‘enquête représentent des pays hostiles au gouvernement syrien.

A. Chatta / L.A.

Source: SANA

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :