A la Une

Les Etats-Unis passent par le référendum au Kurdistan pour démembrer l’Irak – la Turquie, l’Iran … vont-ils prêter main forte à l’Etat irakien ?

Le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan, photo ©Murad Sezer / Reuters

Référendum au Kurdistan irakien : l’armée turque prête à «toutes mesures nécessaires», selon Erdogan

Le président de la Turquie a mis en garde le gouvernement régional kurde contre les conséquences éventuelles d’un «oui» au référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien. Recep Tayyip Erdogan a en outre déclaré n’écarter aucune option.

La tension monte au Moyen-Orient, alors que les Kurdes irakiens se rendent aux urnes ce 25 septembre 2017 pour se prononcer sur l’indépendance du Kurdistan. Recep Tayyip Erdogan a prévenu que le pipeline acheminant des hydrocarbures depuis l’Irak et passant par la Turquie pourrait être bloqué. L’armée turque se tient également prête à «toutes mesures nécessaires», d’après le président turc cité par l’agence AP. «Nous continuerons à travailler sur la base de l’intégrité territoriale de l’Irak», a tweeté le président turc, une manière d’exclure toute indépendance du Kurdistan irakien et de tenter préserver le statu quo géopolitique dans la région. Le Moyen-Orient voit en effet les grands Etats unitaires laïcs tels que l’Irak ou la Syrie se déliter depuis les années 1990.

Considérant par ailleurs que la situation en Irak et en Syrie représentait un danger pour la Turquie, Recep Tayyip Erdogan fait ainsi savoir qu’il ne s’interdit aucune option.

Les commentaires du président turc font suite aux déclarations de son ministère des Affaires étrangères. «Nous prendrons toute mesure qui se fonderait sur le droit international et sur l’autorité de la Grande Assemblée nationale de Turquie», a-t-il fait savoir dans un communiqué diffusé ce même jour.

Le référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien se tient dans une ambiance tendue. La Syrie a dénoncé le scrutin, tandis que le Parlement irakien a exigé l’envoi de l’armée dans les zones disputées, conquises par les Kurdes irakiens lors de l’invasion américaine de l’Irak en 2003.

Source: RT France

L’armée turque à la frontière irakienne et prête à prendre les «mesures nécessaires» – Erdogan

59c90a85fc7e93e45e8b456b

Les chars de l’armée turque manœuvrent lors d’un exercice militaire près de la frontière turco-irakienne à Silopi, en Turquie, le 25 septembre 2017 © Umit Bektas / Reuters

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a averti que le référendum de l’indépendance du gouvernement régional kurde pourrait illustrer des conséquences considérables pour la région, y compris l’action militaire turque et le blocus d’un pipeline de carburant clé.

Après que les membres du KRG ont voté pour l’indépendance, Erdogan a proposé une menace voilée que la force militaire pourrait être utilisée pour préserver le statu quo dans la région.

    Fier et privilégié d’avoir voté OUI dans le #Referendum historique d’aujourd’hui sur l’indépendance du #Kurdistan. C’est un moment inoubliable dans ma vie! pic.twitter.com/dAJPhuQcOD

    – Falah Mustafa (@FalahMustafa) 25 septembre 2017

Erdogan a déclaré que les voisins de la Turquie «ne devraient pas s’attendre que nous fermions les yeux».

LIRE LA SUITE: les Kurdes vont aux votes pour le référendum de l’indépendance controversée Live updates

« Nous continuerons à travailler conformément à l’intégrité territoriale de l’Irak », a-t-il déclaré dans un tweet.

    Irak ve Suriye konusunda, ülkemiz için tehdit oluşturan konularda, gerektiğinde kullanmaktan çekinmeyeceğimiz tüm seçenekler önümüzdedir.

    – Recep Tayyip Erdoğan (@RT_Erdogan) 25 septembre 2017

Il a ajouté que, en ce qui concerne l’Irak et la Syrie « qui constituent une menace pour notre pays … nous utilisons toutes les options devant nous ».

Les commentaires d’Erdogan viennent après une déclaration du ministère turc des Affaires étrangères, qui a promis que «nous prendrons toutes les mesures qui découlent du droit international et de l’autorité accordée par la Grande Assemblée nationale de Turquie».

Répondant à la tentative de la région kurde fédérée pour un mandat d’indépendance contre l’Irak, Erdogan a déclaré que la Turquie pourrait bloquer le pétrole venant de la région.

Les deux nations exploitent la ligne Kirkuk-Ceyhan, qui a 970 km de long est l’un des principaux moyens d’exporter du pétrole vers l’ouest.

    BREAKING: Erdogan de Turquie dénonce le vote des Kurdes irakiens, affirme que l’armée turque est à la frontière irakienne, prête à prendre les « mesures nécessaires ».

    – The Associated Press (@AP) 25 septembre 2017

« Après cela, voyons à travers quels canaux le gouvernement régional irakien du Nord enverra son pétrole, ou où il le vendra », a déclaré M. Erdogan dans un discours prononcé lundi.

« Nous avons le robinet. Au moment où nous fermons le robinet, c’est terminé. »

LIRE LA SUITE: Alors que Kirkuk boit, le Kurdistan est sur le point de lancer l’Irak dans la tourmente du référendum « indépendant »

La frontière sud-est de la Turquie a été le théâtre d’une longue bataille séparatiste de ceux qui cherchent un Etat kurde. Selon International Crisis Group, qui suit la violence dans la région, environ 2 448 personnes sont mortes dans le conflit depuis 2016.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Erdogan veut sanctionner les kurdes d’Irak

Le président turc Erdogan, furieux contre le référendum d’indépendance au Kurdistan irakien, a annoncé lundi une prochaine fermeture de la frontière terrestre avec cette région d’Irak. En effet, les kurdes sont minoritaires en Turquie, Irak, la Syrie et l’Iran et cherchent à conquérir dans chaque pays l’indépendance, pour qu’à moyen ou long terme ils forment « l’Etat du Kurdistan ». La Turquie combat déjà les kurdes de Turquie depuis de longues années. En Syrie les kurdes sont alliés aux Etats-Unis d’Amérique dans les mêmes visées de démembrement du pays. C’est depuis 2003, après l’occupation de l’Irak que le rouleau compresseur d’émiettement des pays s’est mis en marche, en raison du contrôle des énormes quantités d’hydrocarbures se trouvant dans la région..

La veille du référendum au Kurdistan irakien, Téhéran entame des exercices militaires à proximité

En savoir plus:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :