A la Une

Le Gambit d’Iran de Trump: le monde se dirige vers une sorte de crise

© REUTERS/ Yuri Gripas

L’accord nucléaire iranien ne s’effondrera pas automatiquement si les Etats-Unis d’Amérique se retirent de l’accord multilatéral, a déclaré l’analyste iranien Mahan Abedin à Radio Sputnik. Cependant, il ne faut pas sous-estimer Washington, car il pourrait donner aux membres de l’Union Européenne un ultimatum cherchant à ruiner l’accord, a déclaré l’expert, supposant que le monde se dirige vers une nouvelle crise.

Le retrait unilatéral de Washington de l’accord nucléaire iranien – également connu sous le nom de Plan d’action global commun (JCPOA) – ne signifie pas que l’accord tombera en panne, a déclaré Mahan Abedin, analyste iranien chez Middle East Eye et directeur du groupe de recherche Dysart Consulting, à Radio Sputnik.

« Même si [le président Donald Trump] invalide l’accord … cela ne signifie pas nécessairement la fin de l’accord », a souligné M. Abedin.

Le Washington Post a déclaré jeudi citant des sources de la Maison-Blanche que Trump pourrait déclarer l’Iran non conforme au JCPOA et « décertifier » l’accord. La semaine dernière, le président des Etats-Unis d’Amérique a signalé que Téhéran «n’a pas respecté l’esprit» de l’accord nucléaire et a accusé ce dernier de soutenir le terrorisme et d’exporter «la violence, le sang et le chaos à travers le Moyen-Orient».

Conformément à la Loi sur l’examen de l’Accord nucléaire de l’Iran de 2015 (INARA), l’administration américaine [Etats-Unis d’Amérique] certifie son engagement envers l’accord tous les 90 jours. Le prochain délai est le 15 octobre.

Abedin a rappelé que si le président des Etats-Unis d’Amérique décertifie l’accord, le Congrès a 60 jours pour réimposer des sanctions majeures contre l’Iran.

Ce n’est qu’après que les restrictions entreront en vigueur à nouveau, cela signifie que les États-Unis d’Amérique sont hors JCPOA, a noté l’expert, ajoutant que « même alors, ce n’est pas nécessairement la fin de la transaction ».

Abedin a attiré l’attention sur le fait que l’accord nucléaire de 2015 est un accord « multilatéral », qui a été conclu par le P5 + 1 (Chine, France, Allemagne, Russie et États-Unis d’Amérique), l’Union européenne (UE) et l’Iran.

« Évidemment, les Etats-Unis d’Amérique sont la composante la plus importante de [l’accord], mais néanmoins, même si les États-Unis d’Amérique ne sont pas conformes à ça et formellement [sortent de l’accord], il n’écrira pas la fin de la JCPOA », a déclaré l’expert.

Samedi, lors d’une cérémonie à l’Université de Téhéran, le président iranien Hassan Rouhani a déclaré que le président des Etats-Unis d’Amérique ne pouvait pas compromettre l’accord.

« Dans les négociations nucléaires et l’accord, nous avons atteint des problèmes et des avantages qui ne sont pas réversibles. » Personne ne peut rétablir cela, pas M. Trump ou quelqu’un d’autre « , a déclaré Rouhani cité par Reuters.

Le président iranien a souligné que le JCPOA sert également les meilleurs intérêts des Etats-Unis d’Amérique. Commentant sur la notion de Rouhani, Abedin a suggéré que si Washington se retire de l’accord et que l’ancien statu quo est réintégré, les Etats-Unis d’Amérique ne seront pas confrontés à une seule, mais à deux grandes crises nucléaires – en Corée du Nord et en Iran.

D’autre part, selon l’expert, les dirigeants iraniens sont très préoccupés par l’effondrement potentiel de l’opération nucléaire, car cela pourrait nuire aux positions internes du Cabinet Rouhani.

Les principaux Etats de l’UE resteront-ils engagés envers JCPOA?

Dans le même temps, il n’est pas clair [de savoir] comment les États membres de l’UE se comporteront dans le cas où les États-Unis d’Amérique déchireraient l’accord nucléaire.

Selon Abedin, les Allemands et les Français et, dans une moindre mesure, les Britanniques, sont très intéressés par la réintégration sur le marché iranien: « Les Français, par exemple, investissent fortement dans l’industrie automobile et [occupent] des négociations majeures avec les industries du pétrole et du gaz naturel ». J’ai rappelé que de nombreux délégués commerciaux ont visité l’Iran au cours des deux dernières années dans des pays de l’UE.

Pourtant, bien que l’UE considère l’Iran comme un marché énorme et lucratif, «toutes ces grandes entreprises européennes et leurs gouvernements ont été un peu tentants au cours des deux dernières années et demi», a souligné l’expert, ajoutant que si «les États-Unis d’Amérique sortent de l’accord et édictent un ultimatum aux entreprises mondiales … [eux] et leurs gouvernements seraient dans une situation très difficile».

« Alors, je pense que nous avançons vers une sorte de crise … et le réchauffement du climat des affaires en Iran pourrait recommencer à geler, malheureusement », a conclu Abedin.

Pendant ce temps, Berlin a appelé les Etats-Unis d’Amérique à s’abstenir de se retirer de l’accord au milieu des rumeurs d’une possible sortie des Etats-Unis d’Amérique alimentée par les déclarations du président Donald Trump.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, a attiré l’attention sur les rapports récents de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) montrant que Téhéran est conforme à l’accord nucléaire.

Gabriel a noté que la sortie des États-Unis d’Amérique de la JCPOA pourrait détériorer la crise nord-coréenne puisque Pyongyang est peu susceptible d’accepter une sorte d’accord nucléaire si Téhéran échoue.

Selon le ministre allemand des Affaires étrangères, la France et la Grande-Bretagne exhortent également Trump à rester engagé dans l’accord.

Pour sa part, le ministère chinois des Affaires étrangères a exprimé l’espoir que l’accord nucléaire iranien sera mis en œuvre en dépit des rapports sur le retrait éventuel de l’accord.

Commentant le problème, le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a prévenu que le départ potentiel de Washington aurait des conséquences négatives.

L’avenir du JCPOA est dans les mains du Congrès

En pesant les avantages et les inconvénients de la décision possible de Trump, les médias mainstream des Etats-Unis d’Amérique ont allégué que le retrait de l’accord ne serait pas aussi simple qu’il le semble.

Selon The Financial Times, « selon les règles de l’INARA, seul le leadership du Congrès peut initier des sanctions contre le snapback dans le cadre de procédures accélérées », dans l’éventualité où Trump décertifie l’accord.

Fait intéressant, alors que les démocrates s’opposent à l’unanimité à la décision potentielle de Trump, il n’y a pas d’unité parmi les républicains sur ce sujet.

Le Washington Post suppose également que les faucons républicains contre l’Iran n’ont pas «le soutien dont ils ont besoin pour pousser quelque chose à travers» au Congrès. Mitch McConnell (R-Ky.), Républicain Sens. Jeff Flake (Ariz.), John McCain (Arizona) et Susan Collins (Maine) ne sont pas sûrs s’ils voteront pour la réimposition des sanctions, alors que le sénateur Rand Paul (R-Ky.) et le président du Comité des affaires étrangères de la Chambre Edward R. Royce (Californie) ont déclaré clairement qu’ils ne pensent pas que Trump devrait sortir du JCPOA.

En citant les partisans de la décertification, les médias ont allégué que « l’administration Trump peut utiliser le processus pour persuader les alliés européens de se joindre aux États-Unis d’Amérique en préconisant un accord Iran plus fort », ce qui pourrait envisager des restrictions sévères sur les programmes de missiles balistiques et de croisières de Téhéran en particulier.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :