A la Une

Montagne à escalader: un rapport exhorte l’Allemagne à prendre un rôle militaire plus actif

© AFP 2017/ CHRISTOF STACHE

Un nouveau rapport a exhorté les dirigeants allemands à augmenter de manière significative les dépenses et les capacités de défense du pays pour relever les défis modernes de sécurité – mais de grandes barrières publiques et politiques subsistent.

L’évolution du contexte mondial de la sécurité devrait contraindre l’Allemagne à jouer un rôle beaucoup plus actif dans la défense et la sécurité de l’Europe, selon Jumping Over Its Shadow – un rapport publié par les Amis de l’Europe.

Les auteurs ont interrogé près de 200 hauts responsables de la défense en Allemagne et en Europe pour leur point de vue sur le sujet et ont estimé que la sécurité intérieure et le terrorisme islamiste étaient les plus grandes menaces en Allemagne de l’Est.

Un plus grand nombre de répondants pensent que l’Union européenne, plutôt que l’OTAN, devrait être le principal objectif des efforts militaires du pays, et que les Etats-Unis d’Amérique ne sont plus considérés comme le principal partenaire de sécurité de l’Allemagne.

Le rapport note que l’héritage nazi du pays continue de peser lourdement sur les tentatives d’améliorer l’armée du pays – et si les sondages montrent qu’une majorité d’Allemands acceptent le principe général que leur pays devrait assumer une plus grande responsabilité pour la force de sécurité internationale ou d’envoyer des soldats à l’étranger.

Malgré ces réticences, le rapport suggère que l’Allemagne devrait faire « un investissement soutenu dans la défense, après deux décennies de réductions continues ». Le budget de défense de l’Allemagne ne représente que 1,2% du PIB, par définition presque la moitié de la cible de dépenses de l’OTAN, qui a augmenté en 2016 pour la première fois depuis des années.

Le rapport va même jusqu’à recommander le dispositif institutionnel de l’armée, selon lequel tout engagement de troupes au-delà de ses frontières doit être approuvé par le Bundestag, devrait être modifié pour rendre l’approbation parlementaire des déploiements à l’étranger « plus souple » – prévoyant à l’avance une autorisation annuelle pour les soldats allemands servant à l’étranger et créant une procédure accélérée « là où un déploiement rapide est nécessaire ».

Demandes contradictoires

Si l’Allemagne choisit de suivre les recommandations du rapport, elle sera immédiatement confrontée à plusieurs demandes contradictoires des différents acteurs.

Par exemple, l’OTAN veut construire des divisions de chars lourds pour soutenir le flanc oriental de l’UE, dans le cadre de son renforcement provocant sur les frontières occidentales de la Russie, mais la France est à l’inverse désireuse de développer des forces légères et déployables, des capacités de transport et de ravitaillement pour des opérations sur la périphérie sud de l’Europe.

De leur côté, les responsables de l’UE souhaitent donner la priorité à la cybersécurité, ainsi qu’aux capacités policières et administratives pour la prévention des conflits et la stabilisation post-conflit.

Quelle que soit l’approche adoptée par l’Allemagne, le rapport indique que la meilleure façon d’aborder les craintes éventuelles d’une augmentation soudaine des dépenses militaires de l’Allemagne serait d’allouer une partie de l’augmentation au Fonds européen de défense prévu par la Commission européenne en juin.

En tout état de cause, le pays a encore un long chemin à parcourir. La capacité de transport aérien de la Bundeswehr a été manifestement démontrée en 2014, lorsque des avions cargo Transall de plusieurs dizaines d’années, qui étaient censés porter des armes et des entraîneurs allemands dans le but de former des combattants kurdes dans le nord de l’Irak, ont dû être remplacés, éventuellement, par la location d’avions privés. Le rapport indique que l’équipement complet de la Bundeswehr avec des avions, des hélicoptères, des véhicules blindés et des navires prendra jusqu’à 15 ans.

De plus, le renforcement des rangs de la Bundeswehr peut prendre un certain temps. L’armée a rétréci à sa plus petite taille depuis sa création en 1955 – moins de 177 000 actifs contre 500 000 à la fin de la guerre froide – une situation que le rapport assimile à l’armée «fonctionnant à vide».

Le rapport intervient alors que la chancelière allemande Angela Merkel, qui a remporté son quatrième mandat consécutif, entame des pourparlers de coalition. Alors que dans sa «grande coalition» avec les sociaux-démocrates, la volonté des démocrates-chrétiens d’augmenter les dépenses de défense et de renforcer le rôle militaire de l’Allemagne était largement étouffée par les tendances pacifistes de leurs partenaires.

Cependant, de telles ambitions peuvent être à nouveau tempérées par les nouveaux associés de Merkel, les Libéraux de droite et les Verts anti-nucléaires – la défense est susceptible d’être l’un des principaux points de discorde entre le trio. De plus, le désir du FDP d’entretenir des relations constructives avec Moscou pourrait empêcher l’Allemagne de participer à toute construction militaire dans l’est de l’Europe.

Traduction: MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :