A la Une

Fin du Pétrodollar: montée du protectionnisme économique pour remodeler le commerce mondial

CC0

L’ère du recyclage des pétrodollars touche à sa fin car les changements technologiques et la politique internationale la rendent redondante, ce qui signifie que les Etats-Unis d’Amérique entrent dans une période instable.

Kristian Rouz – La montée en puissance du protectionnisme économique et du nationalisme dans la politique ces dernières années, y compris la mise en œuvre progressive du programme du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump et le Brexit remodelant les contours du commerce européen, sont sur le point de mettre fin au recyclage des pétrodollars. Ces développements marquent la première refonte des relations économiques internationales depuis l’administration Nixon au début des années 1970 aux États-Unis d’Amérique.

Le système des pétrodollars a entraîné la fin de l’étalon-or aux États-Unis d’Amérique, dont la monnaie nationale était fixée à la valeur de l’or de 35 $ l’once après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, les graves défis auxquels l’économie mondiale a été confrontée à la fin des années 1960 ont poussé l’administration de Richard Milhous Nixon à abandonner le système.

« L’essence de l’accord était que les Etats-Unis d’Amérique accepteraient les ventes militaires et la défense de l’Arabie Saoudite en échange de tous les échanges pétroliers libellés en dollars américains [Etats-Unis d’Amérique] », explique le Huffington Post.

La révolution du schiste dans la production pétrolière au début des années 2010 a rendu ce système non pertinent aux Etats-Unis d’Amérique, l’Amérique du Nord devenant de plus en plus indépendante des importations de pétrole brut et augmentant ses propres exportations pétrolières et pétrochimiques sous le président Trump.

Cependant, les efforts du président Trump pour un plus grand protectionnisme sont confrontés à des obstacles, principalement sous la forme d’un important investissement saoudien dans les bons du Trésor américain [Etats-Unis d’Amérique] accumulés au cours des 40 dernières années. Le système des pétrodollars a permis à l’Arabie saoudite d’accroître ses réserves de devises étrangères et de nombreux autres pays producteurs de pétrole ont suivi le même modèle d’investissement étranger.

Les Etats-Unis d’Amérique, de leur côté, ont pu augmenter leur masse monétaire en imprimant des dollars, ce qui a entraîné une dévaluation majeure du dollar, de plus de 30% depuis le début des années 80. Par la suite, d’autres importateurs de pétrole, afin de payer de l’énergie, devaient d’abord acheter des dollars américains [Etats-Unis d’Amérique].

Selon le magazine Foreign Policy, «il est très important que le commerce se fasse en dollars, ce qui veut dire que ceux qui veulent acheter du pétrole doivent acheter des dollars pour acheter le pétrole, ce qui augmente la demande de dollars sur les marchés financiers mondiaux.

Cela a garanti une demande soutenue du dollar sur les marchés étrangers, soutenant son taux de change: pendant la période d’inflation ultra-élevée à la fin des années 1970, alors que les prix intérieurs aux États-Unis d’Amérique avançaient fermement à un rythme annuel de 20% sa position sur les marchés étrangers.

La fin du système des pétrodollars signifierait une baisse de la demande pour le dollar des Etats-Unis d’Amérique à l’échelle internationale, d’une part, et entraverait la capacité de la Réserve fédérale des Etats-Unis d’Amérique d’imprimer des billets verts et de s’en tirer de l’autre.

De nombreuses économies commercialisent du pétrole dans leurs monnaies respectives, y compris la Chine continentale et la Russie, ainsi que la Russie et le Venezuela, tandis que l’Iran et plusieurs producteurs de pétrole du Moyen-Orient étudient des accords similaires avec l’UE.

Cela signifie qu’à moyen terme, le taux de change du dollar américain [Etats-Unis d’Amérique] diminuera par rapport à ses principaux concurrents, ce qui permettra à la Fed de normaliser les conditions monétaires intérieures et de stimuler les exportations américaines de produits manufacturés. Cependant, l’impression monétaire devient une option moins viable pour la Fed, mais l’affaiblissement du dollar est en passe de conduire l’inflation intérieure aux Etats-Unis d’Amérique, à un rythme suffisamment rapide pour que la banque centrale continue à relever ses taux d’intérêt.

Par la suite, l’indépendance pétrolière des Etats-Unis d’Amérique nouvellement acquise – soutenue par la perspective d’un accord commercial bilatéral Etats-Unis d’Amérique-Canada – ramènera la rentabilité des investissements économiques non financiers de la Rue Main (Main Street) – en raison de la hausse des coûts d’emprunt de base et de l’augmentation des taux commerciaux.

La baisse de la demande internationale de bons du Trésor américain [Etats-Unis d’Amérique] devrait exercer une pression à la hausse sur les rendements du Trésor, faire monter les taux d’intérêt naturels et permettre aux États-Unis d’Amérique de s’attaquer au problème de la dette nationale.

Par contre, la fin du recyclage des pétrodollars signifierait une diminution de l’influence politique des États-Unis d’Amérique dans les affaires internationales, ce qui – apparemment – correspond aussi aux objectifs de l’administration Trump.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :